Enterrer les urnes funéraires au pied des arbres, une pratique répandue en Allemagne

Forêt cinéraire de Rheinau, dans le Bade-Wurttemberg (Allemagne) : ici sont enterrées des urnes funéraires, mais la forêt continue d'être ouverte à tous / © F. Grandon / France 3 Alsace
Forêt cinéraire de Rheinau, dans le Bade-Wurttemberg (Allemagne) : ici sont enterrées des urnes funéraires, mais la forêt continue d'être ouverte à tous / © F. Grandon / France 3 Alsace

Une empreinte réduite sur la nature, un repos éternel en pleine forêt, pas d'entretien de tombe pour les proches, et une inhumation souvent moins coûteuse. Les  forêts cinéraires séduisent de plus en plus outre-Rhin, reportage à Rheinau, sur la frontière franco-allemande.

Par Florence Grandon

La forêt communale de Rheinau s'étend sur 1500 hectares, à quelques kilomètres de Gambsheim (Bas-Rhin). 19 hectares de cette forêt sont dédiés à l'activité cinéraire, ce qui signifie que les gardes-forestiers et salariés de l'entreprise Friedwald y enterrent des urnes funéraires depuis 2010. Et c'est un succès. Certaines zones sont complètes et ne peuvent plus accueillir de nouveaux défunts.
 
Forêt cinéraire de Rheinau / © DR
Forêt cinéraire de Rheinau / © DR

Pourtant, quand on entre dans la forêt, on ne voit rien de particuliers. Juste un panneau, qui indique sobrement que des personnes y ont leur repos éternel.
 
Entrée de la forêt cinéraire de Rheinau (Bade-Wurtemberg, Allemagne) / © F. Grandon / France 3 Alsace
Entrée de la forêt cinéraire de Rheinau (Bade-Wurtemberg, Allemagne) / © F. Grandon / France 3 Alsace

Les chemins portent des noms d'arbres. Le chemin des sureaux et le chemin des ormes entrainent le promeneur dans le sous-bois, entre jeunes chênes et vieux hêtres. Parfois, une promeneuse avec son chien croise une visiteuse grave au pas lent. La première vient prendre l'air en forêt toutes les semaines, la seconde rend visite à son père, inhumé au pied d'une charmille en 2018.
 
La charmille est encore jeune, le panonceau a été mis sur un petit poteau à côté, en attendant que l'arbrisseau grandisse. Sous ses racines, la dernière demeure de Heinz-Detlef Völkel, le père de Rebekka Mahr. / © F. Grandon / France 3 Alsace
La charmille est encore jeune, le panonceau a été mis sur un petit poteau à côté, en attendant que l'arbrisseau grandisse. Sous ses racines, la dernière demeure de Heinz-Detlef Völkel, le père de Rebekka Mahr. / © F. Grandon / France 3 Alsace

 

Pas de fleurs

"On n'a pas le droit de déposer des fleurs ou de laisser des objets. Au pied des arbres, on ne doit pas voir qu'une personne y est enterrée, par respect pour les autres promeneurs et pour éviter de gêner les animaux. Moi j'ai trouvé une petite pierre ici, je la prends avec moi quand j'arrive, je parle à mon père en me promenant entre les arbres, puis je repose cette pierre sous son arbre, je lui dis au revoir et je repars. C'est là que je puise mon énergie, cette promenade avec lui en forêt me ressource, et à chaque fois la forêt est différente." Rebekka Mahr a perdu son père en 2018
 
Rebekka Mahr vient souvent rendre visite à son père, enterré sous cette charmille, dans la forêt de Rheinau / © F. Grandon / France 3 Alsace
Rebekka Mahr vient souvent rendre visite à son père, enterré sous cette charmille, dans la forêt de Rheinau / © F. Grandon / France 3 Alsace
 

C'est beau ici, c'est calme et on se sent en sécurité. C'est là que je puise ma force
- Rebekka Mahr, vient voir son père, enterré dans la forêt cinéraire de Rheinau

"Mon mari et moi, ça nous a toujours plu, cette forêt cinéraire, depuis qu’on en a entendu parler, parce que nous n’avons pas d’enfants pour l'entretien de notre tombe. L’an dernier, mon papa est mort très brutalement, et il n’y a pas eu de discussion : toute la famille a décidé de venir ici. Nous sommes allés tous ensemble choisir un arbre, nous l’avons acheté, c’est un arbre familial et il nous appartient pour 99 ans", raconte l'habitante de Rheinau.

Cette jeune charmille est proche du chemin principal et d'un banc, ce qui permet aux personnes âgées et en fauteuil roulant de la famille de venir se recueillir. Et puis juste aux pieds de "leur" arbre, on trouve des mûriers, son père les aimait beaucoup.

De plus en plus d'inhumations

Plus loin, les forestiers préparent de nouvelles tombes. Avec un petit outil pour mesurer les angles à partir du tronc, le premier garde-forestier choisit le lieu de la nouvelle tombe en fonction des autres, déjà existantes. Entre 10 et 12 personnes peuvent être enterrées autour d'un arbre, à une distance de deux mètres du tronc, pour ne pas abîmer les racines ou les sectionner. Avec une foreuse, un trou de 30 cm de diamètre sera creusé, à 80 cm de profondeur.

Chaque urne enterrée est ensuite répertoriée sur la carte des gardes-forestiers. Et un panonceau sera cloué sur le tronc d'arbre, comme pour le père de Rebekka Mahr.
 
Chaque urne est positionnée loin du tronc, pour ne pas abîmer les racines / © F. Grandon / France 3 Alsace
Chaque urne est positionnée loin du tronc, pour ne pas abîmer les racines / © F. Grandon / France 3 Alsace

Certains endroits, plus dégagés, peuvent permettre aux familles de planter elles-mêmes un arbre, parmi les 8 essences endémiques. Cette semaine, 6 inhumations sont prévues, souvent elles ont lieu les vendredis et samedis dans la forêt. En tout, la forêt de Rheinau compte 1700 "tombes".

La première année, en 2010, elle a enterré 45 urnes, et en 2018, il y a eu 260 inhumations, les demandes vont croissant. Certaines familles viennent ensemble de leur vivant choisir un arbre, c'est un événement heureux pour beaucoup, un événement qu'ils espèrent se rappeler quand ils seront un jour en deuil. L'entreprise Friedwald s'occupe de la gestion de ces tombes, en partenariat avec la commune de Rheinau, propriétaire de la forêt.
 
Le trou est foré par un garde-forestier / © F. Grandon / France 3 Alsace
Le trou est foré par un garde-forestier / © F. Grandon / France 3 Alsace

Un métier proche des arbres et des gens

Une tombe au pied d’un arbre permet de laisser peu de traces sur la nature. L’urne est en cellulose biodégradable. Et puis il n’y a aucun frais d’entretien après l’enterrement. Et le coût total d’un séjour éternel dans cette forêt commence à partir de 770 euros. Une activité naturelle pour Gabriele Schappacher-Peter, garde-forestière, qui continue ses autres missions par ailleurs.

"Les arbres nous donnent le bois, leur matière première, c’est important pour moi en tant que garde-forestière, et puis à un moment j’ai réfléchi : est-ce que la forêt n’aide pas plus les humains quand elle se met à leur disposition dans les pires moments de la vie, quand il faut enterrer un proche dans un environnement qui apaise et qui fait qu’on se sente bien ?", explique-t-elle.

Est-ce que la forêt n’aide pas plus les humains quand elle se met à leur disposition dans les pires moments de la vie ?
- Gabriele Schappacher-Peter, garde-forestière à Rheinau

 
Gabriele Schappacher-Peter et son collègue sont tous deux gardes-forestiers à Rheinau / © F. Grandon / France 3 Alsace
Gabriele Schappacher-Peter et son collègue sont tous deux gardes-forestiers à Rheinau / © F. Grandon / France 3 Alsace

Une cérémonie religieuse peut avoir lieu dans la forêt, mais les familles ont le choix d’organiser aussi quelque chose de plus personnel, près de l'arbre. Quelques français sont enterrés ici, la forêt cinéraire est ouverte à tous. Certaines pompes funèbres sont spécialisées dans les enterrements franco-allemands, c'est le plus sûr moyen pour ne pas avoir de démarches à faire soi-même.

La crémation ou l'inhumation d'un corps en pleine nature serait plus naturel pour les protestants que pour les catholiques, d'où ce succès Outre-Rhin depuis plus de 20 ans. Mais toutes les confessions sont les bienvenues dans les forêts cinéraires. Un signe religieux ou une prière peut être inscrit sur le panonceau de la personne enterrée sous l'arbre. 

Selon une étude récente, un allemand sur quatre seulement voudrait être enterré dans un cercueil.

Le reportage de Florence Grandon, Valérie Ruiz-Suri, Stéphanie Teissier et Suzan Erkalp :
 

Première forêt cinéraire de France, la forêt communale d'Arbas (Haute-Garonne) est une pionnière. Nos collègues de France 3 Midi Pyrénées s'y sont rendus.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus