Belmont : nouvelle attaque du loup au Champ du Feu

Fin mai, ce cliché d'un loup a été pris par un piège photographique, à Ranrupt. / © Document remis
Fin mai, ce cliché d'un loup a été pris par un piège photographique, à Ranrupt. / © Document remis

Dans la nuit du 26 au 27 septembre, un élevage amateur d’une trentaine de daims et de cerfs de la commune de Belmont a subi une attaque de loup. Quatre daims ont été tués. Il s'agit probablement de la quatrième prédation du loup dans ce secteur en quatre mois à peine.

Par Cécile Poure

Dans la nuit du 26 au 27 septembre, un élevage amateur d’une trentaine de daims et de cerfs de la commune de Belmont a subi une attaque. Un daim, une daine et un faon ont été découverts morts et une quatrième daine blessée a dû être euthanasiée.
 

Soupçonnant une prédation du loup, l’éleveur a alerté les agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) qui se sont rendus sur les lieux pour établir le constat d’usage le jour même. L’expertise technique réalisée par la direction départementale des territoires (DDT) du Bas-Rhin conclut que la prédation est avérée et que la responsabilité du loup ne peut être exclue.

Les membres du réseau loup/lynx et de la cellule de veille « grands carnivores » mise en place par le préfet du Bas-Rhin ont été informés. Cette attaque intervient après plusieurs prédations sur des troupeaux domestiques, le 28 mai et le 5 août à Ranrupt et le 8 et le 9 juillet à Belmont.
 
 

Sécurisation des exploitations agricoles


La préfecture rappelle les  mesures mises en œuvre par les services de l’État pour sécuriser les exploitations agricoles :

- Une meilleure détection : depuis 2016, le Bas-Rhin a élargi le réseau lynx existant pour créer le réseau loup/lynx dont l’objectif est de recueillir les indices de la présence de ces espèces. Fort de 80 correspondants formés à la reconnaissance d’indices et aux caractéristiques des espèces, le réseau est animé par l’ONCFS.

- Un renforcement de la concertation : la cellule de veille « grands carnivores » comprenant, notamment, la profession agricole, l’association des maires du Bas-Rhin et des associations de protection de la nature a été installée par le préfet du Bas-Rhin le 22 mai dernier. Elle permet de communiquer les données disponibles à l’ensemble des acteurs et de proposer des actions en fonction des situations.

- Mise à disposition de moyens : les éleveurs des secteurs concernés ont la possibilité de faire une demande d’aide à la protection des troupeaux contre la prédation qui consiste en un financement de clôtures électriques ou de chiens spécialisés. Le service agricole de la DDT est à la disposition des éleveurs pour vérifier leur éligibilité à ce dispositif.
 

Le loup, une espèce protégée


Le loup est une espèce protégée au niveau national et européen. L’État a choisi de favoriser les conditions qui permettent de concilier les activités humaines et la présence de cette espèce.

Un plan national d’actions (PNA) sur le loup et les activités d’élevage a été adopté avec pour objectif d’élaborer une nouvelle méthode de gestion de l’espèce, fondée sur une meilleure connaissance de l’espèce et de ses modes de vies, pour mieux la protéger et permettre la protection des troupeaux et des éleveurs.

En cas d'observation d'indices de la présence du loup, vous pouvez contacter un agent de l'ONCFS du Bas-Rhin au 03 88 70 48 59 ou sd67@oncfs.gouv.fr.
Pour en savoir plus sur le loup en France et sur le plan d’action national 2018-2023. 

Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus