Sécurité du marché de Noël de Strasbourg : des fouilles plus poussées en 2019

Les véhicules entrant sur la Grande-Île sont soigneusement fouillés à l'occasion du marché de Noël. / © Vincent Ballester / France Télévisions
Les véhicules entrant sur la Grande-Île sont soigneusement fouillés à l'occasion du marché de Noël. / © Vincent Ballester / France Télévisions

Un an après l'attentat de Strasbourg, le dispositif de sécurité qui sera mis en place pour l'édition 2019 du marché de Noël de Strasbourg a été dévoilé ce 13 novembre. Les fouilles et les restrictions seront renforcées.

Par Léna Romanowicz

Ce mercredi 13 novembre, la ville de Strasbourg a dévoilé le dispositif de sécurité qui sera mis en place lors du marché de Noël 2019. Alain Fontanel (premier adjoint au maire), Annie Bregal (directrice départementale de la sécurité publique (DDSP)), Jean-Luc Marx (préfet du Grand Est), et Robert Herrmann (président de l'Eurométropole) ont donné une conférence de presse à l'hôtel préfectoral, un an après l'attentat de Strasbourg.
 

Les forces de sécurité et les fouilles renforcées

Au niveau sécuritaire, des forces mobiles de CRS et de gendarmerie viendront renforcer les rangs des policiers. Les forces de sécurité de toute la France seront mobilisées. Alain Fontanel parle ainsi de "solidarité territoriale". Parmi les annonces :
  • déploiement de 60 policiers sur la journée
  • utilisation d'un réseau de 400 caméras
  • usage gratuit des transports en commun pour les forces de l'ordre (pour y maintenir un niveau de sécurité élevé)
  • des fouilles plus longues et abouties pour chaque visiteur.
  • autorisation de palper les visiteurs et mettre les mains dans leurs sacs en cas de suspicion
 

C'est un niveau de sécurité jamais atteint dans les éditions précédentes.
- Jean-Luc Marx, préfet du Bas-Rhin

Annie Bregal (directrice départementale de la sécurité publique (DDSP)), Alain Fontanel (premier adjoint au maire), Jean-Luc Marx (préfet du Bas-Rhin), et Robert Herrmann (président de l'Eurométropole). / © Vincent Ballester, France Télévisions
Annie Bregal (directrice départementale de la sécurité publique (DDSP)), Alain Fontanel (premier adjoint au maire), Jean-Luc Marx (préfet du Bas-Rhin), et Robert Herrmann (président de l'Eurométropole). / © Vincent Ballester, France Télévisions
 

De nouvelles restrictions 

Le plan de sécurité de l'édition 2019 du marché de Noël est "calqué" sur celui de 2018 post-attentat. Parmi les nouveautés cette année : les points de filtrage en amont du marché de Noël seront redimensionnés et deux fois plus longs, placés sous bâche. Ils comprendront une file "avec bagage" et une "sans bagage".
 

De plus, des contrôles d'identité seront possibles dans tout la Grande Île. En revanche, le dispositif de filtrage et de contrôle prend fin à 20 heures, comme l'année dernière.

Aucune manifestation n'est autorisée aux heures d'ouverture du marché de Noël. La ville souligne l'importance de ne pas se séparer de ses sacs et de ses bagages afin d'éviter toute fausse alerte à la bombe.
 

Stationner et circuler

  • Fermeture de tous les arrêts de tramway et de bus aux heures d'ouvertures du marché.
  • Interdiction de stationner à partir du 21 novembre à 22h. Seuls les ayants-droits équipés d'un macaron spécifique pourront accéder à la Grande Île par 4 points d'accès et 2 points de sortie.
  • La circulation est interdite de 11h à 20h du lundi au jeudi et le dimanche, de 11h à 21h le vendredi et de 11h à 22h le samedi.
  • 16 ponts sont ouverts cette année (contre 19 l'an dernier) et 4 seront accessibles aux véhicules autorisés (Abattoir, Paris, Fonderie, Corbeau).
  • Tous les véhicules sont "strictement fouillés".
  • Les lignes de bus 3, 4, 6, 10 et N1 sont déviées. Les terminus des lignes 14 et 24 sont déplacés à l'arrêt Etoile bourse.
  • Le tramway supprimé : station Broglie fermée durant toute la durée; stations Homme de fer, Langstross Grand'Rue et Alt Winmarik aux heures d'ouverture.
À l'occasion du marché de Noël, la CTS modifie les dessertes des bus et des tram dans le centre-ville de Strasbourg. 

Robert Herrmann, le président de l'Eurométropole, précise qu'un tel dispositif de sécurité concerne aussi la santé des visiteurs, comme "en cas de malaise où les secouristes et les associations sont présents" et sert à prévenir des "pickpockets".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus