Environnement : un tour de France de 5.500 km à vélo pour sensibiliser le public sur les problèmes liés au réchauffement climatique

Axel Férard, éco-aventurier, s'est lancé dans un tour de France à vélo de 5.500 km. Objectif, lors de ses étapes : sensibiliser le public sur les problèmes du réchauffement climatique, de la sécurité alimentaire et de l'agriculture durable. Ce mercredi 9 novembre il est à Strasbourg et le lendemain à Mittelbergheim, dans le Bas-Rhin pour planter des arbres dans l'école.

Quand j'appelle Axel Férard au téléphone, il est au lieu-dit Maison Rouge, à côté de Saverne, juste à la moitié de son périple cycliste. Il prévoit d'arriver à Strasbourg, sa prochaine étape, en début d'après-midi. "Il y a beaucoup de pluie et de vent, c'est compliqué. Ce n'est pas tous les jours évidents, il y a des hauts et des bas mais il faut aller de l'avant et rester optimiste, autrement je ne m'embêterai pas à faire plus de 5000 km à vélo", me souffle-t-il entre deux bourrasques. 

Il animera ce soir une conférence à l'Espace Etoile, à partir de 19 heures, autour des enjeux de l'agriculture : "Comment on en est arrivé là, quelles sont les portes de sortie. Je parlerai aussi un peu du réchauffement climatique". Le temps de faire une pause, il repartira le lendemain matin direction Mittelbergheim, dans le Bas-Rhin. Il doit y rencontrer les élèves de l'école primaire sur le même thème de la sécurité alimentaire puis ils planteront des arbres dans l'école. 

A la rencontre des gens

Axel Férard est parti de Lamanère, au sud de Perpignan, le 25 septembre pour un tour de France de 5.500 km à vélo jalonné par une cinquantaine d'étapes. "Les distances parcourues vont de 13 à 130 km par jour, ça dépend des interventions que j'ai prévues. Parfois je prends le train sur de petites portions pour être à temps à mes étapes comme ce sera le cas après Mittelbergheim où je dois être à Saint-Symphorien sur Coise, à côté de Lyon". Lors de chacune de ses étapes, son but est de sensibiliser le public sur la thématique de la sécurité alimentaire, du réchauffement climatique et de l'agriculture durable. 

Au cours de son parcours, Axel va ainsi à la rencontre des gens, simples citoyens, étudiants, élèves ou associations, sur plusieurs types d'évènements : plantations d'arbres, conférences dans les écoles, projection de son documentaire Graine d'Odyssées suivie de débats : "C'est un film sur mon aventure de 2019 où j'ai fait 10.000 km à vélo, en paddle et en randonnées, lors duquel j'ai rencontré une trentaine d'agriculteurs".

Mille arbres seront plantés, en tout, lors de son tour de France. 

Une démarche positive

Axel est éco-aventurier Sport Planète et conférencier-animateur pour l'association Graine d'Odyssée, association basée au Havre dont il est devenu salarié le 1er octobre, après sept années de bénévolat. "Je suis content d'en vivre aujourd'hui, ça me prend beaucoup de temps". L'aboutissement d'une vocation et d'une formation de longue haleine. Très tôt, il s'oriente vers l'écologie. Après son bac aménagement du territoire-agriculture, un BTS gestion et protection de la nature, une licence professionnelle en lien avec le tourisme responsable et un master en urbanisme durable, il se lance dans l'éco-aventure à la rencontre de producteurs agricoles "pour faire du terrain et gagner en légitimité". 

Il ne s'agit pas pour lui de culpabiliser qui que que ce soit, si ce n'est le système lui-même. L'éco-aventurier se dit plutôt engagé dans une démarche positive, autour de trois axes principaux : le réchauffement climatique, l'agriculture et la sécurité alimentaire. "On est tous un peu piégé dans un système. Mon discours porte d'abord sur la sécurité alimentaire. Une agglomération comme celle du Havre, par exemple, est indépendante alimentairement parlant autour seulement de 3%, comme à peu près toutes les autres agglomérations de France". Conclusion inéluctable : on court à la catastrophe si rien n'est fait.

Ikigai, la joie de vivre

Son objectif est donc de faire comprendre pour essayer de faire agir. "Si on a un jardin, il faut essayer de le cultiver, sinon, s'investir dans des associations de jardins partagés, adhérer à une AMAP, aller chez les producteurs", ça commence par là, souligne Axel. Et surtout par le choix d'un modèle et un système durable qui "rende heureux les agriculteurs". D'où le titre de son périple : Ikigai, le tour de France de l'optimisme, Ikigai pour "joie de vivre" en japonais. Tout un programme. 

En 2023, Axel a déjà prévu de reprendre son bâton de pèlerin mais sans son vélo cette fois. Il donnera une série de conférences dans les écoles, dispensera des formations dans les entreprises et auprès des élus. En attendant, il lui reste quelque 2.500 kilomètres avant d'arriver à la dernière étape, Moyaux en Normandie, le 18 décembre. Bonne route Axel. 

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité