Strasbourg : jet de pierre, tentative de guet-apens, les pompiers à nouveau ciblés

Les pompiers du SDIS 67 dénoncent les violences qu'ils subissent au quotidien. / © V.Ruiz-Suri / France 3 Alsace
Les pompiers du SDIS 67 dénoncent les violences qu'ils subissent au quotidien. / © V.Ruiz-Suri / France 3 Alsace

Les pompiers ont une nouvelle fois été la cible d'un jet de projectile ce samedi 18 janvier 2020 aux alentours de 21h00 dans le quartier gare à Strasbourg. Un autre équipage aurait échappé à une tentative de guet-apens grâce à la présence policière quartier Cronenbourg.

Par A.B.

Des pompiers de la caserne Finkwiller à Strasbourg ont été pris pour cible dans la soirée du samedi 18 janvier à Strasbourg. Les hommes du feu intervenaient après un appel pour feu de voiture rue du Ban de la Roche dans le quartier gare. Aucun pompier n'a été blessé. Mais le véhicule d'intervention présente un impact après un jet de pierre.

A Cronenbourg, un peu plus tard, rue Augustin Fresnel "les pompiers qui intervenaient pour un incendie de détritus ont échappé à un guet-apens", raconte Sullivan Mootooveeren, président du Syndicat Autonome 67. Un véhicule se serait mis en travers du chemin du camion d'intervention pour bloquer le passage. "C'est en voyant la voiture de police que le véhicule est parti en trombe. Nous sommes convaincus que la présence policière a dissuadé les jeunes", précise le capitaine Yann Scheer, chef de l'unité ouest et adjoint au commandement de compagnie Strasbourg-Centre.

Des propos que ne corroborent pas la police, jointe par téléphone."Une équipe de police était effectivement sur les lieux. Nous intervenons auprès des pompiers dans les quartiers considérés à risques. Mais nous n'avons rien vu et rien entendu" a expliqué le commissaire de permanence.

 
Banderole affichée sur la caserne Finkwiller à Strasbourg. / © V.Ruiz-Suri / France 3 Alsace
Banderole affichée sur la caserne Finkwiller à Strasbourg. / © V.Ruiz-Suri / France 3 Alsace

Des pompiers qui se disent aujourd'hui "découragés". Ils avaient manifesté vendredi 17 janvier dernier pour dénoncer le climat de tension et les violences que subit leur profession au quotidien. "Nous demandons une présence policière lors de nos interventions dans le cadre de violences urbaines. Et nous aimerions que ceux qui nous jettent des pierres comprennent notre mission. Quand nous intervenons près de chez eux, c'est pour assister des personnes en danger et non pour les embêter", conclut le capitaine Yann Scheer.
 

Une manifestation, 15 jours après une nuit du Nouvel An très difficile pour les pompiers du Bas-Rhin. 
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus