Coronavirus : les abonnés des clubs de football lorrains attendent de savoir comment ils seront remboursés

Les tifosi à Metz / © FC Metz
Les tifosi à Metz / © FC Metz

Plus de deux mois après l'arrêt des championnats de football, les milliers d’abonnés du FC Metz et de l’AS Nancy Lorraine ne savent toujours pas comment leurs clubs vont les dédommager pour les matchs annulés. Plusieurs pistes sont envisagées. Ils devraient être fixés à la fin du mois. 

Par Yoann Rodier

Les abonnés du FC Metz et de l’AS Nancy Lorraine sont toujours dans le flou ce dimanche 17 mai 2020. Avec l’arrêt définitif des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 (officialisé le 30 avril par la ligue de football professionnel), les supporters des deux camps ont du faire une croix sur les cinq derniers matchs de la saison aux stades Saint-Symphorien et Marcel Picot. Soit plus d'un quart de leur abonnement (19 rencontres à domicile). Reste à savoir de quelle manière les clubs vont maintenant les dédommager. 

Le FC Metz, qui compte plus de 12.000 abonnés, a publié un communiqué sur son site officiel cette semaine. Pour le moment, aucune décision définitive ne semble prise. "Le club travaille à la mise en place des mesures commerciales compensatoires à l’attention de ses abonnés ainsi qu’à celle des acheteurs de billets au match (à l’unité ou en packs) concernant les rencontres face au Stade Brestois et au LOSC", peut-on lire. Sachez que nous ne manquerons pas de vous tenir informés dès que ces modalités de compensation seront définies et mises en place".  
Du côté de Nancy, les 8.000 abonnés n’ont reçu aucune information pour le moment. Il faut dire que ce dossier est épineux pour les clubs. L’épidémie de coronavirus a mis à mal leurs finances et rembourser les cinq rencontres qui n'ont pu se disputer leur coûterait très cher. 

Les supporters sont partagés

Cette saison, les tarifs des abonnements allaient de 69 à 415 euros au stade Marcel Picot. De 99 à 889 euros à Saint-Symphorien. Un remboursement au prorata du nombre de matchs annulés obligerait chaque club à débourser plusieurs centaine de milliers d’euros. 
"Parmi les ultras, les gens sont partagés", relate Kilian Valentin, porte-parole du groupe de supporters nancéiens Saturday FC. "Certains sont prêts à renoncer à un remboursement pour ne pas mettre le club davantage en difficulté. Certains veulent récupérer leur argent et d'autres souhaitent obtenir un avoir commercial sur l'abonnement de la saison prochaine".

Nous espérons que le club laissera ces trois possibilités à l'ensemble des abonnés, ça nous semble le meilleur compromis.
- Kilian Valentin, porte-parole des Saturday FC

Laisser la liberté aux supporters de choisir, c'est ce qu'ont déjà annoncé de nombreux clubs professionnels, comme le Racing Club de Strasbourg qui compte 19.000 abonnés. Le club alsacien a pris sa décision dès le 2 mai, juste après l'annonce de la fin du championnat de Ligue 1.

A Metz, une réunion sur la question doit se tenir entre la direction du club et les supporters à la fin du mois de mai. Avec le maintien du club en Ligue 1, les tarifs des abonnements à Saint-Symphorien devraient logiquement augmenter la saison prochaine. Aussi certains fidèles des Grenats ont soumis des idées au FC Metz. 
"On a proposé que le prix du réabonnement pour la saison prochaine soit maintenu à 99 euros pour les membres des groupes de supporters, et que les rencontres de Coupe de France soient intégrées à l'abonnement, en plus des 19 matchs de championnat à domicile", détaille Xavier Schmitt, le trésorier de l'association Coeur Grenat qui fédère les groupes de supporters messins.

Les nouveaux abonnées, eux, pourraient payer un tarif un peu plus élevé que prévu pour la saison prochaine afin de compenser les pertes du club.
- Xavier Schmitt, trésorier de Coeur Grenat

On ne sait pas pour l'heure si cette proposition sera retenue. Les deux clubs professionnels lorrains ont en tout cas intérêt à rassurer leurs abonnés le plus rapidement possible. Leurs campagnes d'abonnement pour la saison 2020/2021 devraient normalement s'ouvrir début juin. Les enjeux en terme de trésorerie sont importants et avec les incertitudes que laisse déjà planer l'épidémie de Covid-19 sur les compétitions sportives à venir, il ne serait pas de bon ton de décevoir leur plus fidèles supporters. 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus