• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

À Strasbourg, ça roule pour le vélo

© Dominique GUTEKUNST/MaxPPP
© Dominique GUTEKUNST/MaxPPP

À travers trois exemples, on vous explique pourquoi Strasbourg est la reine (française) du vélo.

Par M.C.

Si Copenhague, Utrecht et Amsterdam constituent le podium des meilleures villes cyclables du monde selon un classement qui fait référence, une ville française se démarque juste derrière ce trio. Il s'agit de Strasbourg. Et dans l'Hexagone, elle est la (petite) reine ! La métropole alsacienne arrive en tête du baromètre de la Fédération française des usagers de la bicyclette. Avec près de 650 kilomètres de pistes cyclables, l'agglomération dispose du plus important réseau de France. Aujourd'hui, 8% des trajets sont réalisés grâce à ce moyen de transports dans l'Eurométropole. L'objectif serait de doubler ce pourcentage d'ici 2030. Une équipe de la rédaction a rencontré des Strasbourgeois qui ont fait de la bicyclette leur quotidien.
 
La famille Scarfone a troqué la voiture pour le vélo au quotidien. / © France 3 Alsace
La famille Scarfone a troqué la voiture pour le vélo au quotidien. / © France 3 Alsace

Certains utilisent désormais leur vélo à la place de leur voiture pour les trajets urbains. C'est le cas de Gaëtan Scarfone et de sa famille. Depuis trois ans, ces habitants d'Ostwald ont fait progressivement du vélo leur moyen de transport numéro 1 au quotidien. "Au début on n'osait pas sortir quand il pleuvait où il quand il neigeait, mais au fur et à mesure on s'y est fait. Ce qui est embêtant maintenant c'est de prendre les transports en commun ou la voiture. Après avoir déposé son fils à la crèche, Gaëtan et sa fille prennent les pistes cyclables pour un trajet de sept kilomètres jusqu'à Strasbourg, là où il travaille et où fille est scolarisée. 
 
Vincent Schlosser et Ivan Ivry, co-gérants du Maquis. / © France 3 Alsace
Vincent Schlosser et Ivan Ivry, co-gérants du Maquis. / © France 3 Alsace

A Strasbourg justement, le premier café-vélo de ville a été implanté place d'Austerlitz. Cet espace, le Maquis, a été lancé en février 2017 par Vincent Schlosser et Ivan Ivry. Le concept, venu des pays du vélo (Pays-Bas, Danemark, Allemagne), trouve son créneau. "La plupart des réparations est fait en minutes, il faut compter entre un quart d'heure ou une demi-heure pour les chambres à air, les dérailleurs, ça laisse le temps de profiter de la terrasse et d'un bon café", explique l'un des co-gérants de cette structure. 
 
Silvin Kutsch et Thomas Kieber / © France 3 Alsace
Silvin Kutsch et Thomas Kieber / © France 3 Alsace

Un peu plus à l'ouest, c'est dans le quartier de Koenigshoffen que deux jeunes ingénieurs diplômés de l'INSA, Silvin Kutsch et Thomas Kieber, ont créé leur atelier, Manivelle. Objectif : inventer le vélo urbain idéal. De sa conception à sa construction, tout est réalisé ans sur place, avec des matériaux locaux. Ils se sont inspirés des vélos de leurs grand-pères, en acier, qui "roulent toujours" car bien "un peu entretenu". "On voulait revenir à ça, arrêter de faire du vélo jetable qu'on n'entretient pas du tout, qu'on considère peu et qui ne tient pas dans le temps."
 
À Strasbourg, ça roule pour le vélo

A lire aussi

Sur le même sujet

Écuroduc Vandoeuvre-lès-Nancy

Les + Lus