• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Bébé abandonné à Huttenheim : 3 personnes toujours en garde à vue

Le bébé a été retrouvé devant ce restaurant samedi 27 avril vers 23h45. / © A.B / France 3 Alsace
Le bébé a été retrouvé devant ce restaurant samedi 27 avril vers 23h45. / © A.B / France 3 Alsace

Trois personnes sont toujours entendues, ce mardi 30 avril après la découverte d'un bébé sur un trottoir samedi soir à Huttenheim. Parmi les gardés à vue, un homme et une femme d'une trentaine d'années. Il pourrait s'agir des parents du nourrisson abandonné devant le restaurant Le Pastoral.

Par A.B.

L'enquête se poursuit dans l'affaire du nourrisson abandonné à Huttenheim. Trois personnes sont toujours en garde à vue ce mardi 30 avril. Un homme et une femme âgés d'une trentaine d'années, et une autre personne qui aurait pu aider le couple à préparer l'abandon du bébé a-t-on appris d'une source proche du dossier. Des auditions qui se poursuivent pour essayer de retrouver les parents du bébé, retrouvé samedi 27 avril aux alentours de 23h45 devant le restaurant Le Pastoral à Huttenheim.
 

C'est un client qui a découvert le nourrisson, enveloppé dans quelques vêtements sur le trottoir. Un nouveau-né de quelques heures seulement, selon les premières constatations, de 2kg200. En légère hypothermie, la petite fille a été prise en charge par les services de pédiatrie de l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg. "Aujourd'hui, elle est hors de danger", a précisé le parquet de Strasbourg. 

Un événement qui a bouleversé cette commune de 2700 habitants du centre Alsace. Un village qui oscille depuis samedi soir entre émotion et incompréhension. Entre colère."Je ne comprends pas qu'on puisse abandonner son bébé sur un trottoir, j'ai mal au coeur pour cette petit fille", nous a expliqué Mireille. Et compassion. "Au début j'étais très en colère, puis avec le recul, je me dis que la personne qui a mis au monde ce bébé, doit beaucoup en baver pour en arriver là. Il ne faut pas juger trop vite", confie Valérie.

Le délaissement, en un lieu quelconque, d'une personne qui n'est pas en mesure de se protéger en raison de son âge ou de son état physique ou psychique est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende.

 

Sur le même sujet

Vincent Lambert : un appel aux dons pour aider sa femme, ses parents soutenus par la fondation Lejeune

Les + Lus