Coronavirus - L'Alsace pour l'instant épargnée par le couvre-feu, mais la situation sanitaire se dégrade

Le couvre-feu sanitaire annoncé par Emmanuel Macron ce 14 octobre 2020 ne concerne pas l'Eurométropole de Strasbourg. Le Bas-Rhin reste classé en alerte rouge, le Haut-Rhin échappe aux zones de vigilance. Mais le nombre de cas de contamination explose depuis dix jours.

Les services hospitaliers contrôlent encore la situation : 83 malades du Covid sont hospitalisés en Alsace au 13 octobre 2020, dont 16 en réanimation. Mais les cas de contamination explosent.
Les services hospitaliers contrôlent encore la situation : 83 malades du Covid sont hospitalisés en Alsace au 13 octobre 2020, dont 16 en réanimation. Mais les cas de contamination explosent. © Hervé KIELWASSER/MaxPPP
La prise de parole du chef de l'Etat sur l'épidémie de coronavirus, ce mercredi 14 octobre 2020, a amené une nouvelle mesure majeure dans les territoires les plus touchés : en Ile-de-France et dans huit métropoles - Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse - il ne sera plus possible de sortir de chez soi entre 21h et 6h. Un couvre-feu sanitaire qui ne concerne donc pas l'Eurométropole de Strasbourg, ni aucune autre ville d'Alsace.

De fait, la région reste pour le moment hors des zones d'alerte renforcée et maximale, seul le Bas-Rhin est en alerte simple. Cette classification en trois niveaux d'alerte est établie grâce à deux indicateurs : le taux d'incidence, c'est-à-dire le nombre de cas de contamination pour 100.000 habitants, et le cas particulier des personnes de plus de 65 ans, avec le taux d'incidence de cette catégorie de la population, fragile.
 

Pour passer en alerte renforcée, le taux d'incidence doit être supérieur à 150 cas pour 100.000 habitants, et à plus de 50 cas pour 100.000 habitants concernant les personnes âgées. Le seuil est fixé à 250 et 100 pour les zones en alerte maximale.

Pas encore d'alerte renforcée pour le Bas-Rhin

Ces seuils ne sont pas atteints en Alsace, puisqu'au 13 octobre 2020, le Bas-Rhin compte 97,3 malades de la Covid pour 100.000 habitants, le Haut-Rhin 67,6. Pour comparaison, ce taux d'incidence dépasse 422 à Paris. La situation semble donc encore sous contrôle dans la région, mais ce qui inquiète, c'est l'évolution des chiffres : après un pic à la rentrée de septembre, le taux d'incidence s'était tassé, mais le revoilà reparti en flèche.
 
Le taux d'incidence est reparti à la hausse depuis le début du mois d'octobre en Alsace.
Le taux d'incidence est reparti à la hausse depuis le début du mois d'octobre en Alsace. © Manuel Ruch/France TV

Et il en est de même pour le taux d'incidence chez les plus de 65 ans : il frôle désormais les 50 cas pour 100.000 habitants dans les deux départements, le seuil fixé pour un passage en alerte renforcée, puisqu'il pointe à 46,1 dans le Bas-Rhin et 40,4 dans le Haut-Rhin. Ce chiffre a doublé en dix jours.
 

Inquiétude pour les marchés de Noël

Les prochaines semaines s'annoncent décisives en Alsace. Un passage en alerte renforcée signifierait l'application de restrictions telles que la fermeture des gymnases et salles de sport, la fermeture anticipée des bars à 22h ou encore l'interdiction de tout rassemblement de plus de 1.000 personnes. Dans cette situation, quid des marchés de Noël à venir ? Le maire de Colmar s'en est inquiété et confirme que "les services de l'Etat (l)'informe que les marchés sont susceptibles d'être annulés en cas de passage du département en alerte rouge renforcée."L'aggravation de la situation est crainte aussi, bien sûr, dans les services hospitaliers. Ils maîtrisent pour le moment toujours la situation avec, au 13 octobre, 83 patients hospitalisés pour Covid dans toute la région, dont 16 en réanimation. Loin donc des tensions extrêmes du printemps, que l'Alsace espère tenir à distance ces prochaines semaines. Pour cela, ici comme ailleurs, il s'agira de se montrer "responsable", y compris dans la sphère privée : dans son intervention du 14 octobre, Emmanuel Macron a appelé tous les Français à limiter les rassemblements à six personnes, même à la maison.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société