Strasbourg : ouverture symbolique de la session plénière du Parlement européen

Une ouverture symbolique de la session plénière du Parlement européen a eu lieu ce lundi 14 décembre à Strasbourg, en présence de son président David Sassoli. Ce dernier a indiqué que la capitale européenne pourrait à nouveau accueillir des plénières en février 2021.

Le siège du Parlement européen à Strasbourg
Le siège du Parlement européen à Strasbourg © Jean-Marc Loos/MaxPPP

L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg a retrouvé un peu de vie ce lundi 14 décembre à l’occasion de l’ouverture de la nouvelle session plénière du Parlement européen. Une ouverture toute symbolique à 17h à Strasbourg, siège du Parlement, puisque les débats se poursuivront à distance depuis Bruxelles. 

"Cela fait 10 mois que nous ne venons pas au Parlement. Y revenir, est un peu chargé d’émotion", a assuré David Sassoli lors d'un point presse en milieu d'après-midi. "Strasbourg n’est pas seulement une ville capitale parce qu’elle figure dans les traités mais parce c'est l'Histoire qui fait de Strasbourg une capitale de l'Europe", a-t-il souligné, réitérant son soutien à la métropole alsacienne. "J'espère que nous reviendrons bientôt", a poursuivi le président du Parlement européen après s'être entretenu avec le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune et la maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian.

Un retour à Strasbourg en février 2021

Le président du Parlement européen a annoncé que Strasbourg pourrait accueillir une session plénière en février. "Une date a été décidée avec le président de la République : le 2 février, avec un hommage à Valéry Giscard d'Estaing". La présence du président du Parlement européen à Strasbourg ce jour est "un signal très positif" pour Jeanne Barseghian. "Ce geste fort pour Strasbourg exprime la volonté du président de l’institution de voir reprendre au plus vite les sessions parlementaires dans sa ville-siège après plusieurs mois d’absence."

Concernant un retour des parlementaires, la maire indique qu'un point sera réalisé "après les fêtes de Noël, pour analyser la situation sanitaire et garantir les meilleures conditions d’accueil aux députés européens qui doivent retrouver leurs sièges dans l’hémicycle strasbourgeois au plus vite. Nous avons aussi pris rendez-vous le 2 février prochain à Strasbourg pour rendre hommage ensemble à Valéry Giscard d’Estaing, artisan convaincu de la construction européenne, en présence d’Emmanuel Macron, président de la République, et évoqué la possibilité de signer le contrat triennal avec les différents partenaires à cette occasion. Enfin, nous nous sommes projetés dans le long terme avec la volonté que se tiennent, à Strasbourg, plusieurs événements dans le cadre de la Conférence sur l’avenir de l’Europe." a-t-elle détaillé.


Des plénières à distance depuis Bruxelles

Pour rappel, la dernière session plénière organisée dans la capitale alsacienne remonte au mois de février 2020, avant l'éclatement de la pandémie de Covid-19 et la mise en place de mesures de confinement. En septembre, le président du PE avait déjà rappelé que "le siège du Parlement européen est à Strasbourg, c'est une obligation écrite dans les traités que nous voulons honorer", mais les conditions sanitaires, notamment le taux de circulation du virus dans le Bas-Rhin, avaient eu pour conséquence de repousser à nouveau le retour de ces sessions en Alsace. 

Après celle annulée en mars, les suivantes ont été délocalisées à Bruxelles, autre capitale européenne qui accueille en temps normal uniquement des "sessions de travail". Depuis le mois d'octobre, elle se déroulent officiellement à distance, par visioconférence, même si les eurodéputés vivant dans la capitale belge ont été autorisés à y participer depuis l'hémicycle bruxellois.

Selon le règlement intérieur de l’institution, le Parlement européen établit "un calendrier des réunions (plénières) qui comprend au maximum 12 sessions de 4 jours à Strasbourg". Ces plénières réunissent les 705 eurodéputés issus des vingt-sept pays de l’Union européenne et plus de 2.500 collaborateurs et fonctionnaires.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
institutions européennes politique coronavirus/covid-19 santé société