• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

EN IMAGES - A Strasbourg, des brebis pour détruire une plante invasive, la renouée du Japon

Un berger et des brebis pour éradiquer les renouées du Japon à Strasbourg / © Grégory Fraize/France3Alsace
Un berger et des brebis pour éradiquer les renouées du Japon à Strasbourg / © Grégory Fraize/France3Alsace

L'écopâturage, vous savez ce que c'est? C'est une méthode écologique utilisée, en ce début de printemps en Alsace, pour venir à bout d'une des cent plantes les plus envahissantes: la renouée du Japon. Un berger a fait paître des brebis et agneaux en pleine ville de Strasbourg.
 

Par Catherine Munsch

La scène peut surprendre, mais à situation exceptionnelle, moyens exceptionnels. Une vingtaine de brebis et d'agneaux broutent en pleine ville de Strasbourg. Ce n'est pas que le berger manque de pâtures ailleurs, il a été sollicité par la SNCF-Réseau pour les faire paître là. Elles doivent dévorer la renouée du japon, une herbacée hautement envahissante. Introduite en Europe au XIXe siècle pour ses qualités fourragères, elle est désormais un fléau difficile à éradiquer. 

 
Une plante dont les brebis viennent à bout / © Gregory Fraize/france3Alsace
Une plante dont les brebis viennent à bout / © Gregory Fraize/france3Alsace

La renouée du Japon se reproduit par rhizomes (racines). Un petit fragment de racine suffit à la plante pour se reproduire, mais son plus grand tort est de faire le ménage autour d'elle: elle envoie des toxines dans le sol pour éliminer les végétaux voisins. Et si quoique ce soit commençait à pousser, ses feuilles occupent l'espace et privent la plante naissante de lumière.
 
La renouée du japon empêche la pousse de tout autre végétal dans son voisinage / © Claude Pringent/Max PPP
La renouée du japon empêche la pousse de tout autre végétal dans son voisinage / © Claude Pringent/Max PPP

Vincent Fruleux, 45 ans, vient de Lille. Il est berger urbain itinérant. Fils d’éleveur, il a été lui-même éleveur en montagne, avant de devenir berger urbain il y a 5 ans. Aujourd'hui il travaille pour une entreprise experte en écopâturage. Cette entreprise possède deux troupeaux de brebis, une dans le nord et un deuxième dans le sud de la France. En fonction des commandes, le berger rejoint l'un ou l'autre des troupeaux gérés par l'entreprise d'écopatûrage. 

Les bêtes sont en Alsace pour quinze jours, avec une mission: manger et piétiner 80% de la renouée du japon, plante invasive, qui menace les voies ferrées. Elles ont une parcelle de 4.000 m2 à couvrir.
Des brebis broutent aux abords des lignes de SNCF-réseaux / © Grégory Fraize/ France3Alsace
Des brebis broutent aux abords des lignes de SNCF-réseaux / © Grégory Fraize/ France3Alsace
Les brebis appartiennent à une entreprise d' écopâturage / © Grégory Fraize/France3Alsace
Les brebis appartiennent à une entreprise d' écopâturage / © Grégory Fraize/France3Alsace
Le berger urbain a déjà emmené paître les brebis de l'entreprise dans des parcs, sur des sites de monuments historiques ou dans des ports. Les animaux broutent tout type de végétaux envahissants et non toxiques pour eux.

Vincent les surveillent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 accompagné de son chien de berger, un border collie. Dans ce cas, ce sont des brebis, mais l'entreprise propose aussi d'autres animaux comme des poneys, des moutons, des vaches et des ânes ou des alpagas. Ce cheptel peut intervenir dans tout type d'espace naturel, comme des friches ou des parcs, partout en France 
 
Prochaine étape pour le berger et un autre troupeau: la ville de Lille dans le nord de la France.
 

Sur le même sujet

Reims: les gilets jaunes au centre-ville

Les + Lus