Transports en commun gratuits pour les moins de 18 ans à Strasbourg : ce qu'il faut faire pour en bénéficier

A partir du 1er septembre, les moins de 18 ans résidant dans l'Eurométropole n'auront plus à payer l'abonnement de la CTS. Mais il faudra quand même valider son titre de transport. Une "révolution" qui se prépare dès aujourd'hui, et qui concerne potentiellement 80.000 personnes (et leurs parents).

En rendant l'abonnement gratuit pour les moins de 18 ans, l'Eurométropole de Strasbourg veut les inciter à s'habituer aux transports en commun.
En rendant l'abonnement gratuit pour les moins de 18 ans, l'Eurométropole de Strasbourg veut les inciter à s'habituer aux transports en commun. © Claire Peyrot - France Télévisions

Voilà qui va peut-être rendre jaloux les habitants extérieurs à l'Eurométropole de Strasbourg. Ou leur donner envie de déménager à proximité de la capitale alsacienne. A compter du 1er septembre 2021, les transports en commun seront gratuits pour les jeunes usagers de la Compagnie des Transports en Commun de Strasbourg âgés de 4 à 17 ans (jusqu'au mois de leur 18ème anniversaire). Mulhouse a instauré une mesure identique pour les plus de 65 ans en janvier 2021. Mais qui dit gratuit ne signifie pas qu'on peut grimper dans un bus ou à bord d'un tram sans titre de transport.

Que faire ?

Il n'y a pas de souscription automatique. Dès ce lundi 14 juin, les usagers peuvent faire la démarche en ligne, ou en se rendant dans l'espace éphémère installé au niveau moins 1 de la gare de Strasbourg, à côté de la boutique Vélhop. Une pièce d'identité et une photo sont nécessaires pour les demandeurs qui n'ont pas encore de carte Badgeo. Les personnes qui ont déjà un abonnement doivent également demander la gratuité en ligne, en attestant sur l'honneur de leur adresse, et ce avant la mi-août, pour que le prélèvement soit résilié. La CTS a expliqué tout le processus sur son site, et dans une vidéo en ligne. Même gratuit, l'abonnement sera à renouveller tous les 24 mois.

Continuer à valider sa badgeo

Dans tous les cas de figure, les jeunes usagers devront valider leur carte en montant dans les transports en commun à partir du 1er septembre. Les contrôleurs procèderont à des vérifications et un mineur qui n'a pas de titre de transport pourra être verbalisé. "On ne peut pas deviner si un jeune a moins de 18 ans et s'il habite l'Eurométropole ou pas" explique Emmanuel Auneau, le directeur général de la CTS. La détention d'un titre et sa validation permettront à la CTS de recueillir des informations sur l'utilisation de ses lignes, pour éventuellement en réajuster la fréquence.

L'agence éphémère de la gare, dédiée à la gratuité, est ouverte du lundi au samedi, de 9 heures à 18 heures.
L'agence éphémère de la gare, dédiée à la gratuité, est ouverte du lundi au samedi, de 9 heures à 18 heures. © Clémentine Colin

La CTS n'avait pas de modèle pour s'inspirer ailleurs en France, et la mise en place de la gratuité n'a pas été simple. "Nous sommes les premiers à instituer cette forme de gratuité pour les moins de 18 ans. A Paris, c'est différent, les usagers doivent payer puis ils sont remboursés" poursuit Patrick Maciejewski, le président de la CTS. Il a fallu améliorer l'interface du site de la CTS, pour le rendre plus lisible. Il faudra aussi fabriquer les cartes Badgeo supplémentaires, qui ne seront pas facturées aux nouveaux clients mineurs.

80.000 usagers potentiels

Une véritable "révolution" selon Alain Jund, le vice-président de l'Eurométropole en charge des mobilités. Il rappelle que la mesure (votée le 26 février dernier en conseil) poursuit des objectifs "écologiques, de santé publique et d'équité territoriale". Dans un premier temps, la CTS a prévu la "conversion" de ses 30.000 clients de moins de 18 ans (soit 20% de la clientèle). Mais le potentiel s'élève à 80.000 personnes.

© Claire Peyrot - France Télévision

"Ils ne vont pas tous arriver sur nos lignes aux heures de pointe" rassure Emmanuel Auneau. La CTS s'attend à une augmentation des abonnements gratuits, mais pas forcément à un afflux d'usagers au quotidien. "On pense gagner de nouveaux usagers, mais sur un temps où l'on peut les absorber", précise le responsable. Selon lui, les nouveaux abonnements gratuits seront surtout souscrits par des jeunes qui voudront profiter du réseau pour leurs sorties et leurs loisirs, le soir ou en fin de semaine.

Une gratuité qui a un coût

Les abonnements des 4-17 ans sont actuellement compris entre 3,40 euros et 27,60 euros mensuels. Pour la CTS, la gratuité équivaut à un manque à gagner de 6 millions d'euros. Les abonnements des autres catégories d'usagers ne seront pas augmentés pour compenser la perte. Le coût sera pris en charge par l'Eurométropole de Strasbourg, qui a également budgétisé 2 millions d'euros pour les futurs abonnements gratuits. "C'est pour cette raison que seuls les habitants de l'Eurométropole bénéficieront de la gratuité" explique Alain Jund. L'élu annonce également que la tarification solidaire sera remise à plat à la rentrée prochaine.

La CTS invite ses usagers à ne pas perdre de temps pour effectuer les démarches car elle va avoir des milliers de dossiers à gérer. En plus des fournitures scolaires, de l'assurance, et des inscriptions au périscolaire, voilà donc pour les parents une ligne à rajouter à ce qu'il y a à faire avant de partir en vacances.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports en commun économie transports écologie environnement finances