Thibault Gassmann, ambassadeur du tricking en Alsace

Le tricking, mélange entre gymnastique, arts martiaux et danse
Intervenants : Thibaut Gassmann et Maxime Ecoiffier, trickseurs; Jérémy Fellrath, membre du TDO Crew. - France 3 Alsace - Reportage : Marc Schmitt et Marie-Christine Lang. Montage : Stéphanie Teissier.

À mi-chemin entre les arts martiaux et la gymnastique, le "trincking" est une discipline qui se développe en France depuis une quinzaine d'années. Ses pratiquants cherchent souvent à percer dans le milieu artistique. C'est le cas de Thibaut Gassmann, l'un des chefs de file du tricking en Alsace.

Par Valentin Pasquier

Armé d'un katana - parfois de deux - Thibault Gassmann réalise pirouettes et saltos avec une aisance déconcertante. Cela fait presque une décennie que le jeune Alsacien de 24 ans s'est mis au "tricking", une discipline qui mêle gymnastique, arts martiaux et danse.

La discipline reste encore confidentielle. En France, on compte quelque 600 pratiquants et aucune fédération. Malgré tout, Thibaut Gassmann l'autodidacte enchaîne les compétitions dans l'Hexagone et à l'étranger, notamment au Gabon ou à Amsterdam. « Ce ne sont jamais des affrontements physiques, ça reste toujours du spectacle! » glisse l'acrobate.

Arts martiaux et cascades


Plus que la compétition, c'est d'abord la dimension artistique qui prime. Avec son groupe strasbourgeois TDO Crew, il crée des spectacles. Et depuis 2011, aux côté de son complice karateka Maxime Ecoiffier, il réalise des vidéos de combat. Il les publie ensuite sur leur chaîne YouTube. « C'est important de montrer au grand public, et surtout aux réalisateurs et aux régleurs de cascades qu'on n'est pas figés dans un seul domaine, » signale Thibault Gassmann. Le but : être remarqué pour participer à des projets de films ou spectacles.


Malgré son emploi du temps chargé, Thibaut Gassmann trouve encore le temps de donner des cours au Strasbourg Tricking. La structure est l'unique pole du Nord-Est de la France qui compte une soixantaine de membres. Il en est le responsable.


Devenir professionnel


La passion dévorante du jeune homme ne l'a d'ailleurs pas empêché d'assurer ses arrières. Il vient d'empocher, il y a quelques jours, son bac +5 en marketing et gestion d'évènements. Il termine son alternance dans une agence strasbourgeoise. Mais la vie de bureau... très peu pour lui. « On va vivre de notre passion, » assure-t-il.

Son souhait a été entendu : dès le mois d'octobre, il rejoindra Paris pour travailler au sein de l'équipe professionnelle Cascade.

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Epernay : un dispositif de sécurité renforcé pour les Habits de Lumières

Près de chez vous

Les + Lus