Strasbourg : l'incendie des serveurs d'OVH "a priori accidentel"

Survenu dans la matinée du mercredi 10 mars, l'incendie qui a détruit plusieurs serveurs du géant numérique OVH serait d'origine accidentelle. Dans une vidéo explicative délivrée en fin d'après-midi du jeudi 11 mars, le dirigeant de l'entreprise, Octave Klaba, semble évoquer la piste accidentelle.

Les sapeurs-pompiers étaient encore à pied d'oeuvre pour éteindre complètement l'incendie, le matin du mercredi 10 mars.
Les sapeurs-pompiers étaient encore à pied d'oeuvre pour éteindre complètement l'incendie, le matin du mercredi 10 mars. © Jérôme Gosset, France Télévisions

Un incendie majeur est survenu chez OVH, un géant du numérique français. Lequel possède des centres de données à Strasbourg (Bas-Rhin). L'incident, retentissant, a eu lieu le mercredi 10 mars 2021. 

Les conséquences de cet incendie survenu Port du Rhin (localisé sur la carte ci-dessous) ont dépassé les frontières françaises, et de loin : ce sont 3.6 millions de sites Internet qui sont tombés en panne dans le monde. Un débat sur la sauvegarde des données a ainsi été lancé. Il s'est avéré qu'elles sont vulnérables et peuvent disparaître si leur unique point de sauvegarde venait à disparaître... par exemple dans un incendie, comme ici.
 


D'après les premiers éléments connus du patron d'OVH, Octave Klaba, cet incendie pourrait être accidentel. Dans une vidéo publiée sur son Twitter au lendemain de l'incendie (voir le tweet ci-dessous), il a fourni de premiers éléments d'explications, et ce "en toute transparence"

"Le data center de Strasbourg 2 a été détruit par les flammes. Ainsi que quatre salles de Strasbourg 1. Huit salles de Strasbourg 1, et la totalité de Strasbourg 3 et 4, sont intacts. L'ensemble des équipes travaille d'arrache-pied pour remettre [ces serveurs intacts] en route. [...] Pourquoi il y a eu cet incendie dans Strasbourg 2 : c'est encore très flou. Ce qu'on sait aujourd'hui, c'est qu'à 00h47, on a eu les alertes du système interne d'incendie : différents détecteurs et alarmes. Les techniciens sur place [...] sont intervenus en quelques dizaines de secondes sur les salles où on avait des alertes." 
 


"Ils ont vu énormément de fumée - noire - immédiatement. Au bout d'une minute, deux minutes, ils ont pris la décision de sortir du data center. C'était devenu trop dangereux de rester à l'intérieur. Cette vitesse d'incendie, de propagation, nous interroge. Comment ça a démarré, et pourquoi aussi vite... Deuxième information que je peux vous partager : quand les pompiers sont intervenus, ils ont filmé avec des appareils-photos thermiques. Et à l'intérieur, ils ont vu deux équipements - deux onduleurs -  en feu."

"Sur l'un de ces onduleurs, nous avions eu des interventions dans la matinée. Le technicien qui opère des maintenances a changé des composants à l'intérieur. Dans l'après-midi, il a remis l'onduleur en route. Il semblait bien fonctionnel. Et dans la nuit, on a eu l'incendie..."

 

Cette vitesse d'incendie, de propagation, nous interroge.

Octave Klaba, patron d'OVH


"Les pompiers ont vu que deux onduleurs étaient en feu, ils sont intervenus une quinzaine de minutes après le début des premières alertes. On a appelé très rapidement, et ils sont intervenus très rapidement. Grâce à 300 caméras que nous avons dans le data center de Strasbourg, nous avons les vidéos que nous allons extraire [...] et que nous allons analyser pour comprendre l'ensemble de ce qu'il s'est passé. La chronologie avant l'incendie, le démarrage de l'incendie, comprendre la propagation. Et tirer toutes les conséquences."

Les plans d'OVH sont maintenant de redonner l'accès aux serveurs coupés dans la semaine du 15 mars 2021.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers technologies économie french tech économie numérique