• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le Racing club de Strasbourg assuré de son maintien en Ligue 1: “ah bon?! Je croyais que c'était la semaine dernière”

Joie de Sanjin rcic et Lionel Carole (d) lors du match de football de L1 entre le Racing Club de Strasbourg Alsace et l'En Avant Guingamp, à Strasbourg le 13 avril 219. / © L'ALSACE/MAXPPP
Joie de Sanjin rcic et Lionel Carole (d) lors du match de football de L1 entre le Racing Club de Strasbourg Alsace et l'En Avant Guingamp, à Strasbourg le 13 avril 219. / © L'ALSACE/MAXPPP

C'est à l'issue d'un match fou aux airs de revanche, que Strasbourg a obtenu samedi, à domicile, un tout petit point contre son meilleur ennemi Guingamp. Un petit point qui lui permet néanmoins d'assurer son maintien en Ligue 1. Et ça, c'est une merveilleuse nouvelle.

Par Cécile Poure

On ne va pas refaire ici l'histoire du match. Ce qui est fait est fait, assez follement d'ailleurs. Ce qu'il faut retenir surtout de la rencontre de samedi soir à la Meinau contre Guingamp, c'est ce match nul. Un beau match, on s'entend, mais qui se solde par une égalisation d'une courte tête de Jérémy Sorbon qui permet à Guingamp de revenir au score (3-3).  Et qui ramène surtout un point supplémentaire dans l'escarcelle strasbourgeoise.
 

Un point de plus qui permet au Racing d'être définitivement et officiellement maintenu en Ligue 1 la saison prochaine. Et ce, même si par malheur, les Strasbourgeois devaient perdre leurs six prochains matchs. C'est mathématique. En obtenant son 44e point samedi soir, le Racing creuse l'écart avec le premier relégable Dijon (18e avec 24 points) et éloigne ainsi le moindre danger de finir comme lui.
 

On dit souvent dans le milieu footballistique que 42 points est la barrière symbolique à franchir pour assurer le maintien en Ligue 1. Qu'aucune équipe n'est jamais descendue avec 42 points, c'est la théorie Guy Roux (qui n'est pas toujours vraie). Les Strasbourgeois les ont obtenus lors de leur rencontre le 3 avril contre le Stade de Reims. Mais sait-on jamais: plus, c'est bien. Et 44 (42 + 1 point à Paris le 7 avril contre le PSG + 1 point hier soir contre Guingamp), c'est encore mieux. Vous suivez ?
 
Non? Pas grave. Même Thierry Laurey, entraîneur du RCSA, s'y perd. C'est dire. " Ah, je croyais que c'était la semaine dernière ? Ah bon, c'est officiel? Pourquoi mathématiquement heu...? Ah d'accord? Pourquoi tu tremblais?"
 
On tremble plus t'inquiète Thierry. On est serein. Sauf peut-être quand on t'interviewe .... 
 

Sur le même sujet

Interview du doyen de la faculté des sciences de Nancy

Les + Lus