Strasbourg : les participants au match de foot illégal peuvent se faire dépister du covid19 au Parlement européen

Depuis ce jeudi 28 mai, les personnes qui ont participé au match de foot clandestin qui s'est tenu dimanche à Strasbourg et qui avait réuni près de 400 jeunes, peuvent se faire dépister du covid19 au Parlement Européen, gratuitement et de façon anonyme.

Le centre de dépistage provisoire du Parlement européen de Strasbourg aurait pu accueillir 2.000 personnes par jour : il aura permis de réaliser 1.800 tests en deux mois.
Le centre de dépistage provisoire du Parlement européen de Strasbourg aurait pu accueillir 2.000 personnes par jour : il aura permis de réaliser 1.800 tests en deux mois. © Alexandra Bucur / France Télévisons
Pour éviter que Strabourg ne soit un nouveau cluster du covid19, les autorités demandent aux participants au match de foot qui s'est tenu illégalement le dimanche 24 mai, d'aller se faire dépister. Un dispositif a été mis en place au Parlement européen où un centre de dépistage est en place depuis deux semaines. Un dispositif qui permet d'effectur un test PCR, prélèvement par voie nasale, gratuitement, sans rendez-vous et de manière anonyme.
 

Des jeunes encore réticents à effectuer des tests

Sept participants. A 12h00, pour le premier jour d'ouverture du centre de dépistage du Parlement Européen aux participants du match de foot illégal, sept personnes se sont présentées dans la matinée de ce jeudi 28 mai. Des jeunes, 5 hommes et 2 femmes, "inquiets d'avoir contracté le virus lors de la rencontre", explique Roger Wolff.

Le coordinateur du centre de dépistage du Parlement européen se doutait bien qu'il n'allait pas y avoir foule aujourd'hui. "Les jeunes sont clairement réticents. Peut-être ne mesurent-ils pas le risque de contamination au covid pris en se rassemblant à plus de 400 personnes ce dimanche. Ou peut-être tout simplement craignent-ils d'être surveillés lors de leur test" s'interroge l'ancien médecin, bénévole au centre de dépistage.
 
Roger Wolff, le coordinateur du centre de dépistage du Parlement européen encourage les jeunes qui ont participé au match de foot clandestin à se faire tester.
Roger Wolff, le coordinateur du centre de dépistage du Parlement européen encourage les jeunes qui ont participé au match de foot clandestin à se faire tester. © Alexandra Bucur / France Télévisions


Or, la préfète de la région Grand Est et du Bas-Rhin, Josiane Chevalier l'avait pourtant précisé et martelé lors d'une conférence de presse mardi 26 mai "ce n'est pas un piège. Notre objectif n'est pas d'identifier les participants à cet événement totalement illégal. Mais bien de contenir la propagation du virus. Et cela passe par des tests massifs".
 


Un dispositif unique 

Pour encourager les jeunes à aller se faire dépister, un dispositif unique a été élaboré. Les participants au match de foot peuvent ainsi se présenter sans rendez-vous, sans ordonnance, devant le Parlement Européen et ce jusqu'au mardi 2 juin. Pas d'obligation de présenter des documents d'identité, seulement la carte vitale, s'ils souhaitent connaître les résultats des analyses. La démarche est gratuite. 
 


Le centre de dépistage du Parlement européen, c'est quoi ?

Depuis le 11 mai, date du début du déconfinement, le Parlement européen accueille un centre de dépistage du covid19. Avec une capacité de plus de 2.000 tests par jour, il est l'un des centres les plus importants du Bas-Rhin. Il accueille les personnes dites "contacts", qui ont été en contact avec des patients atteints du covid19 ou des personnes "asymptomatiques", qui ne présentent aucun symptôme clinique du coronavirus. Actuellement, le centre procède à 40 tests PCR par jour en moyenne. Il devrait rester ouvert jusqu'à la fin juillet 2020. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport déconfinement société faits divers coronavirus santé
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter