Strasbourg : la web-série de trois jeunes du quartier Hautepierre présentée en avant-première au cinéma

Trois jeunes du quartier de Hautepierre à Strasbourg vont voir les trois premiers épisodes de leur web-série " Au pied d'ma tour " présentés à l'UGC de Strasbourg. Une grande fierté pour ces jeunes issus des quartiers.

Ils ont à peine 20 ans, Dylan, Mikaïl et Ameur, trois jeunes du quartier de Hautepierre à Strasbourg, vont voir les trois premiers épisodes d'une dizaine de minutes de leur web-série diffusés à l'UGC Ciné Cité de Strasbourg le 29 septembre prochain. Une web-série tournée dans leur quartier : « Je ressens de la fierté, je suis content du truc, mais je n’ai pas pris la grosse tête, ce projet a marché et on ne peut qu’en être fier, » confie Ameur.

Autodidactes

A l’origine de ce projet, ils sont trois pas encore majeurs à l’époque : Ameur, Dylan et Mikaïl. Ils sont passionnés par la musique et la vidéo. Habitués à tourner des clips de rap, les trois jeunes ont appris les premiers rudiments via des tutoriels sur internet avant de se lancer dans le grand bain, il y a trois ans : « L’idée, elle vient de moi à la base, nous dit Ameur, j’avais ça en tête, je voulais faire une web-série mais pas forcément quelque chose de professionnel juste comme ça pour m’amuser donc j’en ai parlé lors d’une réunion à l’association Horizome, une association qui soutient les projets des jeunes du quartier. »

L’idée est lancée, le projet aussi : «  Nous les avons fait rencontrer Vincent Viac, un vidéaste de Strasbourg, et des éducateurs de la JEEP qui ont tous été emballé par le projet et décidé de le soutenir » nous dit Waila Cury, coordinatrice du projet et éducatrice spécialisée à l’association JEEP.

Les trois jeunes se mettent alors à l’écriture du scénario : « Là, nous en sommes à la version 34 du scénario, je vous rassure, c’est la version définitive, ironise Ameur, mais sinon pour la faire courte, c’est l’histoire de trois jeunes du quartier de Hautepierre, deux garçons et une fille, tous les trois veulent percer dans le monde du rap, pour y arriver ils vont prendre des chemins différents, on voulait montrer trois destins différents de personnes issues du même milieu. »

Les habitants comme acteurs, figurants et techniciens

Et pour réaliser cette web-série, les trois jeunes ont fait appel à des locaux : « Nous avons demandé à des célébrités du quartier de Hautepierre de participer, parmi les personnages principaux il y a Moxxx et Ridfauve, 40 ans tous les deux, Junior, un autre rappeur strasbourgeois et Serena, une chanteuse originaire du Neuhof. »     

Pour eux, parler du rap et du quartier où ils ont grandi était évident. « C’est vraiment ce qui représente Hautepierre », considère Ameur.

Au-delà des acteurs principaux, la majorité de ceux qui ont travaillé sur cette série sont du quartier de Hautepierre, que ce soit en tant que figurants ou techniciens : "Effectivement, c’était l’envie des jeunes du quartier, ils voulaient que chaque personne se reconnaisse dans les personnages, qu’ils puissent s’identifier. Et puis pour moi, en tant qu’éducatrice, nous dit Waila Cury, il était important de rendre ce projet accessible à toute la population d’Hautepierre, donc dès que quelqu’un exprimait le souhait de participer de près ou de loin, on lui laissait la possibilité de faire partie de l’aventure, que ce soit en tant qu’acteurs, figurants ou techniciens, et bien sûre cela a créé des vocations."

En effet, vidéastes, monteurs, graphistes ou photographes de nombreux jeunes du quartier suivent désormais des formations dans l’audiovisuel.     

La maille Eléonore, actrice principale

Quant aux scènes, elles ont principalement été tournées au cœur de la maille Éléonore, la « Eley » comme ils l’appellent, un ensemble de blocs pas encore touchés par l’ANRU ( l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine ) : "Ce sont les immeubles de notre enfance, à l’ancienne, confie Ameur, ils nous inspirent davantage pour le scénario mais aussi pour des idées de plans, des cadres.'

Pour l’instant, les trois premiers épisodes de la saison 1 ont été entièrement tournés et montés. L’équipe a encore du travail puisqu’il reste quatre épisodes à tourner pour clore cette première saison.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture cinéma technologies économie