Guerre de 1870 : il y a 150 ans, les Allemands faisaient sauter le pont qui reliait Strasbourg à Kehl

Quelques jours après le début de la guerre de 1870 entre la France et l'Allemagne, le pont qui relie Strasbourg à Kehl est dynamité par les troupes du pays de Bade, pour éviter le transport de soldats français par le pont de chemin de fer.

Depuis la rive de Kehl, le pont de chemin de fer est dynamité par les soldats badois, le 22 juillet 1870
Depuis la rive de Kehl, le pont de chemin de fer est dynamité par les soldats badois, le 22 juillet 1870 © Deutsche Kriegs Zeitung, 1870
Il y a 150 ans, jour pour jour, les soldats badois stationnés à Kehl font exploser le pont de chemin de fer sur le Rhin. L'explosion est spectaculaire et plusieurs bâtiments à Kehl sont impactés. Quelques jours plus tôt, le 19 juillet, la France a déclaré la guerre à la Prusse. Et la Prusse a exigé du pays de Bade sa coopération, qu'il ne peut refuser.

Le gouvernement du pays de Bade à Karlsruhe, inquiet de voir les soldats français envahir le pays de Bade veut éviter la guerre. Dans la nuit du 21 au 22 juillet 1870, il donne l'ordre aux soldats de Kehl de détruire le pont de chemin de fer tout neuf (il a été inauguré en avril 1861). Les soldats (Flusspioniere, soldats chargés des ponts) s'activent et se dispersent dans les tunnels qui courent d'une batterie à l'autre. Ils se rendent dans les trois dépôts de munitions, construits en même temps que le pont pour parer à l'éventualité d'une attaque française. 

2.375 kilos de poudre

A 4h30, le 22 juillet, la partie mobile du pont est détruite avec 2.375 kg de poudre. La première pile s'enfonce dans le fleuve, et avec elle les deux statues de bronze représentant le père Rhin et la mère Kinzig (affluent du Rhin qui traverse Kehl). Les deux statues étaient installées dans l'édifice qui surplombaient la première pile. Côté strasbourgeois, les statues représentent l'Ill et le Rhin, comme on peut l'apercevoir sur cette carte postale prise du côté français.
 
Pont de chemin de fer reliant Strasbourg à Kehl, entre 1861 et 1870
Pont de chemin de fer reliant Strasbourg à Kehl, entre 1861 et 1870 © Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg / domaine public

A Kehl, la statue de la mère Kinzig a été repêchée, on la trouve sur la place du marché, sur un monument aux morts de 1870.
 
Statue de la mère Kinzig, sur la place du marché à Kehl, le 22 juillet 2020
Statue de la mère Kinzig, sur la place du marché à Kehl, le 22 juillet 2020 © Florence Grandon. FranceTélévisions.
 
Mutter Kinzig von der gesprengter Rheinbrücke 22. Juli 1870 - La mère Kinzig du pont sur le Rhin détruit le 22 juillet 1870
Mutter Kinzig von der gesprengter Rheinbrücke 22. Juli 1870 - La mère Kinzig du pont sur le Rhin détruit le 22 juillet 1870 © Florence Grandon. FranceTélévisions.
 
Klaus Gras est guide touristique et il fait beaucoup de recherches historiques sur Strasbourg et Kehl. Il trouve cet événement de la guerre de 1870 très intéressant. "Aujourd'hui on sait que cette destruction n'était pas nécessaire, mais les Badois avaient très peur des Français et ils voulaient éviter la guerre. D'ailleurs, les ouvertures des batteries étaient dirigées vers la tête de pont, pour le détruire. Pas pour tirer sur l'autre rive et atteindre les Français. L'objectif c'était de ralentir ou d'empêcher le transport des soldats français".
 
Dans les sous-sol de la villa Schmidt, à Kehl, se trouvent des vestiges de son premier usage : une place forte pour garder des munitions et détruire le pont. Les meurtrières défensives sont encore là.
Dans les sous-sol de la villa Schmidt, à Kehl, se trouvent des vestiges de son premier usage : une place forte pour garder des munitions et détruire le pont. Les meurtrières défensives sont encore là. © Florence Grandon. FranceTélévisions.
 

Rétablir les faits

A Kehl, les gens parlent parfois de cette histoire-là. La destruction des ponts, lors des guerres, fait partie de l'histoire commune entre Strasbourg et Kehl. "Mais là, on a sous les yeux la preuve que ce sont les Badois eux-mêmes qui ont détruit le pont. Souvent j'entends les gens dire "ils ont détruit le pont", et "ils" ce sont toujours les Français."
 
Klaus Gras devant les gravures de 1870, chez lui à Kehl, le 22 juillet 2020
Klaus Gras devant les gravures de 1870, chez lui à Kehl, le 22 juillet 2020 © Florence Grandon. FranceTélévisions.

Pour la Kehler Zeitung, il a raconté l'histoire en commençant par ce fait-là. Cette destruction inutile d'un bel édifice. "Les journaux français avaient mis l'inauguration du pont à la une ! C'est incroyable, mais c'est vrai que c'était un très beau pont, avec une belle architecture et une prouesse technique remarquable. C'est un des plus beaux édifices en fer de l'époque, la gare de Strasbourg a été construite avec les mêmes matériaux quelques années plus tard, et elle est encore debout !"

Le pont sur le Rhin était le point de passage de l'Orient Express qui reliait Paris à Istanbul. Tout un symbole.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
allemagne international histoire culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter