Strasbourg : pass sanitaire obligatoire dans les cafés, "on n'a ni le pouvoir de police, ni le personnel pour"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Chanel
Le pass sanitaire sera imposé dès le début août pour entrer dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, y compris pour le personnel.
Le pass sanitaire sera imposé dès le début août pour entrer dans les cafés, restaurants, centres commerciaux, y compris pour le personnel. © Marc Ollivier/MaxPPP

Le pass sanitaire deviendra obligatoire pour entrer notamment dans les cafés et restaurants dès le mois d'août. Le président délégué à la restauration et aux débits de boisson à l'UMIH du Bas-Rhin est favorable à la mesure annoncée par Emmanuel Macron mais s'interroge sur sa mise en pratique.

Le président de la République a annoncé lundi 12 juillet 2021 l'extension début août du pass sanitaire aux clients et salariés de nombreux lieux recevant du public -restaurants, cafés, centres commerciaux, transports, etc. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a garanti mardi 13 juillet de la "souplesse" dans l'application du pass sanitaire pour le personnel de ces établissements. Jacques Chomentowski, président délégué à la restauration et aux débits de boisson à l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie du Bas-Rhin (UMIH), est favorable à cette mesure mais estime que sa mise en place dans trois semaines sera compliquée.

Quelle est votre réaction à cette annonce ?

"Je suis très favorable au principe de donner aux gens la liberté qu'ils se vaccinent et pas le contraire. Je pense que c'est le salut pour passer un hiver non confiné. Je suis beaucoup plus sceptique sur la mise en place, l'application et les problématiques que nous allons rencontrer dans la restauration." 

Quelles sont ces problématiques ?

"Le fait de mettre le pass sanitaire déjà au mois d'août, alors que nous sommes le 13 juillet, et qu'il faut, 5, 6, 7 ,8 semaines le temps de vacciner un certain nombre de personnes, pour avoir des pass sanitaires supplémentaires. On sort à peine de confinement, cela fait un mois, un mois et demi que nous avons recommencé à travailler, et on nous remet une barrière d'environ 40% de notre clientèle qui n'auront pas de pass sanitaire, qui ne pourront pas venir dans nos établissements à l'intérieur. Tous nos collègues n'ont pas de grandes terrasses pour travailler à l'extérieur."

"Se rajoute à cela l'application même, en pratique, de la demande du cahier de rappel, qui déjà aujourd'hui, c'est soit un flash code sur la porte, soit un flash code de l'établissement où on doit remplir nos coordonnées, soit pour ceux qu'on n'ont pas de téléphone, écrire manuellement sur une feuille. Avec en plus le pass sanitaire, mais c'est une personne à plein temps."

Pour vous, il faut un délai supplémentaire ?

"Oui. Si on le met en place au mois d'août, il faudrait qu'il soit allégé à la première injection. Je pense qu'il serait préférable de le mettre en place au mois de septembre. On a pas assez de gens qui ont le pass sanitaire. J'ai sondé la semaine dernière les clients qui viennent chez moi. Il n'y en a même pas un sur trois qui l'ont. Les discothèques qui ont rouvert la semaine dernière, ont toutes les difficultés du monde. Les gérants ont dû refuser des tables entières. Les gens ne sont pas encore aguerris au système."

"Je comprends bien la volonté du gouvernement d'inciter et de contraindre par ce biais, mais cela va toucher notre chiffre d'affaires déjà lourdement impacté. J'entends bien qu'on a eu des aides, mais on vient juste de rouvrir. Ce ne sont plus des aides que nous voulons, c'est travailler."

Que faire des salariés ?

"On attend le décret, la loi. Est-ce que cette loi va aussi accompagner le droit du travail par rapport à nos employés ? C'est à dire qu'un employé qui ne voudrait pas se faire vacciner, qu'est-ce qu'on fait avec lui, nous les patrons ? C'est compliqué. On a eu les annonces hier, trois semaines avant c'est plutôt une bonne chose. Cela nous laisse quelques jours pour voir avec nos préfets, avec le gouvernement, comment nous allons appliquer ces mesures." 

Et concernant la clientèle ?

"J'ai fait télécharger "tousanticovid" le week-end dernier. Il y a des gens qui le prennent mal et qui ont l'impression d'être fliqués. Ce sont les mêmes qui ont un portable avec Facebook et qui sont beaucoup plus fliqués par cette application. Mais que voulez-vous ? Là on nous demande de vérifier des identités, des QR codes."

"On n'a ni le pouvoir de police, ni le personnel pour. Une boîte de nuit ou un bar dansant a normalement du personnel à la porte, donc on peut demander à ce personnel de faire ça aussi. Un restaurant à la base n'a pas ce genre de personnel, un café-brasserie non plus. Donc ça va nécessiter du personnel supplémentaire. J'aimerais bien qu'on ne mette pas cela sur le dos du restaurateur, plutôt sur celui de l'individu qui veut aller au restaurant. Et si on contrôle à l'intérieur et que quelqu'un n'a pas le pass, peut-être faut-il le sanctionner et pas le professionnel. C'est à voir." 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.