La jeune femme blessée par le tir de Kylian Mbappé à Strasbourg raconte : "Il tire fort quand même hein ?"

Néguine Razavifard a fait parler d'elle sur les réseaux sociaux, bien malgré elle. Samedi 27 mai, juste avant la rencontre PSG-Racing Club de Strasbourg, la jeune femme de 17 ans s'est pris un tir de Kylian Mbappé dans le nez. Pas vraiment un honneur. Elle nous raconte.

Pour Néguine Razavifard, cette soirée restera longtemps gravée dans sa mémoire, en espérant qu'elle ne soit tout bonnement pas imprimée sur son nez.

Pour la première fois de sa vie, la jeune fille de 17 ans se rend dans un stade "pour voir Kylian, surtout, je suis une très grande fan". Rendez-vous est donné à 20h, dans les tribunes de la Meinau pour le match entre le Racing Club de Strasbourg et le Paris Saint-Germain. Arrivée il y a cinq ans d'Iran, où les femmes ont interdiction d'assister à un match de foot, cette sortie est pour elle le symbole d'une liberté retrouvée. Un geste fort. Presque un peu trop. "Je ne pensais pas que ma tête allait apparaître partout sur les réseaux sociaux, mais oui, du coup, c'est un peu une revanche sur la vie." 

Car la tête de Néguine, tout comme celle, souvenez-vous, de l'Alsacien Guillaume Wintz en décembre 2022 lors de la demi-finale de la Coupe du monde, est prise par Kylian Mbappé pour… une lucarne. "C'était juste avant le match, les joueurs s'échauffaient, il y avait Kylian pas loin". Pas assez loin, du coup.

Paf dans le pif

Kylian vient de rater son tir. Mais pas le nez de Néguine. "J'ai ressenti une grande douleur, j'étais KO, je n'ai rien compris." À croire, oui, que le joueur du PSG a les Alsaciens dans le pif. 

La jeune femme fait une entrée fracassante dans le monde du football. "J'étais stressée, j'étais sous le choc, j'ai eu très peur. Je me souviens d'avoir vu Kylian me prendre le bras et m'amener voir les secouristes. Il est resté plusieurs minutes. Il a un grand cœur, il est très gentil, là, j'en ai eu la preuve. Moi qui voulais le voir jouer, je l'ai vu de près. C'est une très belle personne. Je sais même pas ce que je lui ai dit. Ni même ce qu'il m'a dit. Il tire fort quand même hein ? Je n'avais même jamais saigné du nez de ma vie." Que de premières pour Néguine.

Néguine restera une bonne partie du match avec les secouristes. "Kylian est venu me voir plusieurs fois, je crois, c'est dommage parce que vu l'état dans lequel j'étais, je n'ai même pas pu profiter de sa présence. Il m'a même fait un câlin."  Nous n'irons pas jusqu'à dire que le joueur est un gentleman, mais tout de même, il est très fair-play. "Bon, pour le premier match de ma vie, je n'ai rien suivi, n'ai rien vu, je voyais flou de toute façon." 

Kylian est venu me voir plusieurs fois, je crois, c'est dommage parce que vu l'état dans lequel j'étais, je n'ai même pas pu profiter de sa présence

La vidéo de Kylian volant au secours de la jeune fille fera le buzz. Néguine aussi du coup, bien malgré elle.

 

"Le lendemain, quand j'ai vu toutes ces vidéos qui tournaient là, je n'en croyais pas mes yeux. Au lycée, lundi, ils étaient admiratifs, d'autres se sont inquiétés pour mon nez, ça m'a fait rire. Je ne m'attendais pas en une soirée à faire le buzz comme ça." 

Un bobo et un maillot

Et les copains ont de quoi être jaloux. À l'issue du match, encore contrit et transpirant, Kylian Mbappé offre un de ses maillots, propre, "qui sentait le parfum"  à la jeune femme. "Je ne devais vraiment pas être dans mon état normal, j'ai même oublié de lui demander de me le dédicacer. Peut-être un jour, mais pas tout de suite, je vais attendre que mon nez soit en état. Afin, cette fois, de mieux profiter du match. En tout cas, j'ai beaucoup apprécié ce geste, ça m'a réconfortée … "

Je ne devais vraiment pas être dans mon état normal, j'ai même oublié de lui demander de me dédicacer son maillot. Peut-être un jour, mais pas tout de suite.

En fin de semaine, Néguine ira quand même faire des examens chez l'ORL, histoire de voir si, à l'image du tir de Mbappé, sa cloison nasale n'est pas déviée. Elle l'espère. Tout comme, au fond, elle aimerait que cette image de la jeune Iranienne, cheveux aux vents dans un stade de foot, arrive par les circonvolutions mystérieuses du web, jusqu'à Téhéran. Même le nez en sang.