Reims : des bus à haut niveau de service pour 2025

Publié le
Écrit par Marjorie Le Meur
Illustration - un bus à haut niveau de service au Mans - archives.
Illustration - un bus à haut niveau de service au Mans - archives. © Marc Ollivier /OUEST FRANCE/MAXPPP

Des lignes de bus à haut niveau de service vont être mises en place par le Grand Reims dès 2025. Un projet de 54 millions d’euros pour faciliter le trafic de l’agglomération auquel l’Etat participe à hauteur de 15 millions d’euros.

Lauréat de l’appel à projets lancé en décembre dernier par le ministère en charge des transports, la communauté urbaine du Grand Reims va développer une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) à l’horizon 2025. Trois autres seront également installées d’ici 2032.  

Quelle est la particularité des BHNS ?  

Rapidité, confort, fluidité du trafic. Dès 2025, les premiers BHNS bus à haut niveau de service compléteront le réseau du Grand Reims avec plusieurs ambitions : garantir aux voyageurs de meilleures conditions de transport, un gain de temps sur le trajet et une circulation plus fluide. 

« Ils s’apparent au tramway ou au métro, mais avec des roues. », affirme la présidente de la Communauté Urbaine du Grand Reims, Catherine Vautrin. Une voie de la chaussée leur sera consacrée, à l’image en effet du tramway. Leur vitesse de circulation sera, de fait, plus importante puisqu’ils ne circuleront pas dans le flux de circulation durant les heures de pointe. « Or,  aujourd’hui, c'est la difficulté des transports. Lorsqu’il y a un embouteillage, le bus est bloqué comme les autres véhicules ».    

Où les lignes vont-elles être installées?  

Le projet entend requalifier les espaces traversés, dont la voie des sacres, à savoir Chanzy-Gambetta, l’Avenue Jean-Jaurès et les quartiers de renouvèlement urbain des Châtillon. La ligne de bus inaugurée en 2025 reliera les espaces étudiants du quartier Port-Colbert à Croix Blandin, en passant par Moulin de la Housse, la gare et la voie des sacres.

« 1 habitant sur 6 est étudiant à Reims. Bon nombre d’entre eux viennent de l’extérieur et étudient sur les campus internationaux de Science Po, l’ICP. Leur permettre de se déplacer sans voiture, c’est absolument indispensable » précise Catherine Vautrin. La ligne desservira 19 stations, sur une distance totale de 8km. Les bus fonctionneront de 5h à 23h, plus longtemps qu’actuellement, avec des fréquences de 7 minutes en heure de pointe. La deuxième ligne, qui sera installée après 2025, reliera elle Pont de Witry à Cormontreuil sur une distance totale de 11,4 km.    

Quels sont les objectifs du projet ?  

Proposer des transports plus attractifs, c’est aussi l’objectif de Catherine Vautrin. « Il est vrai qu’aujourd’hui, nos bus ont vieilli et méritent d’être plus attrayants ». La présidente souhaite également permettre aux habitants de ne plus avoir à prendre leur véhicule. Une mesure dont pourront également profiter ceux qui vivent en périphérie grâce à la mise en place de parking-relais. « Une première à Reims ! », comme le souligne la présidente. Les conducteurs auront la possibilité de se garer en entrée de ville et de poursuivre leur trajet en transport collectif.  

Autre plus-value de ces transports : leur capacité d’accueil. Les BHNS sont des véhicules articulés composés de 130 places dans chacun des deux compartiments. Au total, les bus pourront transporter jusqu’à 2000 passagers par heure. « Et si vous conduisez autant de personnes en seulement une heure, le nombre de bus classiques va également diminuer ». En définitive, les BHNS permettront de réduire l’ensemble du trafic routier et donc la pollution. « On favorise des véhicules plus vertueux, qui viendront compléter ceux à gaz vert et remplacer, plus tard, les bus diesel». D’autant plus que les BHNS rouleront probablement à l’énergie renouvelable - électrique ou hydrogénique - les discussions sont encore en cours.

Pourquoi le public aurait été intérêt à utiliser ces transports ?  

« Savoir que l’on voyage dans de bonnes conditions, que l’on est plus rapide qu’en voiture, et que notre trajet est moins néfaste pour l’environnement, je pense que ce sont déjà des éléments encourageants », conclut Catherine Vautrin. A l’horizon 2032, la collectivité envisage d’implanter quatre nouvelles lignes de ces mêmes bus.

Un projet somme toute opportun pour les rémois, mais aussi pour l’agglomération. « C’est élément tout à fait novateur, qui porte une image de modernité du territoire », conclue la présidente de la Communauté Urbaine du Grand Reims.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.