Strasbourg : un bus attaqué à l'arme à feu, le conducteur choqué

Le conducteur d'un bus de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) a été visé avec une arme à feu, le mercredi 25 novembre dans l'après-midi. Deux personnes circulaient en scooter à côté du bus, et une a tiré. Un impact de balle a été relevé dans l'une des vitres, qui ne s'est pas brisée.
Un coup de feu a été tiré contre un bus de la Compagnie des transports strasbourgeois (CTS). Il circulait dans le quartier Cronenbourg, le mercredi 25 novembre 2020 dans l'après-midi. Cette attaque s'inscrit dans une série de violences, déjà dénoncées début novembre.

La direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Bas-Rhin a confirmé à France 3 Alsace les premiers éléments relevés par les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA). Deux individus circulaient à scooter, longeant le bus côté chauffeur.

L'un d'eux a visé ce conducteur avec une arme à feu, avant de tirer dans une des vitres. "Un impact a été relevé sur la vitre latérale", explique la police, mais elle n'a pas été brisée. Selon la CTS, il ne s'agit pas de la vitre du conducteur. Le coup de feu a été tiré à 15h40, lorsque le bus desservant la ligne 19 se trouvait à hauteur de la place de Haldenbourg (voir sur la carte ci-dessous), toujours selon la police.
 
Les auteurs de l'attaque ont pris la fuite, et sont activement recherchés : l'exploitation de la vidéosurveillance est en cours. La DDSP précise que "la présence policière sera accrue dans tous les lieux sensibles, il y aura une attention particulière".

La ligne a été suspendue provisoirement (voir le tweet ci-dessous). Mais la CTS a annoncé "la reprise du trafic dès 5h30, de façon normale"
 
"Le conducteur n'est pas blessé physiquement, mais choqué psychologiquement", rapporte la CTS. Il va faire l'objet d'un accompagnement spécifique. Une plainte va être déposée, par lui pour les violences avec arme à feu dont il a été victime, et par la CTS notamment pour les dégâts matériels et la déviation du trafic.

Les coordonnées des quelques passagères et passagers à bord (seulement deux ou trois) ont été collectées. Mais selon la CTS, il n'y a eu aucune demande de prise en charge psychologique de leur part. Aucune personne n'a été blessée.
 
Cette "agression violente" a été condamnée "fermement" par la municipalité. "Nous sommes mobilisés avec la CTS, les policiers municipaux, les opérateurs de supervision vidéo et en coopération avec l'État pour assurer la protection des chauffeurs. Et assurer que le service de transport puisse reprendre son itinéraire normal dans les meilleures conditions", a déclaré la maire Jeanne Barseghian.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers violence transports en commun transports