Sénatoriales : ce qu'il faut savoir sur Jacques Fernique, le nouveau sénateur écolo de l'Alsace

Un écologiste a été élu dans le Bas-Rhin après les élections sénatoriales du dimanche 27 septembre. Une victoire qui contribue à reconstituer le groupe d'Europe Écologie Les Verts (EELV) au Sénat, disparu en 2017.

Jacques Fernique va permettre la refondation d'un groupe écologiste au Sénat.
Jacques Fernique va permettre la refondation d'un groupe écologiste au Sénat. © Hannah Strobel, France Télévisions (France 3 Alsace)
La victoire du trio écologiste Jeanne Barseghian-Danielle Dambach-Fabienne Baas, respectivement à Strasbourg, Schiltigheim, et Ostwald (Bas-Rhin), rendait presque mathématique l'élection d'un sénateur issu des rangs d'Europe Écologie Les Verts (EELV). Jacques Fernique, une figure de l'écologie locale, a su aussi attirer les voix des maires de la ruralité lors des élections sénatoriales du dimanche 27 septembre 2020. Comme il le dit lui-même : "C'est une élection réussie grâce à l'urbain et au rural, qui y ont contribué presque à part égale."

C'est un autre Jacques qui remplace Jacques Bigot, le sénateur du Parti socialiste (PS) et ancien maire d'Illkirch (Bas-Rhin) : il ne se représentait pas. Le PS et EELV ont fait alliance avec le Parti communiste français (PCF) et Génération.s (G.s) pour ces sénatoriales (à lire dans le tweet ci-dessous). L'élection de Jacques Fernique contribue à reconstituer un groupe écologiste au Sénat, où il avait disparu après le raz-de-marée électoral causé par Emmanuel Macron en 2017.
 
Le nouveau sénateur va donc passer de Geispolsheim, où il est conseiller municipal, au palais du Luxembourg à Paris (Île-de-France). Il loue l'union politique qui a rendu cette victoire possible. "C'est le succès de la crédibilité de l'écologie quand elle est aux commandes. Et le succès d'une gauche qui a su apprendre, qui a su se rassembler pour aller sur l'essentiel, faire avancer les choses. [Il y a] des élus locaux qui, au-delà des affichages politiques, souhaitent qu'on avance pragmatiquement sur la transition écologiste et démocratique."
 

Une figure alsacienne de l'écologie

Jacques Fernique est professeur de français au lycée Couffignal de Strasbourg... qu'il quitte donc pour le palais du Luxembourg. Il est âgé de 58 ans (59 le 13 novembre), soit un peu moins que la nouvelle moyenne d'âge sénatoriale (60 ans). Il adhère à EELV en 1988 et siège à partir de 2004 au conseil régional de l'Alsace, avant qu'elle ne fusionne au sein de la nouvelle région Grand Est en 2015.

Il s'y illustre sur les questions de l'enseignement, ou de l'après-Fessenheim. Sans oublier l'écotaxe, un dossier qu'il compte bien aborder au Sénat. Il soutient le oui lors du référendum local sur la collectivité territoriale d'Alsace en 2013, et regrette la fusion alsacienne au sein du Grand Est en 2015.
 
Jacques Fernique a fait ses adieux au lycée Couffignal, entouré de ses collègues. Il y a enseigné près de 30 ans.
Jacques Fernique a fait ses adieux au lycée Couffignal, entouré de ses collègues. Il y a enseigné près de 30 ans. © Hannah Strobel, France Télévisions (France 3 Alsace)

À la tête des écologistes lors des élections régionales de 2010, il est un temps envisagé que sa liste l'emporte au second tour en cas de triangulaire avec l'Union pour un mouvement populaire (UMP, avant LR) et le Front national (FN, avant le RN). Cela aurait permis de ravir la région à la droite qui l'avait toujours détenue. Mais les sondages sont serrés, et la droite l'emporte. Malgré la fusion au second tour de la liste écologiste de Jacques Fernique avec celle du socialiste Jacques Bigot. Les deux hommes se connaissent donc depuis longtemps. 

Jacques Fernique entend évidemment oeuvrer pour l'environnement au palais du Luxembourg, déclare-t-il sur Public Sénat"Un sénateur n’a de sens que s’il remplit pleinement son rôle de chambre des territoires. Défendre la biodiversité, les trames vertes et bleues, c’est du travail de finesse, du travail d’adaptation aux territoires, c’est du travail avec les élus locaux." Le lien entre l'élu et l'Alsace sera donc bien maintenu.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections sénatoriales politique élections environnement écologie