• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

VIDEO - Strasbourg : un gilet jaune adepte du buzz sur les réseaux sociaux condamné à quatre mois de prison ferme

Yannick Krommenacker, Strasbourgeois râleur, adepte des réseaux sociaux, ce samedi 17 novembre sur l'autoroute, déguisé en mouton. / © Facebook Yannick Krommenacker
Yannick Krommenacker, Strasbourgeois râleur, adepte des réseaux sociaux, ce samedi 17 novembre sur l'autoroute, déguisé en mouton. / © Facebook Yannick Krommenacker

Un "gilet jaune", bien connu pour ses coups d'éclat sur les réseaux sociaux, a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Strasbourg à quatre mois de prison ferme pour mise en danger de la vie d'autrui et entrave à la circulation.

Par MC avec AFP

Yannick Krommenacker est devenu (un peu) célèbre en 2016, en diffusant une vidéo le montrant en train de payer une amende au centre des finances publiques de Strasbourg avec des milliers de pièces rouges. Ce soudeur âgé de 32 ans a depuis multiplié les buzz sur les réseaux sociaux. Il s'est ainsi déguisé en coq pour marquer son opposition à la mise en place d'un nouveau radar du quai Pasteur à Strasbourg puis en mouton pour protester contre les 80 km/h.
 

Ce lundi, il était poursuivi pour avoir formé samedi une chaîne humaine sur l'autoroute A35 à Strasbourg et traversé le terre-plein central avec quatre autres "gilets jaunes". Il a été jugé en comparution immédiate et condamné par le tribunal correctionnel de Strasbourg à quatre mois de prison ferme pour mise en danger de la vie d'autrui et entrave à la circulation, sans maintien en détention. 

A l'audience, le substitut du procureur, Vincent Tridon, a requis six mois de prison ferme contre ce père de deux enfants et son maintien en détention, qui n'a pas été ordonné par le tribunal. L'homme qui avait 12 condamnations inscrites sur son casier judiciaire, dont la moitié pour des faits de violence, était le seul à faire l'objet d'une procédure de comparution immédiate. Les quatre autres "gilets jaunes" impliqués dans cet incident n'avaient pas d'antécédents judiciaires et se sont vu délivrer une convocation en vue de leur comparution en février devant le tribunal correctionnel.

"Il y a un moment où quand on est dangereux, il faut répondre de ses actes", a lancé le substitut, soulignant que si "on a le droit de manifester, d'être en colère et de trouver qu'on paie trop d'impôts", la "violence" doit être sanctionnée. L'avocat du prévenu, Me Najib Smaïli, a contesté pour sa part la procédure de comparution immédiate , y voyant la volonté de "faire un exemple". Selon lui, le message du ministère public est le suivant: "Les gilets jaunes ça suffit, et si vous continuez vos manifestations, vous vous retrouverez devant le tribunal très rapidement et serez punis très sévèrement".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le mot de la fin pour Théau

Les + Lus