• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le Racing Club de Strasbourg tient le PSG en échec 1-1 : “un nul aux allures de victoire” pour Lamine Koné

Le Strasbourgeois Kevin Zohi face au Parisien Thomas Meunier le 5 décembre à la Meinau / © Patrick HERTZOG / AFP
Le Strasbourgeois Kevin Zohi face au Parisien Thomas Meunier le 5 décembre à la Meinau / © Patrick HERTZOG / AFP

Le Racing Club de Strasbourg a décroché le match nul 1-1 mercredi soir face au PSG à la Meinau.

Par MC avec AFP

Trois jours après avoir abandonné ses premiers points de la saison sur la pelouse de Bordeaux (2-2), le Paris SG a concédé un nouveau match nul sur la pelouse de Strasbourg (1-1) à l'issue d'une prestation poussive, mercredi en clôture de la 16e journée.  Il a fallu un penalty, transformé par Edinson Cavani (71e), pour répondre à l'ouverture du score alsacienne de Kenny Lala, elle aussi sur penalty (41e).
 

Le RCSA, valeureux, tout comme son bouillant public de la Meinau, n'est pas passé loin de reproduire l'exploit réalisé il y a tout juste un an quand il avait été la première équipe à faire tomber le PSG en championnat (2-1). Bien organisé et rapide dans la transition, Strasbourg, qui a évolué dans un 5-4-1 équilibré, a fait bonne figure, notamment lors du premier acte où il a ouvert le score sur un penalty de Lala consécutif à une main de Thilo Kehrer (41e).
 
Le penalty transformé par Kenny Lala / © G. Fraize/France 3 Alsace
Le penalty transformé par Kenny Lala / © G. Fraize/France 3 Alsace

 


Malgré l'égalisation parisienne, les Alsaciens n'ont pas craqué et décroché un nul synonyme de victoire qui leur permet de pointer au 9e rang (22 points).
 

Laurey: "très content de prendre un point"

Thierry Laurey (entraîneur de Strasbourg: "Je suis satisfait, pas seulement parce que c'est Paris. On a fait un gros match car c'était pas évident. On savait qu'on allait défendre, ce n'est pas un sentiment de faiblesse. On savait qu'il nous faudrait de la justesse technique pour sortir les ballons. Sur l'engagement qu'on a mis, la rigueur et l'investissement qu'on a mis, je suis très content de prendre un point. On a joué avec des gamins qui découvrent la Ligue 1 cette saison: Zohi, Caci, Fofana, Sissoko. Tout n'est pas parfait, mais ils lâchent les chevaux et ils grandissent. Ils ont fini carbonisés. Quand tu n'es pas cuit à la fin contre Paris, c'est que tu es un tricheur. Et comme je n'ai pas de tricheurs, mes joueurs étaient carbonisés à la fin."    

Lienard : "On peut être fier de nous"

Dimitri Lienard (milieu de Strasbourg): "On voulait à nouveau répondre présent contre le PSG. Notre première mi-temps est réussie en les empêchant de dérouler leur jeu. On les a agressés dans le bon sens du terme au milieu de terrain. Quand le phénomène (Kylian Mbappé) est rentré en deuxième mi-temps on savait que ça allait être plus dur. On a mis quinze minutes à s'adapter à leur changement tactique. Ils nous ont bousculés et heureusement que notre gardien sort quelques arrêts. Il n'y a rien à dire sur le penalty parisien. A la fin ça se joue à pas grand chose pour qu'on l'emporte mais on peut être fier de nous."

Thomasson: "On n'a pas de regrets"

Adrien Thomasson (milieu de strasbourg): "Ce soir on n'a pas de regrets car on a tout donné. On est tombé sur une belle équipe surtout en deuxième mi-temps. En première mi-temps on avait l'impression qu'ils étaient venus ici simplement parce qu'ils étaient convoqués pour un match de football. En deuxième mi-temps, c'était une autre équipe, l'entrée de Mbappé nous a fait du mal. On a essayé de tenir au maximum. On était bien compact défensivement. On essayait de ressortir les ballons mais ça devenait difficile. A la fin on peut peut-être l'emporter mais je pense qu'on n'a pas à rougir sur la prestation de ce soir."    

Tuchel: "On a montré une belle réaction"

Thomas Tuchel (entraîneur du Paris SG): "En première mi-temps, nos transitions ont été très lentes et on a perdu notre structure pour attaquer. Sur leur première situation, tout d'un coup, il y a un penalty. On doit accepter cette situation et s'adapter. On a montré une belle réaction et beaucoup de qualité en deuxième mi-temps. On a complètement contrôlé dans le camp adverse, avec beaucoup de possession et de situation dangereuses. Malheureusement ça n'a pas été possible de marquer le 2e but. On a manqué de frappes et de gestes décisifs dans la surface. C'était très très offensif en deuxième période, on a très bien joué, montré de la qualité mais on n'a pas pu marquer. Il n'y a pas de décompression. Contre Bordeaux, je n'ai pas vu cela. C'est normal. On ne peut pas attendre le même état d'esprit que contre Liverpool à chaque match. Tout le monde a attaqué et défendu ensemble.Ca peut toujours arriver de manquer un peu de chance, d'efficacité. Nous avons manqué de structure et de précision pour être décisif."
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus