Une femme tuée dans le Bas-Rhin, son mari mis en examen, "les voisins vont avoir besoin d'aide et d'écoute"

Une femme de 55 ans a été retrouvée sans vie chez elle à Gerstheim (Bas-Rhin) lundi 11 mars quelques minutes après avoir alerté les gendarmes sur un épisode de violence. Son mari a été mis en examen et placé en détention provisoire.

Une femme de 55 ans a été tuée dans la nuit de lundi à mardi à Gerstheim, selon une information révélée par les Dernières Nouvelles d'Alsace et confirmée par France 3 Alsace. Son mari, un homme d'une soixantaine d'années, a été mis en examen mercredi soir et placé en détention provisoire. Le parquet de Strasbourg a ouvert une information judiciaire pour homicide sur conjoint.

Selon les DNA, la victime a contacté la gendarmerie vers 23 heures pour alerter les autorités sur son agression. À leur arrivée, elle était morte. Elle aurait été étranglée avec une ceinture, selon l'Agence France Presse (AFP).

"C'était un couple sans histoire, il n'y a jamais eu d'antécédent connu de violence", nous confie le maire de Gerstheim, Julien Koegler. Il nous précise que l'auteur présumé des faits était originaire du village et que le couple s'y était marié en 2002. Ils avaient une fille, née en 2001, qui ne réside plus dans la commune. La mère de l'homme placé en garde à vue, elle y habite encore.

Activation d'une cellule de soutien psychologique

Depuis la révélation du drame, l'émotion est grande dans le village. "Ce couple n'était pas particulièrement impliqué dans la vie de la commune, mais beaucoup de monde les connaissait, notamment les copains de leur fille, alors forcément, il y a beaucoup d'émoi", constate le maire de Gerstheim qui compte 3500 habitants. Il cherche à mettre rapidement en place une cellule de soutien psychologique. "Les faits se sont produits dans un immeuble d'habitation de dix logements. Les voisins vont avoir besoin d'aide et d'écoute", s'inquiète Julien Koegler.

En 2022, 13 morts violentes au sein d'un couple ont été enregistrées dans le Grand Est, selon une étude du Service statistique de la sécurité intérieure (SSMSI). Les forces de l'ordre ont enregistré cette année-là plus de 240 000 victimes de violences conjugales.