NL Contest: Florent Kastner, l'espoir alsacien du BMX, "Je rêve des JO 2024"

A seulement 15 ans, Florent Kastner fait partie de l'équipe de France de BMX free style. Le jeune Alsacien participe pour la première fois à la compétition professionnelle du NL Contest de Strasbourg ce dimanche 26 mai.
Florent Kastner adore les sensations et le sentiment de liberté que lui procure le BMX.
Florent Kastner adore les sensations et le sentiment de liberté que lui procure le BMX. © Isabelle Griffon / France 3 Grand Est
"Mon rêve c'est de devenir rider professionnel, d'en faire mon métier, de me lever le matin et d'aller rouler." Florent Kastner est un jeune homme qui se donne les moyens de vivre à fond sa passion, le BMX. A 15 ans, ce jeune Alsacien, originaire de Soufflenheim, roule tous les jours, ou presque. "Dans la semaine, j'essaie de m'entraîner après les cours, 2-3 heures, et le week-end je suis à Strasbourg toute l'après-midi pour rouler."

L'un de ses terrains de jeu préféré ? Le skatepark de la Rotonde, à Strasbourg. "L'un des meilleurs de France." Là où se déroule ce dimanche 26 mai la dernière des trois journées du NL Contest, le grand festival des cultures urbaines. Florent y traîne tous les ans depuis qu'il s'est mis au BMX. Pour la première fois, il s'est qualifié pour la finale professionnelle du BMX free style, la discipline où il excelle. "C'est vraiment top de rouler en pro cette année, confie-t-il. Je connais beaucoup de monde dans le public, cela rajoute une pression en plus, je vais essayer de tout donner. Faire un Top 5, ce serait vraiment bien."

Je suis vraiment fier d'avoir réussi à gravir les échelons, j'ai fait deux années en amateur et maintenant je suis en pro
- Florent Kastner, rider alsacien -

Par ses figures acrobatiques et sa maturité, le jeune homme impressionne ses pairs. Comme Rémy Carra, "star locale" du vélo urbain et adepte d'une autre discipline, le dirt, qui l'a vu grandir. "Je le croisais il y a quatre ans au bowl d'Hag (skatepark d'Haguenau). Tout minuscule sur son petit vélo, avec une tête de bébé, il se démarquait déjà des autres de son âge. Puis le Stride a ouvert à Strasbourg, il y venait très régulièrement avec sa bande de potes".

Je me régale quand je le vois en compétition. Il enchaîne tout avec facilité, il a ce qu'on appelle dans le milieu le "bike control"
- Rémy Carra, son "conseil" lors des compétitions -

Peu à peu, Rémy, 27 ans dont 14 ans de vélo, devient une sorte de "grand frère". "Je le conseille, je lui trouve des idées pour les figures, j'essaie de lui enlever le stress." Florent écoute et apprend vite auprès de celui qu'il admire. Le jeune homme n'a pas peur de chuter. "Cela fait partie du jeu de tomber. Je me suis pris beaucoup de gamelles, mais je n'ai jamais eu de fractures. C'est ce qui m'a permis de progresser aussi vite, de ne pas avoir un gros temps d'arrêt."
 
A 15 ans, Florent enchaîne les figures avec aisance.
A 15 ans, Florent enchaîne les figures avec aisance. © Isabelle Griffon / France 3 Grand Est

Assidu dans ses entraînements, Florent Kastner progresse vite. Au point d'intégrer l'équipe de France de BMX free style il y a deux ans. "C'est une grande fierté", confie-t-il. Sur les compétitions, on est tous ensemble, ça apporte de la motivation, une aide. Il y a aussi plusieurs stages dans l'année, on va dans différents skatepark. Là, ils nous entraînent à gérer nos "runs" correctement." L'an passé, l'Alsacien a remporté la Coupe de France junior. En attendant de participer à des coupes du monde, voire aux Jeux olympiques.

Quand je teste une nouvelle figure, que je suis en haut de la rampe et que je dois y aller, j'ai peur, il faut juste réussir à passer au-dessus de la peur.
- Florent Kastner, espoir du BMX-


Le BMX fera l'an prochain son entrée officielle comme discipline olympique. Une reconnaissance que Florent Kastner attend avec impatience. "Cela va apporter une plus grande visibilité à ce sport, plus de gens vont venir rouler et faire du BMX." Surtout les Jeux olympiques vont décupler son ambition"Les JO de 2020 à Tokyo, c'est un peu tôt pour moi, mais ceux de 2024 à Paris, je compte bien y participer."
 
Le jeune homme garde la tête sur les épaules. Lycéen en bac pro études et économie du bâtiment, il compte bien continuer l'école. "Dans le milieu pro, les places sont chères, explique-t-il. Si je pouvais, je ne ferais que du vélo, mais les carrières sont courtes, environ 10 ans, il faut penser à l'avenir." Ce qui ne l'empêche pas de continuer à rêver. "Avec sa motivation, sa capacité d'adaptation et son aisance, il peut aller loin, conclut Rémy Carra. C'est tout ce que je lui souhaite."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport loisirs sorties et loisirs