• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Les bretzels de l'espace sont de retour

Bretzel dans l'espace, 19 mai 2018 / © ECAM Strasbourg-Europe
Bretzel dans l'espace, 19 mai 2018 / © ECAM Strasbourg-Europe

Sept étudiants strasbourgeois de l'ECAM Strasbourg-Europe ont envoyé, le 19 mai 2018, deux bretzels dans l'espace. Ils sont redescendus avec leur nacelle et plein de données, qu'il a fallu ensuite analyser pour les présenter lors de leur soutenance de projet. Retour sur une première mondiale.

Par Florence Grandon

Ils sont salés, petits et typiquement alsaciens. Et ils sont allés dans l'espace. Bretz'elle et Bretz'il ont commencé leur vie dans un fournil, avant de partir, depuis la place Kleber, dans la stratosphère, emmenés chacun par un ballon gonflé d'hélium. Bretz'elle est monté plus haut, jusqu'à 34,695 km, Bretz'il s'est arrêté à 33,400 km.


Bretzels congelés

Dans la stratosphère, leurs ballons ont éclaté. Congelés (il faisait - 48°C à 34 km) mais retenus par un parachute, ils sont descendus en faisant une pointe à 270 km/h avant d'atterrir près d'Offenburg. Et les étudiants ingénieurs de l'Ecam (École catholique d'arts et métiers) Strasbourg-Europe ont couru récupérer leurs outils de mesure embarqués pour mieux visualiser leur trajet.

"Ce qui m'impressionne le plus, c'est la courbe de pression atmosphérique", explique Grégoire Chabrol, coordinateur de la recherche et responsable du département Energie à l'Ecam. Sur Terre, les bretzels étaient soumis à une pression de 1000 hPa (hectopascals), "alors qu'en arrivant à 25 km de la Terre, la pression atmosphérique tombe à zéro, c'est impressionnant".
 

Pression atmosphérique en fonction de l'altitude des bretzels / © Ecam Strasbourg-Europe
Pression atmosphérique en fonction de l'altitude des bretzels / © Ecam Strasbourg-Europe


A améliorer...

Les conditions de lancement étaient optimales : peu de vent (11km/h) notamment. Mais Grégoire Chabrol note les points à améliorer : le poids des nacelles étaient un peu trop élevé, il y avait aussi trop d'hélium dans les ballons et le manchon de l'un des bretzels est passé dans le trou d'aération du parachute... ce qui a provoqué un freinage un peu trop tardif... autant de détails à améliorer la prochaine fois. Parce qu'il y aura une prochaine fois ! En 2019, Grégoire Chabrol envisage de refaire une opération similaire dans l'espace, avec peut-être des capteurs de la pollution atmosphérique en plus. Où et quand, rien n'est encore décidé. 


Trop d'hélium

Pourtant, la quantité d'hélium avait son utilité : elle a permis aux nacelles de s'élever très vite au-dessus de la place Kléber, une nécessité pour ne pas endommager ou risquer une collision en ville.

Le vol de Bretz'elle en 3D :


L'envol de Bretz'elle et sa retombée sur Terre :

 

A lire aussi

Sur le même sujet

La sortie du Fioul en question

Les + Lus