• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Contre le diabète, adoptez un chien !

Hugo a pu adopter un chien d'assistance grâce à l'association ACADIA. / © Mélissa Genevois - France 3 Lorraine
Hugo a pu adopter un chien d'assistance grâce à l'association ACADIA. / © Mélissa Genevois - France 3 Lorraine

Grâce à l'association ACADIA, les personnes diabétiques peuvent adopter un chien, formé à les prévenir en cas de crise d'hypo- ou d'hyperglycémie. Exemple à Folkling, en Moselle, avec Hugo et son nouveau compagnon canin, Medley.

Par Bastien Munch

Hugo et Medley ne se connaissent que depuis une semaine, et pourtant ils ont déjà noué une complicité bien visible. "Jouer, c'est important pour Medley !", déclare le jeune adolescent, qui a été diagnostiqué diabétique de type 1 en 2016. "Ca lui sert à décompresser après une journée d'effort."

Car oui, Medley est un caniche royal qui travaille.

Il est l'un des trois premiers chiens d'assistance de diabétiques remis par l'association ACADIA (Association de chiens d'assistance pour diabétiques), créée en 2015 par une famille touchée par le diabète pour fournir une aide canine aux malades.

Grâce à l'association, Hugo a aussi passé une semaine dans la Drôme avec son nouveau chien pour tisser des premiers liens.

De jour comme de nuit, Medley a pour mission de surveiller l'état de santé d'Hugo, tout ça grâce à son odeur.

Si le jeune diabétique fait une crise d'hypo- (pas assez de glucose dans le sang) ou d'hyperglycémie (trop de glucose dans le sang), le caniche peut la détecter grâce à un changement de l'odeur corporelle du jeune homme.


Des coups de museau pour alerter

Il s'agit alors pour Medley de prévenir son maître le plus rapidement possible. Pour cela, il va "poquer" la jambe d'Hugo, autrement dit le frapper assez fort avec son museau, pour l'alerter d'une crise imminente.

C'était assez dur de lui apprendre ça parce que d'habitude, les chiens ne donnent pas de coups de museau.

Une autre solution a également été prévue pour la nuit, si Medley ne parvient pas à réveiller Hugo. "Dans ce cas-là, on lui a appris à coller son museau contre un petit interrupteur à sa hauteur, qui déclenche une sonnerie dans la chambre de mes parents pour les réveiller rapidement."

Avant que le chien ne soit là, je me levais toutes les trois heures.

Hugo n'est pas le seul à être rassuré. Virginie Ricci, sa mère, est soulagée de voir arriver dans leur domicile mosellan ce chien d'assistance. "On a senti dès le début que Medley avait une attitude protectrice. La preuve, il suit Hugo absolument partout ! On est vraiment rassurés, ça va même au-delà de nos attentes !"
 

Une idée venue des Etats-Unis

Les chiens d'assistance aux diabétiques, encore très minoritaires en France, sont des centaines chaque année à rejoindre un nouveau malade aux Etats-Unis. Et le concept, qui existe déjà depuis une dizaine d'années, montre des résultats probants.

Ce qu'on sait par expérience, c'est qu'après avoir reçu un chien, les personnes vont moins souvent à l'hôpital.

Jennifer Cattet s'occupe de la formation des chiens au sein de l'association ACADIA. Selon elle, les effets bénéfique apportés par les chiens d'assistance sont largement mesurables. "Les personnes accompagnées d'un chien ressentent souvent beaucoup moins de stress, car elles savent qu'elles peuvent se reposer sur lui. Ca les rassure forcément."

Attention néanmoins, il ne faut pas oublier que ces chiens ne remplacent en aucun cas un traitement thérapeutique. 

Retrouvez ci-dessous le reportage en Moselle de Bruno Courteaux et Mélissa Genevois :

Des chiens d'assistance contre le diabète


 

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus