• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

GCO de Strasbourg : non, Trump n'a pas vraiment interpellé Macron dans un tweet repris par José Bové

Un faux-tweet du président américain lui fait prendre position contre le grand contournement ouest de Strasbourg (GCO). / © Capture d'écran Twitter & Andrew Harrer, MaxPPP
Un faux-tweet du président américain lui fait prendre position contre le grand contournement ouest de Strasbourg (GCO). / © Capture d'écran Twitter & Andrew Harrer, MaxPPP

Le mardi 14 novembre, l'eurodéputé José Bové a publié sur son compte Twitter un montage faisant faire des reproches à Emmanuel Macron de la part de Donald Trump, le président américain. Le sujet: la construction du grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) sur de "bonnes terres agricoles".

Par Vincent Ballester

Peut-être avez-vous vu passer cette série de tweets, publiés le lundi 13 novembre 2018, dans lesquels Donald Trump a vertement attaqué Emmanuel Macron. Au lendemain de ces tweets, le 14 novembre, l'eurodéputé José Bové (Europe Écologie Les Verts) a partagé un tweet ressemblant beaucoup à l'un de ceux publiés par le président américain... mais au sujet du grand contournement ouest de Strasbourg (GCO). Un montage évident, pour cet activiste anti-GCO de la première heure: "C'est un clin d'oeil pour annoncer le 22e jour de grève de la faim... C'est une autre façon de faire passer l'information: personne n'est dupe."
 

Au lieu de ce qui est écrit dans le tweet vraiment posté (ci-dessous) par le président américain, on peut lire dans le montage de José Bové: "Emmanuel dit qu'il veut #MakeThePlanetGreatAgain (rendre sa grandeur à la planète) mais il détruit 300 hectares de bonnes terres agricoles pour construire une nouvelle autoroute autour de Strasbourg! Je soutiens les grévistes de la faim pour leur 24e jour de jeûne![22e en réalité, ndlr] Une déclaration pour le moins insolite quand on connaît les piètres convictions écologistes du président américain. Le montage "n'a pas nécessité une grande technicité", explique José Bové, qui précise l'avoir réalisé en trois minutes.
 

L'eurodéputé affirme: "Parfois, dans les combats, il faut mettre de l'humour. On peut parler de choses sérieuses d'une autre manière." Et l'humour prend, peut-être même un peu trop: "J'ai une personne qui est venue me dire très sérieusement qu'on n'aurait pas dû communiquer sur ce soutien de Donald Trump!" 

A lire aussi

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer