Strasbourg : les Internationaux de tennis auront finalement lieu du 20 au 26 septembre 2020

Initialement prévue du 16 au 23 mai, la 34e édition des Internationaux de Strasbourg, le tournoi de tennis féminin, se tiendra finalement du 20 au 26 septembre 2020 au Wacken. Les organisateurs ont tout fait pour maintenir l'événement avant Roland Garros.
Dayana Yastremska lors de la finale des Internationaux de tennis féminin de Strasbourg en 2019.
Dayana Yastremska lors de la finale des Internationaux de tennis féminin de Strasbourg en 2019. © Jean-Marc Loos / Maxppp

Les Internationaux de Strasbourg (IS), le tournoi de tennis féminin, se tiendra du 20 au 26 septembre au Wacken, a annoncé le directeur Denis Naegelen le 22 juillet 2020. Cette date a été repoussée d'un jour par rapport a ce qu'avait annoncé les organisateurs lors d'une conférence de presse le 17 juin. Le tournoi avait dû être annulé du 16 au 23 mai pour cause de crise sanitaire. 

Les organisateurs ont d'ailleurs lancé un appel aux volontaires sur Facebook pour rejoindre l'équipe de bénévoles. Selon les aptitudes et les envies, plusieurs postes sont à pourvoir : billeterie, fan zone, logistique ou encore presse. La billeterie en ligne est quant à elle ouverte (voir le post Twitter ci-dessous).

Un calendrier modifié

"On se battait pour mettre les IS avant Roland Garros. Il y a beaucoup de soulagement mais on n’a rien gagné, juste notre place dans le calendrier, il faudra voir selon les contraintes sanitaires", a déclaré Denis Naegelen. Avec le début de Roland Garros le dimanche 27 septembre, les IS ne se tiendront pas du samedi au samedi comme à l'accoutumée. Le nouveau calendrier de la Women's Tennis Association (WTA) a dû faire avec tous les changements causés par l'interdiction des rassemblements ces derniers mois : "Beaucoup de tournois ont décidé de reporter les dates et donc il y a une concentration d’événements qui occupent les mois de septembre à novembre." 

Des contraintes sanitaires

Pour avoir lieu, le tournoi WTA a dû se plier à plusieurs obligations, notamment au niveau sanitaire. Alors qu'il attire entre 4.000 et 4.500 spectateurs par jour, seulement 50% des places dans les tribunes seront ouvertes à la réservation. Mais les organisateurs doivent être prêts à réagir dans n'importe quelle circonstance, comme celle d'une nouvelle vague de coronavirus. "Vous êtes dans le calendrier si vous acceptez de jouer sur tous les scénarios possibles, dont le huit clos", précise le directeur. "On parle de 50% optimisé, ça veut dire qu’on va respecter les distanciations mais on va laisser les membres d’une famille être assis ensemble.

Pour la partie VIP et la restauration, les organisateurs vont devoir se "plier aux directives appliquées dans la restauration."Autre contrainte, celle de tester, avant et après le tournoi, les joueuses, les équipes, les bénévoles et les personnes de l'organisation (soit 200 personnes). Le directeur est d'ailleurs en lien avec le laboratoire Biosynex d'Illkirch-Graffenstaden pour commander des tests sérologiques. Pour l'instant, le port du masque sera obligatoire en dehors du court et des vestiaires.

 

On s’est préparé au pire et on espère le meilleur.

- Jérome Fechter, co-directeur des IS.

 

Entre optimisme et crainte d'une nouvelle vague

Mauvaise nouvelle pour les IS, le tournoi de Rome doit également se tenir aux mêmes dates. Mais le co-directeur Jérome Fechter reste optimiste : "Ce sera le début de la fin de saison 2020, on a bon espoir que les joueuses préfèreront faire un tour à Strasbourg. On s’est préparé au pire et on espère le meilleur." Si 150 entreprises font partis de l'événement chaque année, Denis Naegelen sait que cette fois ne sera pas comme les autres. "Bien sûr que certains vont faire l’impasse en 2020. Dans nos prévisions, qui ne sont pas très belles, on sait qu’on va perdre un grand nombre de partenaires." Les organisateurs en ont profité pour lancer un appel aux entreprises et aux acteurs de la région Grand Est, qui seront les bienvenus au tournoi.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tennis sport déconfinement société