REPLAY - "Jean Monnet, le père discret de l'Europe" : trois raisons de voir ce documentaire sur un homme de l'ombre

Si l'on associe bien la création de l'Union européenne à Jean Monnet, on connait bien moins l'histoire de l'homme. "Jean Monnet, le père discret de l'Europe" nous embarque dans sa vie comme dans un roman. Voici trois bonnes raisons de voir de documentaire en replay sur France 3 Grand Est.

Jean Monnet à Genève en 1921
Jean Monnet à Genève en 1921 © C Boissonnas

L'Histoire avec le grand "H" retient de Jean Monnet sa discrétion. On sait dire de lui qu'il est à l'origine de la création de l'Union européenne, mais que connait-on de l'homme ? Bien peu de choses, en fin de compte. Au gré de la découverte de bobines de films familiaux, voici l'histoire d'un homme, sous un autre angle, plus romanesque que prévu. Voici trois bonnes raisons de voir Jean Monnet, le père discret de l'Europe, en replay sur France 3 Grand Est.

1. Parce que derrière chaque destin se dessine une vie

Comme dans un roman picaresque, l'intrigue mène Jean Monnet de son chai de Cognac en Charente, aux fondations de l'Union européenne par le biais de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (Ceca). Un petit tour à Londres, un autre par le Canada et les États-Unis et voilà notre homme bâti pour accomplir son destin européen. Remplaçant les études, qu'il n'a jamais faites, par une profonde connaissance de l'esprit humain, il maîtrise les rouages stratégiques et dispose d'une vision éclairée sur l'avenir. Des qualités qui vont l'amener à des fonctions pour lesquelles il n'était pas prédestiné. 

2. Parce qu'un grand homme peut en cacher un autre

Qui peut se targuer d'avoir dans son carnet d'adresses d'abord un président français du Conseil en 1914, deux Présidents des États-Unis (Thomas Woodrow Wilson et Franklin Delano Rooselvelt ), un Premier ministre Britannique - et non des moindres - Winston Churchill, à qui il écrit en mai 1940, le général de Gaulle, dont la haute opinion qu'il a de lui-même, n'en fera pourtant pas un ami ? Qui peut se targuer d'avoir été présent à Londres, à Alger, à Bordeaux ou à Washington, pile au moment où il fallait y être ? Le fin stratège rencontre les hommes qui comptent (dans tous les sens du terme) et les mets en relation pour qu'ils se comprennent et s'unissent.

Ici Jean Monnet à gauche avec Konrad Adenauer au Luxembourg en 1966.
Ici Jean Monnet à gauche avec Konrad Adenauer au Luxembourg en 1966. © FerdiHarting

Dans l'ombre des plus grands, il tire des ficelles qui dirigent l'Europe vers un avenir plus radieux.

3. Parce que l'amour, toujours l'amour

Celui d'une femme, qui ne lui était pas non plus destinée. Sylvia, de 20 ans sa cadette, déjà mariée, dans un pays et une époque où l'on ne divorce pas. Une femme pour laquelle, il va faire jouer ses relations et ses stratagèmes, toujours dignes de péripéties romanesques. Jean Monnet ne recule devant rien pour l'amour de sa belle. Comme il ne recule devant aucun obstacle, en toutes circonstances. Il le dit d'ailleurs lui-même : "Pour moi, tout est un moyen, même l'obstacle". "Infatigable optimiste", c'est ainsi que le décrit Jean-Claude Juncker, président de l'Union Européenne de 2014 à 2019.

Jean-Claude Juncker, président de l'Union européenne de 2014 à 2019.
Jean-Claude Juncker, président de l'Union européenne de 2014 à 2019. © Rüdiger Morsdorf Filmproduktion/FTV

Il fallait bien au moins cela pour déplacer les montagnes et faire de l'Europe une terre de paix et d'union, après tant de guerres.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
institutions européennes politique europe