Fête de la librairie indépendante : comment les libraires tirent leur épingle du jeu face à la vente en ligne

Samedi 15 avril, dans toute la France, plus de 500 librairies indépendantes célèbreront la 25e édition de la fête de la librairie. Dans la Marne, la Haute-Marne et l’Aube, les libraires participant à l’opération offriront un livre et une rose à leurs lecteurs, renforçant ainsi le lien qui les unit.

La librairie "La Belle Image" fête son vingtième anniversaire, cette année à Reims. C’est l’occasion pour Anne-Lise Goglins, responsable du lieu, de préparer une soirée club de lecture, une soirée organisée comme une fête. En mai, pour cet anniversaire, la libraire a prévu également d’offrir un cadeau culturel à ses lecteurs  pour l’occasion.

La fête de la librairie, célébrée ce samedi 15 avril, cette professionnelle, dont l’enseigne est installée à quelques battements d’ailes de la cathédrale de Reims, y participe depuis longtemps. Pour les 25 ans de la fête de la librairie, elle a commandé des livres qui seront offerts aux clients et quelque 80 roses. Elle a souhaité aussi associer à l’opération un éditeur indépendant installé dans la Cité des Sacres, depuis 2020, "Fulbert First", ainsi que deux autrices : Agathe Cèbe et Angèle Caucanas.

L’effet Covid qui avait attiré de nombreux lecteurs vers les librairies, est retombé en ce printemps 2023. "C’est quand même mieux qu’avant", explique la libraire Anne-Lise Goglins. "Les gens ont pris conscience de l’importance des lieux de proximité.  Les librairies sont un refuge d’imagination. Les gens préfèrent trouver chez nous le conseil, le calme. J’essaie de ne pas suivre les courants. Au-delà des best-sellers, j’essaie de proposer autre chose. Je fais du mieux que je peux. Les lecteurs adhèrent ou pas".

En librairie, c'est tous les jours la fête, quand on aime les livres.

José Moliner, libraire aux Passeurs de textes, à Troyes.

 Librairie sorcière à Saint-Dizier

Avenue de la République, à Saint-Dizier (Haute-Marne), la librairie Larcelet a célébré ses 31 ans en 2022. Sur place, on a toujours eu à cœur de renforcer le lien avec les lecteurs. "Les librairies sont un lieu  d’accueil, d’ouverture, de rencontre", explique Pascale, une des libraires de l’équipe. "On propose des invitations d’auteurs, des animations. Nous avons un rayon jeunesse important, et nous sommes estampillés "librairie sorcière". Dans ce cadre, nous avons notamment organisé une nuit Harry Potter. Nous avons aussi mis en place le " click and collect". Les clients peuvent ainsi récupérer leurs commandes sans frais".

La ministre de la culture, Rima Abdul Malek vient de  signer un arrêté en faveur de ces libraires indépendants. A partir du mois d’octobre 2023, les commandes de livres sur internet de moins de 35 € seront assorties de trois euros pour les frais de port. C’est une manière de soutenir les libraires. "Ces trois euros, c’est plutôt bien par rapport à la concurrence déloyale des grandes plateformes", pour la libraire bragarde.

 

Faire bouger le local

David Vergnault est le très dynamique libraire de "La Cédille", à Vitry-le-François. Il se présente comme trop petit pour avoir le label LIR. Il ne participe pas à la journée-évènement du 15 avril, mais tout au long de l’année, il se bat pour faire vivre sa librairie.

"Mes concurrents sont les grandes surfaces, Amazon et dans une moindre mesure la Maison de la Presse. J’essaie de faire bouger le local, de réagir. J’ai invité Guillaume Meurice, j’organise des concerts, des "blind tests musicaux". Je travaille également avec le théâtre. Pour mes lecteurs, je mets l’accent sur les circuits courts de la culture".

Des expositions, beaucoup d’animations, des rencontres avec des auteurs, des dédicaces, David Vergnault met l’accent sur le conseil. "Je connais mes clients. Je leur donne des conseils personnalisés. Je peux même anticiper leurs choix". Pour ce qui est des trois euros qui frapperont les commandes en ligne inférieures à 35 €, le libraire est sceptique. "Ceux qui n’aiment pas bouger de leur canapé, ne changeront pas leurs habitudes", dit-il.

 

Les réseaux sociaux en action

A "La Petite marchande de Prose" ouverte à Sainte-Savine, près de Troyes (Aube) depuis fin août 2015, Isabelle Charkos, la libraire gérante explique que son équipe travaille beaucoup avec les réseaux sociaux. Elle participera bien sûr à la fête de la librairie. Au quotidien, elle indique que les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la réussite de son établissement.

"Une des personnes de l’équipe (parfois deux) poste beaucoup, interagit avec les lecteurs", dit-elle. Cela permet de communiquer sur notamment les rencontres organisées. "On s’exporte également vers les écoles. On a un partenariat avec Utopia, le cinéma ouvert dans un éco-quartier, à Sainte-Savine. On montre qu’il y a aussi un livre, dès qu’un film sort. "West side story" est devenu un film culte, mais c’était d’abord un livre d’Irving Shulman"

A Troyes, "Les Passeurs de Textes" sont un peu une institution. Mais après 30 années d’activité, la librairie qui était tenue par Jean-Luc Rio a bien failli fermer ses portes. Le libraire n’avait pas trouvé de repreneur. Mais c’était sans compter sur des clients lecteurs qui ont décidé de monter un dossier. Aujourd’hui, "Les Passeurs de Textes" est devenue librairie coopérative, avec un collectif de bénévoles, quelque 300 sociétaires. Un bel exemple d’économie solidaire. Le lieu ne participe pas à la fête du 15 avril, mais "En librairie, c’est tous les jours la fête quand on aime les livres", souligne le libraire José Moliner.

En ce début d'année 2023, pour son lancement, sa renaissance en quelque sorte, en tant que librairie coopérative, ce lieu culturel "Les Passeurs de Textes" a accueilli la romancière Marie N'Diaye, (Prix Goncourt 2009) l'occasion d'une belle rencontre. A Troyes, cette librairie peut compter sur le socle de leurs fidèles et aussi sur les touristes curieux de l’histoire culturelle locale, notamment. "On essaie aussi d’avoir des marchés publics, de travailler avec des institutions, comme les médiathèques, les bibliothèques départementales, les lycées", explique José Moliner. "La médiathèque de Troyes va bientôt lancer un appel d’offres. On va candidater". Des marchés de trois à cinq ans, une aubaine pour les libraires. Des libraires qui comptent de toute façon séduire de nouveaux clients, samedi 15 avril.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité