Coronavirus : en Alsace, 600 employés de l'entreprise pharmaceutique Merck au télétravail

Des bureaux vides, les employés travaillent depuis chez eux / © Liane Courté / France Télévisions
Des bureaux vides, les employés travaillent depuis chez eux / © Liane Courté / France Télévisions

L'entreprise pharmaceutique Merck de Molsheim a mis six cents employés au télétravail pour cause de coronavirus. Selon le directeur des opérations du site, Jean-Philippe Maurer, aucun impact négatif sur l'activité de l'entreprise n'est à déplorer. 

Par Catherine Munsch

Personne à l'horizon, ni à l'extérieur, ni dans les bureaux, depuis que le coronavirus a frappé. Tous les employés de Merck -Molsheim, 1.400 salariés, venaient travailler au bureau, jusqu'à mercredi matin, 26 février. C'est ce matin-là que tout a changé à cause du covid 19 et la réaction a été immédiate. Le directeur des opérations du site bas-rhinois de l'entreprise pharmaceutique, Jean-Philippe Maurer, nous explique comment l'entreprise a réagi et l'impact des décisions prises sur la productivité du site.
 
Chez Merck à Molsheim on télétravaille depuis jeudi le 26 février / © Liane Courté / France Télévisions
Chez Merck à Molsheim on télétravaille depuis jeudi le 26 février / © Liane Courté / France Télévisions
 

"Une salariée nous a prévenu la semaine dernière, que son conjoint avait été testé positif au coronavirus, suite à un séjour dans une zone à risque. Elle nous a appelé de chez elle, tôt le matin, ce qui nous a permis de prendre les mesures qui s’imposaient, à savoir identifier avec elle l’entourage de proximité immédiate de ses collaborateurs, auxquels nous avons demandé de travailler depuis chez eux."
 

 

Plus personne dans le bâtiment dédié à l'activité commerciale et business / © Liane Courté / France 3 Alsace
Plus personne dans le bâtiment dédié à l'activité commerciale et business / © Liane Courté / France 3 Alsace


"Ce qui nous importait en premier lieu, c’est la santé de nos collaborateurs. Il fallait la mettre elle en sécurité et les collaborateur"
-Jean-Philippe Maurer, directeur des opérations du site de Merck - Molsheim
 


Une mesure facile à prendre 

"Nous avons décidé d’utiliser la modalité existante de télétravail de l’entreprise, pour demander à un maximum de collaborateurs de travailler depuis chez eux. Nous avons un accord avec les instances représentatives du personnel ; le télétravail est une chose courante pour nous, les gens sont équipés, ils ont le matériel pour travailler depuis chez eux, depuis chez un client ou une filiale du groupe, c'était donc une mesure facile à prendre."

 
Quelques rares collaborateurs sont présents, mais l'essentiel est resté à domicile / © Liane Courté / France Télévisions
Quelques rares collaborateurs sont présents, mais l'essentiel est resté à domicile / © Liane Courté / France Télévisions


"On a sur le site deux activités assez différentes, une activité industrielle et une activité commerciale et business" explique Jean-Philippe Maurer. "Cette mesure nous a aussi permis de protéger nos collaborateurs des activités industrielles, puisqu’on les exposait à une population réduite, sur le site. La démarche était vraiment de réduire les effectifs du site au maximum, sans en interrompre l’activité."
 

Très peu d'impact sur l'activité

"Le site fonctionne tout à fait normalement, nous livrons nos clients, bien que quelques centaines de collaborateurs travaillent depuis chez eux. Un certain nombre de nos collaborateurs, ici à Molsheim, occupent des fonctions européennes voire globale, beaucoup d'entre eux voyagent fréquemment et disposent donc de tout le matériel pour pouvoir travailler ailleurs que depuis nos bureaux."
 

Du télétravail jusqu'à quand? 

"Nous suivons l'évolution de la situation heure par heure. Nous sommes déjà tout à fait rassurés et très contents, parce que notre collaboratrice et son conjoint ont pu quitter l'hôpital et qu'ils vont bien. C'est l'actualité qui va guider notre comportement à venir. Pour l'instant nous maintenons les mesures de télétravail jusqu'à la fin de semaine. Pour la suite on ne sait pas encore. C'est l'actualité qui va guider notre comportement, en fonction de ce qui se passe chez nous, dans nos quatre murs, mais aussi ce qui se passe dans notre entourage."

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus