Strasbourg : le collectif Nous Toutes 67 prévoit une journée de mobilisation le 21 novembre

Le collectif Nous Toutes 67 se mobilise contre les violences faites aux femmes ce samedi 21 novembre. Campagne sur les réseaux sociaux, affichage des numéros d'urgence dans la ville, banderoles devant les lieux symbolisant l'autorité pour que la réaction soit collective et citoyenne.

Le collectif Nous toutes 67 lutte contre les violences faites aux femmes
Le collectif Nous toutes 67 lutte contre les violences faites aux femmes © Bruno Levesque / MaxPPP
Ce 21 novembre, il devrait souffler un vent de mobilisation citoyenne dans les rues de Strasbourg. Le collectif Nous Toutes 67 se mobilise contre les violences faites aux femmes au travers d'actions symboliques. En 2018 et 2019, il avait organisé des marches, programmées comme cette fois autour de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. Covid oblige, pas de marche cette fois mais des actions dans la ville.
 

"Nous arpenterons les marchés en binôme pour proposer aux commerçants d'afficher les numéros d'urgence à destination des femmes victimes de violence, et puis à 14 h30, nous déploierons des banderoles devant le tribunal de Strasbourg", explique Emilie, membre du collectif. Un rassemblement limité à 25 personnes et autorisé en préfecture.

Les réseaux sociaux aussi seront bombardés de publications, des collages virtuels représentant des lieux emblématiques de Strasbourg comme le tribunal ou le commissariat barrés de messages évocateurs. "L'idée, c'est d'interpeller les citoyens, de faire en sorte que notre tolérance au sexisme diminue et surtout que les dysfonctionnements de la chaîne pénale soient dénoncés. L'accueil des femmes dans les commissariats doit être bien meilleur, les agents formés et les classements sans suite dans les tribunaux doivent cesser !" martèle la jeune militante. 

Un objectif concret aussi, assurer une meilleure prise en charge des femmes victimes de violences en augmentant le nombre de places d'hébergement d'urgence parce que "la priorité c'est que l'accompagnement social de ces femmes se fasse dans les meilleures conditions possibles", ajoute encore Emilie. "C'est difficile d'obtenir des chiffres, ils ne sont pas publics dans le Bas-Rhin mais en extrapolant à partir des enquêtes nationales on peut estimer que trois femmes sont victimes de viol ou de tentatives de viol chaque jour, dix femmes victimes de violences conjugales, 8.300 victimes d'agression sexuelle". Enfin au niveau national, 85 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2020.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
violence conjugale société manifestation économie social