Strasbourg teste la piétonnisation d'une partie de son centre-ville pendant l'été

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Munsch
Le Quai Lezay-Marnésia représente l'une des délimitations de la zone test piétonnisée pendant l'été 2021 à Strasbourg.
Le Quai Lezay-Marnésia représente l'une des délimitations de la zone test piétonnisée pendant l'été 2021 à Strasbourg. © Google Street view

Dans le cadre de son "Plan piéton" voté en mai 2021, Strasbourg teste la piétonnisation d'un tiers de son centre-ville entre le 1er juillet et le 31 août. La circulation et le stationnement des voitures seront impactés.

Dans le cadre de son "Plan piéton" voté en mai 2021, Strasbourg teste la piétonisation de la moitié de son centre-ville pendant deux mois d'été. Il s'agit d'un dispositif expérimental, annoncé en avril dernier, en même temps que l'extension des terrasses en centre-ville. Il va être mis en place du 1er juillet au 31 août 2021 .

La moitié de l'hyper-centre sera réservée aux piétons aux heures de forte fréquentation, soit de 11h à 15h et de 19h à 23h30 en semaine, et de 11h à 23h30 le samedi. Au total une trentaine de bornes délimitera cette zone pour y réduire le nombre de voitures. Ces bornes sont celles qui ont été installées pour sécuriser le marché de Noël. 

Un secteur-test interdit aux voitures à certaines heures 

Le quart Nord-Est de la Grande-île sera donc interdit aux voitures du 1er juillet au 31 août, sur certains créneaux horaires. "Des discussions avec les associations de commerçants ont permis d'ajuster les horaires d'interdiction et d'accès au quartier." explique Pierre Ozenne, adjoint à la maire de Strasbourg en charge des espaces publics partagés. La circulation et le stationnement des voitures restera possible entre 23h30 et 11 heures du matin, et entre 15 heures et 19 heures.

Dans un premier temps, les habitants du secteur concerné recevront un code pour actionner la borne et par la suite recevront un badge par courrier, de sorte à pouvoir accéder à leur garage ou place de parking privée. (Les entrées des voitures seront interdites, mais les sorties toujours possibles.) Si les résidents n'ont pas de stationnement privé et se garent habituellement sur la voie publique, ils auront l'autorisation, sans aucune démarche à faire, de se garer grâce à leur abonnement mensuel de 15 euros, dans d'autres zones que celle de leur habitation. Les habitants peuvent poser toutes leurs questions par mail sur le dispositif-test, qui doit s'achever le 31 juillet, au service de la règlement de la ville de Strasbourg.

 

 

L'objectif de ce dispositif est multiple : il doit apporter plus d’attrait pour les piétons qui pratiquent le centre-ville, éviter qu'ils soient gênés par les voitures et les vélos. Pour les vélos, la ville prévoit d'ailleurs un itinéraire de contournement, déjà en cours de création. Ce sera le "ring" vélos chargé de diminuer les tensions entre cyclistes, toujours plus nombreux, et les autres usagers. 

Ring Vélo 2021 by France3Alsace on Scribd

 

Bilan avec les usagers en septembre 

Après deux mois de test, un point sera fait avec les résidents du quartier, les commerçants et tous les usagers concernés qui souhaiteront s'exprimer à ce sujet. "Le but n’est pas d’embêter les gens dans leur quotidien, c’est d'expérimenter avant de tirer des conclusions." assure l'adjoint en charge des espaces publics partagés. "Nous voulons nous assurer que les riverains-particuliers et entreprises ne sont pas impactés, par exemple s’ils n’ont pas de stationnement privés." S'il le faut, assure-t-il, la municipalité ajustera ce plan, sans exclure de revenir en arrière, si le test n'est pas convaincant. Chaque usager pourra s'exprimer sur le site de la ville de Strasbourg  ou lors de réunions pour confronter les différents points de vue et les expériences du terrain. 

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.