Strasbourg: un photographe amateur s'amuse à mixer des photos de la guerre et d'aujourd'hui dans un livre bluffant

Publié le Mis à jour le
Écrit par Loïc Schaeffer

Photographe amateur passionné d'histoire, Corentin Meyer est l'auteur d'un livre, "39-45 Strasbourg: Passé composé", sorti début avril. Son originalité? L'Alsacien superpose 250 clichés de la seconde guerre mondiale dans les rues actuelles. Un travail saisissant à destination de tous les curieux.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Au début ça fait tout drôle... Des uniformes nazis en noir et blanc côtoyant des badauds en couleurs, rue Mercière à Strasbourg. Ou un bâtiment détruit, à l'angle de la place du vieux marché aux vins, devant lequel passe une ligne de tram. 

Un mélange des époques, une superposition de l'histoire, un lien puissant entre passé et présent. L'oeuvre de Corentin Meyer, photographe amateur de 35 ans, c'est tout cela à la fois. Et comme la plupart des idées lumineuses, celle-ci a jailli par hasard, ou presque, dans la tête de cet Alsacien qui vit aujourd'hui à Rixheim, dans la banlieue de Mulhouse.

La photo du drapeau nazi sur la cathédrale, acte de naissance du projet

"J'aime la photo mais mon vrai métier, c'est pompier professionnel à Strasbourg, raconte-t-il. Tous les mercredis, on fait des montées sur la cathédrale pour s'exercer. Et j'avais en tête cette photo du drapeau allemand flottant sur l'édifice. Ça m'a donné envie d'essayer de prendre la même photo, dans la même position, et de superposer les deux."

Bingo! 400 photos et des heures de montage plus tard, Corentin Meyer en fait un livre, "39-45 Strasbourg: Passé composé", en vente depuis début avril. "Il a fallu choisir, confie-t-il. Dans le bouquin, j'ai sélectionné 250 clichés. Comme je maîtrise plutôt bien les techniques de retouche et les logiciels, ça a rendu la tâche un peu plus facile." 

Personne n'est indifférent face à l'histoire de la guerre, surtout pas ici en Alsace

Corentin Meyer, photographe

Lorsqu'il capture ses premières images, en septembre 2019, notre photographe ne songe pas encore à sortir un ouvrage. Il n'y pensera qu'un an plus tard, à l'été 2020. Nous lui avions d'ailleurs consacré un reportage, disponible sur Youtube

Si finalement il se décide, c'est que les premières photos publiées fascinent immédiatement sur les réseaux sociaux. "Personne n'est indifférent face à l'histoire de la guerre, surtout pas ici en Alsace, où c'est une période pas forcément joyeuse et que beaucoup ont préféré oublié. Certains m'ont demandé pourquoi je m'intéressais à ça", constate-t-il.

La raison, c'est que, comme souvent, la petite histoire a rejoint la grande. C'est à la suite du décès de son grand-père maternel, enrôlé de force comme Malgré-Nous dans l'armée allemande sur le front de l'Est, qu'il commence à s'intéresser au second conflit mondial. "L'une de mes tantes a retranscrit toutes les lettres écrites par mon grand-père. Elle en a fait un livre "Mémoires d'une guerre", qu'elle a distribué à tous les membres de la famille. J'ai tout lu, et c'est là que j'ai commencé mes recherches."

4.000 euros dépensés pour obtenir les photos en HD

De la simple curiosité d'abord, avant que naisse l'idée de la superposition des photos. Ce projet le mène des archives de Strasbourg au service cinématographique des armées à Paris en passant par quelques particuliers détenteurs de clichés d'époque. Le travail documentaire est énorme et il a un coût. Pour obtenir le droit d'exploiter les photos et les acquérir en haute définition, Corentin Meyer débourse près de 4.000 euros. Il crée même une cagnotte Leetchi à l'été 2020 pour permettre aux gens de lui donner un coup de pouce. Le résultat final est bluffant. 

Toutefois, cette réalisation n'est pas que l'accomplissement d'un passionné de photographie, le jeune homme la perçoit également comme un devoir de mémoire. Comme il le détaille dans cette interview, certains clichés peuvent susciter beaucoup d'émotion. En particulier, les cercueils empilés devant le théâtre Scala au Neudorf ou la place Gutenberg en ruines:

Le but, c'est donc de faire de ce livre un trait d'union entre un passé dont les témoins directs se font de plus en plus rares et aujourd'hui. Ne pas oublier que l'histoire, des pires atrocités aux espoirs d'une liberté retrouvée, s'est écrite sur les pavés de Strasbourg, au détour de rues que des milliers de passants arpentent chaque jour.

Un conseil? Se promener en ville avec le livre sous le bras

"J'espère toucher toutes les générations, indique Corentin Meyer. "Les passionnés d'histoire, les personnes les plus âgées qui ont pu vivre ces moments, et les plus jeunes, pour qu'ils se rendent compte de ce qui a pu se passer. Ces derniers n'ont pas forcément envie de lire 300 pages sur la Seconde guerre mondiale. Ce livre avec des photos permet une approche plus ludique."

Et petit conseil d'auteur: aller se promener dans Strasbourg, bouquin sous le bras, la manière la plus intime et intense sans doute pour cultiver ce lien entre les deux époques. "39-35 Strasbourg: Passé composé" paru chez ID l'Édition a, pour l'heure, été édité à 1.500 exemplaires. L'ouvrage est disponible dans l'ensemble des libraires strasbourgeoises, dans la plupart des grandes surfaces du Bas-Rhin et à la commande sur internet, au prix de 34 euros.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité