• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VIDEO - Strasbourg : les grévistes de la faim opposés au grand contournement ouest (GCO) se déshabillent

Cinq des six derniers grévistes de la faim qui s'opposent au GCO de Strasbourg / © FREDERICK FLORIN / AFP
Cinq des six derniers grévistes de la faim qui s'opposent au GCO de Strasbourg / © FREDERICK FLORIN / AFP

Les grévistes de la faim opposés à la construction du grand contournement ouest (GCO) ont choisi la préfecture ce lundi après-midi 12 novembre, pour se déshabiller en public et ainsi montrer la réalité physique de leur combat.

 

Par Catherine Munsch

"Non, on ne s'alimente pas la nuit et on ne fait pas une grève de la faim à tour de rôle" est le message des grévistes de la faim anti GCO. Piqués au vif par les paroles de certains qui les soupçonnent de ne pas faire la grève de la faim en continue, mais à tour de rôle, les six grévistes de la faim se sont présentés face à la presse ce lundi pour apporter les preuves de leur amaigrissement.
 

Ils ont noté sur leur ventre le nombre de kilos perdus. Perdre beaucoup de poids en peu de temps, est un choc pour les organismes de ces hommes et de ces femmes. "Pour se lever il faut y aller tout doucement, on a des vertiges" explique la plus jeune gréviste du groupe, Aurélie Kuhn, 35 ans. "Rien que de descendre des escaliers, c'est difficile. J'ai 35 ans et cet âge-là, on veut péter la forme et clairement là je vois que pour se lever il faut faire tout doucement, sinon notre corps nous joue des tours. Même descendre l'escalier, parce que nos toilettes sont en sous-sol, ou pour faire la toilette, il faut faire tout doucement. [les grévistes vivent et dorment dans une église qui les accueille le temps de leur grève, ndlr]. Moi je vois, ce matin, j'ai pris une chaise, pour me brosser les dents, assise."

Les grévistes de la faim se déshabillent, les kilos perdus notés sur leur ventre / © C.Munsch/France3Alsace
Les grévistes de la faim se déshabillent, les kilos perdus notés sur leur ventre / © C.Munsch/France3Alsace


Pendant que ces militants anti-GCO se déshabillent et s'expriment devant la presse, le sixième semble mettre du temps à arriver. Quand soudain, une voix annonce que le gréviste en question, un homme de plus de 69 ans est tombé. En effet, un homme est au sol, immobile. Une des personnes présentes lui demande s'il a mal quelque part. Il répond qu'il souffre dans le bas du dos. Les secouristes présents lui recommandent de ne pas bouger, le couvrent de vêtements pour le maintenir au chaud, appellent le Samu et les pompiers. Des policiers sont arrivés, suivis des pompiers qui ont pris l'homme en charge, immobilisent ses cervicales, l'installent sur une coque et l'ont évacué.

 


Plus tôt dans la matinée, le maire de Pfettisheim et une trentaine d'habitants des villages de Pfettisheim et Pfulgriesheim (Bas-Rhin) s'étaient mobilisés ce lundi contre l'abattage d'une quinzaine d'arbres.

 

Policiers et pompiers au secours de l'homme gréviste de la faim tombé au sol / © CMunsch/France3Alsace
Policiers et pompiers au secours de l'homme gréviste de la faim tombé au sol / © CMunsch/France3Alsace

Ci-dessous, la lettre de Marc Hoffsess. Il a fait la grève de la faim pendant quinze jours et s'adresse au président de la république, Emmanuel Macron, qui n'a pas fait le geste qu'ils attendaient, à savoir venir à leur rencontre, alors qu'il était à Strasbourg pour les commémorations de la fin de la première guerre mondiale, dimanche le 4 novembre 2018.

Monsieur le Président,
Par la présente, je veux vous donner des nouvelles de mes camarades grévistes de la faim. Lors de votre venue à Strasbourg, dimanche 4 novembre, vous avez dormi à quelques centaines de mètres d’eux, qui vous attendaient. Le niveau protocolaire de votre visite vous interdisant apparemment de les recevoir, vous avez envoyé une conseillère aux représentants du collectif qui les soutient ; elle n’a pas jugé utile de s’enquérir de leur état.
Pour avoir jeûné avec eux durant les quinze premiers jours de la grève, je peux vous dire que l’effort est rude, sur les plans tant physique que psychique. Ils entament leur quatrième semaine de jeûne et tous les médecins vous diront que désormais ils mettent gravement en péril leur santé, voire leur vie. Ils sont très affaiblis. L’une d’entre eux développe une toux inquiétante, les autres perdent leur voix, tous ont perdu entre huit et douze kilos.
Vous savez que leur protestation pacifique est dirigée contre le projet autoroutier de grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg. La mobilisation citoyenne contre ce projet est ancienne, parce que ce projet est absurde, tant il va à l’encontre de l’histoire et des principes mêmes de notre République.
« La seule vallée d’Europe encadrée par deux couloirs à camions »
Il est désormais acquis, même au sein de votre Gouvernement, que ce bout d’autoroute à péage de 24 km n’apporterait aucune amélioration à l’engorgement routier de l’agglomération strasbourgeoise, ni à la pollution atmosphérique qui la caractérise tristement. Il favoriserait le transit routier du nord au sud de l’Alsace, en doublant l’Autobahn A5 existant de l’autre côté du Rhin. Nous vivrions ainsi, entre Vosges et Forêt-Noire, dans la seule vallée en Europe qui compterait deux couloirs à camions ! Pire, le péage trop faible du GCO attirerait les camions qui voudraient éviter l’écotaxe LKW-Maüt allemande !
Au passage, outre plusieurs dizaines d’espèces naturelles protégées, ce GCO détruirait plus de 300 ha de terres d’un Kochersberg, dont tout indique qu’il devra retrouver sa vocation historique de grenier nourricier de Strasbourg et de l’Alsace.
Monsieur le Président, quel sens peut avoir un tel projet, alors que toute la communauté scientifique mondiale alerte sur l’urgence à traiter la pire crise que l’Humanité ait jamais eu à affronter, celle qui touche aux conditions mêmes de sa survie sur Terre ?

Les grévistes de la faim du Collectif GCO Non Merci à l’église de Bischheim (doc remis)

Au-delà de son sens, la façon dont ce projet est conduit laisse elle aussi pantois. Qui l’a initié ? L’État. Qui en a instruit les études et les procédures ? L’État. Qui a évalué ses impacts ? L’État. Qui a choisi le concessionnaire pour le réaliser ? L’État. Qui a défini avec ce concessionnaire les mesures compensatoires de ses impacts ? L’État. Qui a autorisé le début des travaux ? L’État. Qui a pris des arrêtés dérogatoires au droit commun pour faire entrer le projet dans les clous des décisions de justice qui lui étaient défavorables ? L’État. Qui contrôle l’effectivité des mesures compensatoires ? L’État…
« Le droit à l’environnement existe-t-il ? »
Dans son activité frénétique pour imposer ce projet, l’État n’a tenu aucun compte des résultats de toutes les consultations auxquelles la loi le soumettait, ni des deux avis négatifs du conseil national de protection de la nature, pourtant instance consultative de votre Gouvernement, ni des avis négatifs de l’Autorité environnementale, ni des avis négatifs des commissions d’enquête publique successives.
Le droit de l’environnement existe-t il encore dans notre pays, quand ceux qui ont en charge de l’appliquer en bafouent et les objectifs et l’esprit ? Que dire ainsi de la décision prise en référé “à titre exceptionnel” par le tribunal administratif de Strasbourg de ne pas suspendre les coupes d’arbres, malgré les “doutes sérieux” qu’il reconnaissait quant à la légalité des arrêtés attaqués ? Que dire de ces nouveaux jugements en référé, – procédure d’urgence, en principe -, reportés à plusieurs semaines, lorsque les arbres concernés auront bien été abattus ? Que dire de ces décisions de justice qui tomberont dans plusieurs mois, sans doute négatives, mais qui sont rendues caduques de fait, puisque les travaux auront été largement entamés ?
Monsieur le Président, les anomalies de ce dossier sont trop graves et nombreuses pour que vous puissiez continuer à les cautionner. Il y va de l’urgence écologique et climatique ; il y va de notre confiance dans le fonctionnement de nos institutions, dont vous êtes le garant.
Les grévistes de la faim de Strasbourg ne menacent personne. Ils n’envisagent pas de brûler des portiques autoroutiers, ni de déverser des tombereaux de fumier devant les préfectures, ni de bloquer les routes du pays. Leur action est non-violente et affirme, par leur jeûne auquel se sont solidarisés bon nombre de nos concitoyens, un principe de sobriété qui nous parait essentiel à la résolution des défis qui se dressent devant nous.
L’issue de leur action vous appartient, en pleine responsabilité.
Monsieur le Président, vous avez eu le courage exemplaire d’abandonner le projet d’aéroport à Notre-Dame des Landes. Nous vous encourageons à persévérer dans cette voie, en prononçant un moratoire sur le projet de GCO (il en est encore temps), afin de permettre sa remise à plat.
Nous n’oublions pas qu’en France, plusieurs dizaines de ces projets inutiles et écocides suscitent les mêmes interrogations et les mêmes oppositions que le projet de GCO. Votre Gouvernement s’honorerait devant l’histoire, s’il prenait la décision de tous les réexaminer à l’aune des enjeux exceptionnels et dramatiques de notre siècle.
Recevez, Monsieur le Président, mes salutations les plus respectueuses.
Marc Hoffsess
Gréviste de la faim anti-GCO et pro-clima

 

Sur le même sujet

Le mot de la fin pour Théau

Les + Lus