Coronavirus : toutes les classes de l'académie de Strasbourg ouvertes ce lundi 2 mars en Alsace

Jour de rentrée ce lundi 2 mars 2020 au lycée des Pontonniers à Strasbourg / © Aline Fontaine/France Télévisions
Jour de rentrée ce lundi 2 mars 2020 au lycée des Pontonniers à Strasbourg / © Aline Fontaine/France Télévisions

Toutes les écoles d’Alsace étaient ouvertes ce 2 mars 2020, jour de rentrée des vacances scolaires d'hiver. Elèves et professeurs alsaciens ont ainsi pu regagner les salles de classe. Les établissements diffusent des consignes à leurs élèves face à l'épidémie de covid-19.

Par Claude Lepiouff

Dans un communiqué, le rectorat de Strasbourg a annoncé dimanche 1er mars 2020 dans la soirée que "le virus circulant déjà sur notre territoire, il n’y a plus de raison de confiner des personnes revenant de zones exposées à une circulation active du virus." Il n’y aura pas de restrictions d’écoles en Alsace liée au covid-19, ni de confinement des élèves de retour d’Italie. "Ces contraintes destinées à éviter l’entrée du virus en France n’ont plus lieu d’être, les élèves et les personnels en retour de Lombardie et de Vénétie vont pouvoir retourner à l’école," a précisé le communiqué, diffusé sur les réseaux sociaux.
 


"Les consignes sont susceptibles d'évoluer"

"Il n'y a pas plus de risques aujourd'hui (de contagion) dans la mesure où le virus est actif", indique ce lundi 2 mars Élisabeth Laporte, rectrice de l'Académie de Strasbourg. "Il y a effectivement un risque de contagion qui existait déjà auparavant également mais dans une moindre mesure puisque les personnes étaient placées en quarantaine mais n'étaient pas non plus assignées à résidence.

Les voyages scolaires à l'étranger ont été suspendus ou reportés
-Élisabeth Laporte, rectrice de l'Académie de Strasbourg


L'essentiel aujourd'hui est d'éviter la propagation de ce virus en respectant des règles d'hygiène qu'on doit inculquer et entretenir auprès de l'ensemble des élèves. Les voyages scolaires à l'étranger ont été suspendus ou reportés. Et les voyages qui ont lieu en ce moment à l'étranger sont interrompus."

"Le site gouvernemental, le site du ministère de l'Education, le site de l'académie le rappellent inlassablement : les consignes sont susceptibles d'évoluer jour après jour, donc il convient de consulter très régulièrement ces sources d'information". La rectrice annonce également qu'elle rencontrera mardi "les représentants de fédérations de parents d'élèves pour préciser, expliciter le contexte inédit dans lequel nous nous trouvons".

Pas plus d'inquiétude que cela parmi les lycéens


Au lycée international des Pontonniers à Strasbourg, en ce jour de rentrée, le risque d'attraper le covid-19 n'a pas l'air d'inquiéter outre mesure. L’absentéisme n’a pas non plus été plus important que d’habitude. Les 1050 élèves, originaires de différents pays, avaient reçu la veille un e-mail de la direction pour leur conseiller de proscrire les gestes de salutation, les serrages de mains ou encore les bises. Lycéens et élèves de classes préparatoires semblent surtout concentrés sur leurs cours. 

Je pense qu'on peut juste avoir confiance
-Faly, élève au lycée des Pontonniers

"Moi j'ai un concours l'année prochaine, je pense surtout à ça. Ils ont mis toutes les règles en place, à respecter, donc je pense qu'on peut juste avoir confiance, il n'y a pas de problème à ce niveau là", témoigne ainsi Faly. "Moi ça va", témoigne une autre lycéenne, après je sais qu'il faut faire attention,  ne pas se faire la bise forcément, du coup on va juste prendre ces mesures". Un voyage scolaire, prévu en ce mois de mars en Italie, a été annulé, conformément à la directive ministérielle.

 

 

Des classes à moitié vides à Hésingue

A Hésingue dans le Haut-Rhin, une mère, ses deux enfants et aussi l'un des grands-pères, sont atteints du coronavirus et hospitalisés à Strasbourg. La vie a repris son cours, normalement ou presque. Les services fonctionnent normalement, les écoles aussi. "A ma connaissace, 32 personnes ont été au contact (de cette famille), elles ont répondu à un questionnaire, la plupart ont déjà été à l'hôpital, pour faire un prélèvement", note Gaston Latscha, maire de la commune.

Mais ce lundi matin, seule la moitié des élèves étaient présents dans les classes. Deux raisons expliquent ce phénomène. La crainte chez certains parents que l'aîné des enfants infectés soit issu d'une école de la commune, ce qui n'est pas le cas puisqu'il est scolarisé dans un établissement privé. Mais aussi  du fait d'une tradition très locale, qui donne droit à un jour de repos aux travailleurs frontaliers. Si personne ne veut céder à la psychose, la gérante de la supérette a tout de même constaté que des clients "faisaient des réserves depuis vendredi". Ils stockent les pâtes, le riz, tout ce qui est denrées non périssables", constate-t-elle.  
 
 

Huit cas en Alsace, onze dans le Grand Est

L’Alsace compte désormais huit malades du coronavirus ce lundi 2 mars. Le premier cas est celui d'un homme de 36 ans rentré recemment d'Italie après un séjour en Lombardie et de sa compagne de 32 ans. Ils sont sortis de l'hôpital. A Hésingue, deux enfants, leur mère et l'un des grands pères ont aussi été contaminés. Leur état de santé n’inspire pas d'inquiétude. Ils sont hospitalisé au Nouvel hôpital civil de Strasbourg. Deux autres cas ont été confirmés dans le Bas-Rhin par l'ARS, il s'agit d'un homme de 49 ans et son fils de 13 ans qui auraient été en contact avec une personne hospitalisée à Amiens en Champagne-Ardenne.
 

 
 

Le stade 2 activé

Le gouvernement a activé le 28 février le stade 2 de lutte contre l’épidémie son objectif est de : "limiter la diffusion du virus et d’empêcher ou, de retarder aussi longtemps que possible le passage au stade 3, où le virus circulera largement dans la population". Ce sont les préfets et les directeurs des Agences Régionales de Santé (ARS) qui ont la responsabilité conjointe de décider et mettre en œuvre les opérations dans leur périmètre géographique. Les recteurs doivent appliquer les consignes en les adaptant à la situation sur le terrain. Donc, les mesures prise pour lutter contre le coronavirus vont évoluées avec la situation.


Des gestes pour se protéger

Ce sont des réflexes incontournables à adopter pour se protéger de la maladie comme pour se protéger des autres virus qui circulent en période hivernale :  se laver régulièrement les mains avec du savon, tousser ou éternuer dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, porter un masque quand on est malade, éviter les poignées de main. Un numéro vert est activé 24h/24 pour répondre aux questions : le 0800 130 000.

L'ARS rappelle qu'en cas de signes d’infection respiratoire (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant le retour d’une des zones à risques, il ne faut pas se rendre chez son médecin, il faut appeler le 15 en signalant son voyage. Dans ce cas également, le port d’un masque chirurgical est adapté pour prévenir la contamination de votre entourage.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus