Strasbourg: une battue citoyenne pour retrouver Sophie Le Tan

Une battue citoyenne est organisée ce jeudi 20 septembre aux abords de l'étang de la Ballastière, à Bischheim (Bas-Rhin) au nord de Strasbourg pour essayer de retrouver Sophie Le Tan, cette étudiante de 20 ans disparue depuis le 7 septembre.
Une quinzaine de personnes a répondu à l'appel
Une quinzaine de personnes a répondu à l'appel © Gregory Fraize
Alors que les policiers continuent d'enquêter à Strasbourg pour retrouver Sophie Le Tan, des internautes se mobilisent et organisent une battue ce jeudi 20 septembre aux abords de l'étang de la Balastière, à Bischheim (Bas-Rhin). Une page Facebook a été créée pour tenter d'apporter de l'aide, et un événement est donc prévu ce jeudi matin.

Une quinzaine de personnes était présente ce matin pour commencer la battue sous le regard des journalistes. Tout est parti de la conférence de presse donnée par le procureur de Strasbourg mardi 18 septembre, retransmise en live sur la page de France 3 Alsace. En écoutant les explications de Yolande Renzi, ces citoyens se sont dits qu'ils ne pouvaient pas ne rien faire.
 

Certains ont le même âge que Sophie Le Tan, d'autres habitent à proximité du domicile du suspect. Tous se sont sentis concernés par l'appel lancé par Khadija, une Illkirchoise qui a créé la page Mobilisation pour Sophie Le Tan. Celle-ci a pris soin de contacter la police avant de lancer la battue. Les forces de l'ordre ne s'y sont pas opposées, et ont donné quelques conseils aux participants, comme celui de ne pas toucher les objets éventuellement découverts. Quant au choix du lieu de recherche, il est issu de discussions entre les participants qui l'ont suggéré sur les réseaux sociaux, et non à des indications policières.
 
La battue a commencé à 9 heures
La battue a commencé à 9 heures © Gregory Fraize


Lundi 17 septembre, un homme de 58 ans, Jean-Marc Reiser, a été mis en examen pour homicide volontaire avec préméditation, enlèvement et séquestration 


Une perquisition effectuée dans l'appartement du suspect a révélé "l'existence de traces de sang, malgré manifestement un nettoyage en profondeur et très récent des lieux", dont "l'ADN a été attribué à Sophie Le Tan", l'étudiante de 20 ans qui n'a toujours pas été retrouvée, a-t-elle déclaré.

"Au vu de ce nouvel élément d'enquête, j'ai décidé de prendre des réquisitions supplémentaires, du chef d'assassinat", a précisé la magistrate qui avait initialement ouvert une information judiciaire pour enlèvement et séquestration.

Inscrit à l'Université de Strasbourg et vivant seul, le suspect, Jean-Marc Reiser, "a fait le choix de ne répondre à aucune question" sur cette disparition lors de sa garde à vue, a-t-elle dit.
 

Sophie Le Tan, qui s'apprêtait à entrer en troisième année de licence d'économie-gestion, également à l'Université de Strasbourg, a disparu le 7 septembre. Elle avait rendez-vous en début de matinée ce jour-là pour visiter un appartement à Schiltigheim, mais n'a plus donné aucun signe de vie depuis.
 

Des hommages au pied de l'immeuble

"On pense fort à toi Sophie", "Tout mon soutien à la famille". Rue Perle à Schiltigheim, au pied de l'immeuble où résidait le suspect et où les enquêteurs ont retrouvé des traces du sang de Sophie Le Tan, des anonymes ont laissé des messages de soutien, des fleurs et quelques bougies. "Je pleure tous les jours, ma peine est terrible" a écrit une maman.
 
Un petit autel a été dressé au pied de l'immeuble à Schiltigheim
Un petit autel a été dressé au pied de l'immeuble à Schiltigheim © France 3 Alsace
© France 3 Alsace
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers affaire sophie le tan disparition