Strasbourg : salaire exorbitant pour le directeur du centre de cancérologie Paul-Strauss

Selon le "Canard Enchaîné", le directeur du centre de lutte contre le cancer Paul-Strauss de Strasbourg, Xavier Pivot, touche un salaire de 300.000 euros net par an, sans compter d'autres avantages. Xavier Pivot a été nommé à ce poste en novembre 2017.
Centre Paul Strauss de Strasbourg
Centre Paul Strauss de Strasbourg © Dominique Gutekunst / MaxPPP
Le professeur Xavier Pivot, directeur du centre de lutte contre le cancer Paul-Strauss de Strasbourg, est épinglé ce mercredi par le Canard Enchaîné pour son salaire de 300.000 euros nets annuels. Xavier Pivot est également administrateur de l'Institut régional du cancer, un groupement de coopération sanitaire (GCS) entre le centre Paul-Strauss et les hôpitaux universitaires de Strasbourg. 

Le journal satirique explique que le Pr Pivot aurait négocié son salaire avec l'ARS (Agence régionale de santé) qui confirme ainsi cette somme : "il a une garantie de 26.000 euros nets par mois, à laquelle s'ajoute une confortable indemnité de logement, car il a une famille et Strasbourg est une ville très chère", a dit Christophe Lannelongue, directeur de l'ARS.

Il toucherait cependant plus de deux fois le salaire de son prédécesseur. L'ARS justifie cette hausse par un alignement sur les rémunérations des directeurs de l'Institut Curie et de l'Institut Gustave-Roussy à Villejuif.

Mais les salaires de ces deux directeurs ont chuté depuis un rapport de 2015 de la Cour des Comptes qui avait mis en lumière des rémunérations excessives justement. Le directeur de l'Institut Curie touche désormais 136.000 euros brut par an, ainsi qu'un logement de fonction pour 2.600 euros maximum. Et le directeur de l'Institut Gustave-Roussy aurait un salaire inférieur au Pr Pivot, mais la direction n'a pas voulu révéler le montant exact au Canard Enchaîné. Sachant que du côté des salariés des centres de lutte contre le cancer, les salaires n'ont pas augmenté depuis des années, et là c'est pour cause de rigueur budgétaire.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société polémique