Agriculteurs en colère : le blocage de l'autoroute M35 levé, la circulation toujours perturbée à Strasbourg

Les agriculteurs, qui bloquaient l'autoroute M35 au niveau de la nécropole de Cronenbourg à Strasbourg depuis le mercredi 24 janvier, ont décidé de lever le blocage. Des perturbations de la circulation vont perdurer dans la soirée.

Ils lèvent le camp, pour l'instant. Plus de 400 tracteurs issus de tout le département bloquent l'autoroute M35 à Strasbourg depuis mercredi 24 janvier, à l'appel de la FDSEA 67. Réunis en assemblée générale, les agriculteurs ont décidé de ne pas prolonger le blocage une nuit de plus. Ils partiront donc dans l'après-midi, mais envisage déjà d'autres actions.

Si les annonces qui sont faites demain soir ne sont pas au rendez-vous, dès mardi, nous serons de nouveau en action syndicale. 

Franck Sander

président de la FDSEA 67

Avant de reprendre la route pour rentrer dans leurs exploitations, certains agriculteurs ont décidé de faire un détour pour Strasbourg afin de montrer leur colère autrement. Vers 16h30, plusieurs tracteurs ont déversé des ordures et du fumier devant le siège de la Dreal (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement). 

Les perturbations autour de la capitale européenne doivent durer encore jusqu'à jeudi soir, le temps d'évacuer et de rouvrir la portion d'autoroute interdite à la circulation. Les manifestants bloquaient la M35 au niveau de la sortie Cronenbourg depuis mercredi après-midi. Ils ont donc passé la nuit sur le point de blocage, transformé en petit village avec éclairage, chapiteau et barbecue. 

La ville avait déjà connu des mobilisations spectaculaires du monde agricole, mais jamais un blocage aussi long. Une démonstration de force ciblée. La M35 constitue le plus important axe de circulation de l'agglomération strasbourgeoise. "À un moment donné, il faut montrer qu'on est là et y aller avec un peu de force et de conviction pour que les choses bougent", explique une jeune agricultrice. "Je n'aime pas bloquer les gens, mais on n'a pas d'autres solutions", se justifie un autre participant.

Une nuit sur l'autoroute 

Dans la nuit, l'ambiance était joyeuse. "Y a du monde, y a du feu, de quoi boire, de quoi manger, y a une belle ambiance. C'est chaleureux de voir que tout le monde est mobilisé. Pour une nuit minimum, voir au-delà" confie Mathias Ostermann à notre équipe. "On s'est organisés, pour pouvoir discuter, échanger, passer un moment convivial entre nous", explique Franck Sander président de la FDSEA du Bas-Rhin, dans notre journal régional. "On a commencé nos revendications depuis bien longtemps, on a retourné les panneaux à l'automne. Et rien n'a bougé. Les agriculteurs sont dans une situation détestable", dénonce-t-il.

Certains sont arrivés de loin pour montrer leur mécontentement. Venus du nord, du sud et de l'ouest du département, ils ont peu à peu convergé vers Strasbourg mercredi dans la journée. L'une de nos équipes de journalistes est partie avec un groupe d'agriculteurs de Seltz vers 13 heures. Des dizaines de tracteurs sont venues grossir les rangs du lent convoi.

Une autre équipe de la rédaction, présente au point d'arrivée au niveau de la nécropole de Cronenbourg, a assisté à l'arrivée du convoi parti de Sélestat. 

Cette opération spectaculaire est une première en Alsace. "Pour se faire entendre, parfois, il faut faire des grosses manœuvres", estime un jeune agriculteur alsacien, au volant de son tracteur. Il réclame plus d'aides à l'installation "car c'est de plus en plus compliqué de nos jours de s'imaginer reprendre""Est-ce qu'on arrivera à tenir sur la durée ? Est-ce que le pays veut encore des agriculteurs français ?" , s'interroge-t-il. 

Des déviations prévues 

La portion d'autoroute située au niveau de la nécropole de Cronenbourg est bloquée depuis 14 heures. De fortes perturbations sont à prévoir, notamment autour de l'Eurométropole. La préfecture conseille aux automobilistes "d’éviter largement ce secteur et, dans la mesure du possible, d’avancer ou de retarder leurs déplacements".

Des déviations obligatoires sont mises en place sur la M35, selon un communiqué de la préfecture

• depuis le nord, dernière sortie au marché Gare (sortie 1)
• depuis le sud, dernière sortie sur la M351 (sortie 3 "Porte blanche")

 

La CTS a également prévenu que le fonctionnement de certaines lignes de bus pourrait être perturbé. De même, l'accès à l'aéroport pourrait s'avérer compliqué.

Une concurrence jugée déloyale

Les agriculteurs en ont profité pour faire entendre leurs revendications. "La production agricole française recule dans tous les secteurs, concurrencés par les importations qui ne respectent pas les mêmes normes" [environnementales ou sanitaires par exemple], regrette la Fdsea du Bas-Rhin. Le syndicat, majoritaire en Alsace, dénonce aussi les coûts de production qui "explosent dans les fermes", et milite pour un revenu décent. 

Dans le Bas-Rhin aussi, les agriculteurs se sont mobilisés. Ils bloquent actuellement l'autoroute A35 au niveau d'Oberhergheim, au sud de Colmar, à l'appel de la FDSEA 68. Et passeront la nuit sur l'autoroute avant de plier bagage demain. 

La Fdsea n'est d'ailleurs pas la seule à exprimer son mécontentement. La Coordination rurale a également appelé à un rassemblement jeudi à partir de 10 heures jusqu'à 17 heures à Strasbourg. Les agriculteurs manifestent devant les locaux de la DDT (Direction départementale des territoires), rue du Maréchal Juin, munis de leurs "gilets verts".  

Historiquement opposée à la Politique agricole commune (PAC), le syndicat agricole dénonce "la fin de l’exonération sur le gazole non-routier (GNR), l’augmentation de la paperasse et des coûts de production pour les agriculteurs".