CETA : qu'ont voté les députés alsaciens et pourquoi? On a posé la question à trois d'entre eux

Mardi 23 juillet, l'Assemblée nationale a approuvé la ratification du controversé traité de libre-échange entre l'UE et le Canada (CETA) par 266 voix contre 213 et 74 abstentions. Qui a voté quoi en Alsace? Et pourquoi? Eléments de réponses avec trois députés.
 
Vote à l'Assemblée nationale, de l'accord de libre-échange entre la France et le Canada, ce mardi 23 juillet 2019
Vote à l'Assemblée nationale, de l'accord de libre-échange entre la France et le Canada, ce mardi 23 juillet 2019 © AFP. STEPHANE DE SAKUTIN

L'Assemblée nationale a dit oui mardi 23 juillet. Oui au traité controversé de libre-échange entre l'UE et le Canada. Un texte polémique qui doit maintenant être soumis au Sénat. Au niveau national, seuls 229 macronistes ont approuvé le Ceta, sur les 304 membres du groupe. Les députés de gauche se sont prononcés contre, au nom des risques environnementaux et sanitaires. Les Républicains et UDI se sont en majorité opposés au texte. Et en Alsace? Qu'ont voté vos députés?

6 pour

Bruno Fuchs, 6e circo du Haut-Rhin (MoDem App)
Antoine Herth, 5e circo du Bas-Rhin (UDI, Agir)
Thierry Michels, 1re circo du Bas-Rhin (LREM)
Bruno Studer, 3e ciro du Bas-Rhin (LREM)
Vincent Thiébaut, 9e circo du Bas-Rhin (LREM)
Sylvain Waserman, 2e circo du Bas-Rhin (Modem)


3 abstentions

Olivier Becht, 5e circo du Haut-Rhin (UDI, Agir)
Jacques Cattin, 2e circo du Haut-Rhin (LR)
Martine Wonner, 4e circo du Bas-Rhin (LREM)
 

6 contre

Laurent Furst, 6e circo du Bas-Rhin (LR)
Patrick Hetzel, 7e circo du Bas-Rhin (LR)
Frédéric Reiss, 8e circo du Bas-Rhin (LR)
Jean-Luc Reitzer, 3e circo du Haut-Rhin (LR)
Raphaël Schellenberger, 4e circo du Haut-Rhin (LR)
Éric Straumann, 1re circo du Haut-Rhin (LR)


Pourquoi ces choix. Nous avons posé la question à trois députés:
 

Eric Straumann a voté contre "pour la sécurité alimentaire d'abord"

"J'ai voté contre le CETA pour la sécurité alimentaire d'abord, parce que nous avons découvert pendant les débats, que le bétail canadien pouvait être nourri avec des farines animales et que 42 substances chimiques, interdites en Europe, sont autorisées au Canada. Et puis il y a les OGM. Ces importations ne vont pas respecter les règlements européens et nos paysans vont être mis en concurrence avec des Américains et des Canadiens qui ne respectent pas ces règles."

"Ensuite à cause du climat. On ne peut pas accepter la circulation de viandes sur des milliers de kilomètres et polluer la planète, alors que nous avons des produits analogues, en quantité et en qualité, chez nous. Pour les bananes, je n'ai rien contre, puisqu'on n'en n'a pas ici, mais pour les pommes et le boeuf, c'est une hérésie quand on a tout chez nous. "

"Par ailleurs, je trouve choquant que les députés soient allés applaudir la jeune militante écologique Greta Thunberg, qui parlait de la pollution et du changement climatique et qu'ensuite ils aillent voter pour le CETA."

 

Martine Wonner s'est abstenue "parce que c'était le juste milieu"

"Il y a eu plusieurs phases dans ce vote. La semaine dernière, j'ai voté contre l'article 1 de ce texte, soit contre l'article qui est à lui seul tout le CETA. Hier matin, nous avons eu la réunion de groupe de La République en Marche et le Premier ministre. Il y a eu une bonne vingtaine de prises de parole. Toutes pour dire que le  traité semblait équilibré et donnait toutes les garanties. Mais moi, même au sein de mon groupe, je veux défendre la liberté de parole et la démocratie. J’ai donc demandé la parole. J’avais 400 yeux braqués sur moi, il n'y a pas eu de menace, mais je n’ai pas été encouragée par les députés."

" Le ministre m’a écoutée et sa réponse a évoqué une mise en danger de la politique même du président, si on ne ratifiait pas. La veille, le président de la République avait expliqué qu'il fallait consolider les échanges entre le Canada et la France."

 

Cohérence des actes avec les paroles: après avoir écouté @GretaThunberg, dans l’hémicycle cet après-midi je n'ai pas approuvé la #ratification du #CETA: certes amélioré par le Gouvernement, ce texte oublie la question du climat et de la protection de l'#environnement ! #DirectAN pic.twitter.com/mB3yGQHLw3

— Martine WONNER (@MartineWonner) 23 juillet 2019


"Ils ont compris que j’étais fermement décidée à ne pas ratifier cet accord, car je n'ai jamais eu d'arguments qui m'ont convaincue de voter pour et à mes yeux, l'aspect écologique n'y est pas pris en compte. Alors je me suis abstenue. Activement. J’ai vraiment appuyé sur le bouton abstention,  je ne suis pas sortie pour être absente au moment du vote, comme ça arrive parfois. Je n'ai piégé personne, pour moi le juste milieu, hier, c’était l’abstention."
 


Bruno Studer a voté pour "car de tel accords améliorent les produits à la longue"

"Hier, j’ai procédé comme toujours quand je vote. On est rarement d’accord avec l’ensemble d’un texte. J’ai pesé le pour et le contre. Ce qui m’a convaincu, c’est que j’ai grandi dans un espace de libre -échange. Pour moi, le libre-échange a participé à des relations pacifiées entre pays. La France a une longue tradition d’échanges avec d’autres pays et je crois que c’est à travers les accords qu’on peut tirer le meilleur des partenaires commerciaux. Il faut dire aussi qu'on a des rapporteurs qui ont travaillé sur le sujet, on leur fait confiance."

"Le Canada, en terme de protection de l’environnement, n’a pas que des leçons à recevoir, il peut aussi en donner. D'ailleurs on dispose de toutes les instances qui vont nous permettre de contrôler ces échanges. De tels accords donnent beaucoup d’information sur les produits.

"Tous les accords de libres-échanges négociés par la France et l’Union européenne sont des accords qui ont permis l’élévation de la qualité des produits. Je suis convaincu que c’est par la régulation qu’on améliore les produits à la longue. Ils donnent toujours plus d’informations au consommateur et plus le consommateur est informé, plus il est puissant. C’est l’individu qui gagne en force."


Retrouvez le vote de tous les députés grâce au moteur de recherche de France Info.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique économie environnement société écologie