Strasbourg : les festivals du printemps s'affichent et se graffent

Noise en train d'illustrer le festival NL Contest à Strasbourg. / © Cécile Poure
Noise en train d'illustrer le festival NL Contest à Strasbourg. / © Cécile Poure

Pour annoncer le programme des festivités printanières, la ville de Strasbourg a choisi de communiquer autrement. Finies les bonnes vieilles conférences de presse à l'Eurométropole, place au street art. Sous le soleil et en live. Coup de jeune et coup de chaud.

Par Cécile Poure

C'est vrai qu'en tant que journaliste, quand ton chef te dit le matin de couvrir "la présentation officielle du programme des festivités à Strasbourg", ben, disons que tu ne sautes pas au plafond. Parce que oui, tu connais la chanson, et elle est pas terrible terrible. Une salle de l'Eurométropole présentable mais un peu vieillotte, des tables et des chaises disposées en U,  un powerpoint avec un peu de chance...
 

Eh bien, je dois l'avouer, je me suis fourrée le stylo dans l'oeil. Et c'est tant mieux. Pour vous et pour moi.
 

Cinq festivals, cinq artistes

Rendez-vous place d'Austerlitz. Ça tombe bien il fait beau. Là pas de chaises, pas de tables, pas de powerpoint mais des panneaux de trois mètres de long et surtout des artistes. Mathieu Cahn, l'adjoint au maire de Strasbourg, est là aussi. A la cool. J'avoue qu'au début je suis un peu désorientée : " Ah bon ? il n'y a pas de dossier de presse ? Bon attendez je sors mon carnet alors." Car pour présenter le programme printanier, la ville a choisi de donner un coup de jeune et de pinceau à sa communication. Sur chaque panneau, un artiste travaille en live sur un festival. Cinq artistes pour cinq festivals. Simple et efficace.
 

Les artistes n'ont qu'une seule contrainte : utiliser du rose, du violet et du vert. Les couleurs du printemps (quand on porte des lunettes Hello Kitty). 
 

Jeunes urbains

Les festivals de Printemps qui auront lieu de la mi-mai à la mi-juin ont cette particularité qu'ils sont associatifs et surtout tournés vers la culture urbaine. Sans trop vouloir faire de raccourcis, vers les jeunes quoi. La ville de Strasbourg les aide en les subventionnant, en leur mettant à disposition du matériel et des lieux et en organisant le calendrier en fonction des dates des uns et des autres. Ce qui nous donne par ordre chonologique :
 
  • Du 16 au 18 mai : le Festival Pelpass au jardin des deux rives. Festival des musiques actuelles

Illustré si vous avez bien tout suivi par une artiste : Sherley Freudenreich ( le grand soleil qui fait coucou ). 
Shirley Freudenreich réalise l'affiche du festival Pelpass. / © CP
Shirley Freudenreich réalise l'affiche du festival Pelpass. / © CP
 
  • Les 18 et 19 mai, le festival Makerland sur la presqu'île Malraux. Evènement dédié au DIY (Do It Yourself) et là nous avons Delphine Harrer et son gentil borgne boutonneux et bricolo.
Delphine Harrer pour le festival Makerland. / © CP
Delphine Harrer pour le festival Makerland. / © CP
 
Noise, pour le festival NL Contest. / © CP
Noise, pour le festival NL Contest. / © CP
 
Williann pour le festival des Bretzels et des jeux. / © CP
Williann pour le festival des Bretzels et des jeux. / © CP
 
Dan 23 pour le festival Contre Temps. / © CP
Dan 23 pour le festival Contre Temps. / © CP

Les panneaux seront exposés place d'Austerlitz jusqu'au 15 mai. Ensuite, chaque festival pourra récupérer le panneau qui le concerne. Mieux qu'une affiche, le panneau personnalisé. L'année dernière à eux cinq, ces festivals associatifs ont rassemblé près de 100.000 personnes. Quand Strasbourg voit jeune, ça bourgeonne de tous côtés. C'est le printemps. Et ça fait du bien.

 

Sur le même sujet

Les + Lus