Ittenheim : 200 personnes marchent contre le GCO

Sylvain Metz, du Collectif GCO NON MERCI

200 personnes se sont mobilisées ce dimanche contre le projet de Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO), qu’elles estiment « inutile, coûteux », néfaste pour l’environnement et le paysage. Ce projet a pour but de délester l’A35 qui dessert la capitale.

Même si les travaux du Grand contournement Ouest de Strasbourg (GCO) sont prévus dès 2017, certains veulent encore croire à l’abandon du projet. Ce dimanche 1er janvier, 200 personnes ont bravé le froid pour participer à une « marche des cabanes » entre Kolbsheim et Ittenheim.

Pourquoi marche des cabanes ? Car les militants anti-GCO ont construit des cabanes sur le tracé du GCO et veulent, par leurs marches, « faire découvrir une partie de l’environnement local menacé par le tracé projeté pour le Grand Contournement Ouest (GCO) ».


Dans un communiqué ils estiment que ce projet d’autoroute à péage est « destructeur de terres, inutile et coûteux. »

Le projet de "Grand Contournement ouest" (GCO), né dans les années 1970 mais régulièrement abandonné avant d'être relancé à la fin des années 1990, a pour but de délester l'actuelle autoroute A35, régulièrement engorgée, qui dessert la capitale alsacienne. Un contrat de concession pour la construction de cette rocade autoroutière, représentant un investissement de 500 millions d'euros, a été signé en début d'année entre le ministère de l'Ecologie et le groupe Vinci. Cette concession, d'une durée de 54 ans, porte sur "la conception, le financement, la construction, l'exploitation et l'entretien des 24 kilomètres du contournement ouest de Strasbourg, en 2x2 voies".

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité