Etudiante en médecine, elle reçoit un prix pour un polar qui n'aurait jamais dû être publié

L'étudiante en médecine alsacienne Eléonore Conradt a reçu un prix pour son premier roman "Sur la peau". Le prix du polar non publié. C'est le pari de la maison d'édition Novice, qui distingue chaque année deux pépites passées à travers les mailles des filets des grands éditeurs.

Elle a écrit un polar pendant ses études de médecine. Envoyé à plusieurs maisons d'édition, son roman n'a été retenu par aucune d'elles. Et l'histoire aurait pu s'arrêter là. 

En 2023, Eléonore Conradt prépare son internat à l'université de Strasbourg (concours de fin d'études qui permet de choisir sa spécialité). Pendant ses révisions, elle voit par hasard qu'il existe un "prix des romans non publiés".

"Pour faire une pause dans mes révisions, j'ai postulé en ligne, et puis je suis retournée à mes cours". Trois semaines avant le concours, elle reçoit un mail de la maison d'édition Novice, qui organise le prix. "J'ai lu le mail mais je n'ai pas percuté. Pourtant il était écrit que j'avais gagné le prix, mais je n'ai pas compris sur le coup. J'ai juste répondu rapidement que j'étais contente, et je suis repartie dans mes révisions. Il a fallu que Timothé Guillotin, l'éditeur, me rappelle, qu'il m'explique que j'allais être publiée, pour finalement comprendre ce qui se passait. J'ai été super heureuse, j'ai ressenti une grande fierté et en même temps une grande peur : est-ce que ça va plaire ?".

J'ai été super heureuse, j'ai ressenti une grande fierté et en même temps une grande peur : est-ce que ça va plaire ?

Eléonore Conradt, jeune auteure

La jeune auteure comprend ensuite qu'il va falloir faire quelques modifications. Elle passe son internat, obtient la spécialité et la ville qu'elle voulait, avant de se mettre à réviser son roman cette fois. Un travail nouveau pour cette autodidacte. "Je m'attendais pas à devoir faire autant de modifications, j'ai suivi tous les conseils qu'on me donnait, la deuxième version est plus crédible et plus cohérente".

5% des Français écrivent

Le premier roman d'Eléonore Conradt est un polar et il s'appelle "Sur la peau", il est sorti en librairie le 7 novembre. 

La jeune maison d'édition, Novice, créée en 2021, est née pour sortir les talents du néant. Timothé Guillotin explique que chaque année, le prix récompense le meilleur roman et le meilleur polar non publié : "l'idée c'est de donner une deuxième chance aux auteurs. Il y a 5% des Français qui écrivent, et on sait qu'il y a des perles qui passent à travers les mailles du filet, c'est le cas de Marcel Proust ou J. K. Rolling. Tous les grands auteurs ont d'abord essuyé des refus."

"Pour Eléonore Conradt, le jury composé de libraires a eu un coup de cœur pour son polar. Son texte original était un peu déstructuré, ça partait dans tous les sens, comme souvent chez les jeunes auteurs. Après quatre mois de travail, elle a fait des modifications pour mettre de la technique et de la structure dans son roman."

Une fascination pour les tatouages

"Sur la peau" parle d'une victime tatouée après sa mort, d'un enquêteur lui-même tatoué. L'étudiante est fascinée par ce que racontent les tatouages des gens qui les portent. "Je ne suis pas tatouée, mais j'ai toujours trouvé que les tatouages ont quelque chose d'intime et de tribal", explique l'étudiante aujourd'hui âgée de 24 ans. "Cette histoire est née d'une réflexion entre amies autour de l'acteur Philippe Bas [commandant de police de la série Profilage] : à aucun moment ses tatouages ne jouent un rôle dans l'intrigue."

"Moi j'ai voulu faire ça : bâtir une histoire autour des tatouages du policier. Ce livre, j'y tiens tout particulièrement : je l'ai commencé au fond du gouffre, vers 20 ans, en plein covid. Et puis je l'ai modifié au fur et à mesure, il a aussi évolué avec moi, pour correspondre à mon état d'esprit du moment et à ma vision des choses."

Depuis la publication de son premier roman, elle enchaîne les signatures. Elle ne sait pas encore combien de livres se sont vendus. Et la question de savoir si elle a déjà une idée pour un prochain livre ? "En fait, j'avais envoyé deux romans pour le prix. J'ai toujours beaucoup écrit, parfois je publiais des histoires sur un blog, j'en gardais d'autres pour moi."  

Une auteure à suivre donc... Elle sera en signature à l'espace culturel du Leclerc d'Erstein le 23 mars entre 14h à 18h.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité