Eurométropole de Strasbourg : en colère, Thibaud Philipps, maire d’Illkirch, quitte la majorité

En réaction au calendrier "incohérent" de la future zone à faible émissions (ZFE) de l'Eurométropole, notamment, Thibaud Philipps, maire d'Illkirch-Graffenstaden, annonce ce mardi 27 avril quitter le groupe majoritaire et se retirer des négociations en cours autour de l'interdiction du diesel.

Thibaud Philipps, maire d'Illkirch-Graffenstaden quitte la majorité de l'Eurométropole
Thibaud Philipps, maire d'Illkirch-Graffenstaden quitte la majorité de l'Eurométropole © Xavier Ganaye/France Télévisions

Entre Thibaud Philipps et la présidence de l’Eurométropole de Strasbourg, rien ne va plus. Le maire (LR) d’Illkirch-Graffenstaden n’en fait pas mystère et ne cache plus son agacement. "Il y a aujourd’hui un équilibre difficile à trouver entre la ville centre et les communes de la première et de la deuxième couronne. Cet équilibre n’existe pas. La métropole est devenue un outil au service de la politique strasbourgeoise", assène-t-il.

Parce que trop, c’est trop, le jeune maire ainsi que les cinq autres élus Illkirchois membres de son groupe "pour une Eurométropole active et engagée" ont décidé de quitter la majorité. Annonce faite ce mardi 27 avril à France 3 Alsace, au regard "des problématiques liées à la ZFE" mais aussi du récent débat autour de la définition de l’antisémitisme. Pour mémoire, en mars dernier, la municipalité strasbourgeoise avait refusé de voter la définition officielle de l'antisémitisme telle que proposée par l'Alliance internationale de la mémoire de l'Holocauste (Ihra).

"On a décidé de privilégier nos valeurs. Je préfère perdre mon poste que mes valeurs. J’ouvre une voie et je pense que je ne serais pas le seul sur cette voie. On est qu’au début d’une gouvernance bancale dès le départ", défend Thibaud Philipps.

A l’origine du désaccord, la zone à faibles émissions bientôt mise en place par l’Eurométropole dont ce dernier juge le calendrier "obsolète et incohérent". "La métropole nous présente un calendrier sur lequel elle ne veut plus bouger. Il aurait fallu faire la concertation avec différentes propositions, et pouvoir échanger avec les citoyens", tacle-t-il.  "L’urgence climatique ne doit pas être une raison de diviser. En opposant et en culpabilisant".

Dernier courroux en date, une tirade de Françoise Schaetzel, vice-présidente de l’Eurométropole concernant les positions du maire d’Illkirch-Graffenstaden et son intention d’organiser un référendum, en juin prochain, sur l’interdiction de circulation des véhicules diesel. "Les morts ne votent pas à Illkirch", avait-elle dernièrement déclaré. "C’est indigne d’une élue de traiter ainsi un maire de la métropole", s’indigne l’édile qui annonce dans le même temps quitter la table des négociations autour de la ZFE.

Le torchon brûle donc, et le fil de la communication semble coupé avec l’exécutif métropolitain. "Ça fait quelques jours que Pia Imbs ne m’appelle plus". Sollicitée par nos soins, cette dernière n’a pas répondu à nos solliciations au départ de Thibaud Philipps.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique écologie environnement