Coronavirus : grand flou autour des marchés de Noël à Strasbourg et en Alsace, "on est dans l'expectative"

À Strasbourg et au sein de l'organisation des marchés de Noël les plus importants d'Alsace, les acteurs sont dans le flou. Les marchés de Noël pourront-ils se tenir et dans quelles conditions ? Les réponses pourraient commencer à tomber à la mi-octobre. 
Une grande incertitude entoure l'organisation des marchés de Noël alsaciens à deux mois de la période de leur ouverture habituelle à Strasbourg, Colmar, Mulhouse ou encore Kaysersberg. Les mairies et offices du tourisme tentent d’organiser ces marchés emblématiques avec des mesures sanitaires exceptionnelles.

"Ce qui est sûr, c’est que l’on ne pourra pas avoir un marché de Noël habituel, mais on fait tout pour qu’il puisse se maintenir", assure Christophe Bergamini, directeur de l’office du tourisme de Kaysersberg. Ce village haut-rhinois abrite l’un des marchés de Noël les plus typiques de la région, qui accueille d'ordinaire entre 50 et 60.000 personnes par week-end, et jusqu'à 250.000 personnes sur la période.
 

"On communique pour l’instant sur le fait que Noël aura bien lieu à Kaysersberg, mais sous quelle forme, rien n’est sûr pour le moment", tempère le directeur de l'office du tourisme, qui travaille sur des propositions qui devront être validées ou non par la préfecture entre le 15 et le 30 octobre.

Même chose à Mulhouse, dont le marché de Noël accueille environ un million de personnes par an. Les dates provisoires du 24 novembre au 27 décembre ont été retenues, "mais pour l’instant rien n’est gravé dans le marbre, on n’est pas à l’abri d’une explosion épidémique de dernière minute", relativise la mairie. "On est dans l’expectative."

Fin du vin chaud et des marrons à emporter

Une chose est sûre : le vin chaud et les marrons ne pourront plus être bus et mangés dans les allées et devants les chalets. Tout devra se faire assis, dans un espace déterminé. La disposition des chalets pourrait être réorganisée, leur nombre diminué. À Mulhouse, l'existence du "chalet gourmand", autour duquel chaque année de nombreuses personnes se rassemblent, risque d’être compromise. À Kaysersberg, un système de comptage précis est envisagé afin de ne pas dépasser une jauge maximum prédéfinie dans l'enceinte fermée du marché. 

L'office du tourisme de Colmar réfléchit elle aussi à des solutions pour fluidifier le trafic et éviter les attroupements de personnes au même endroit. Le marché de Noël représente pour la ville une fréquentation d'1,2 million de visiteurs sur cinq semaines et des retombées économiques importantes : 120 millions d'euros. 
 

Vu l’importance de l’événement pour la ville, nous sommes obligés de nous organiser et de faire comme si cela pouvait se tenir.

Office du tourisme de Colmar

À Strasbourg, où chaque hiver le plus grand marché d'Alsace absorbe 2 millions de personnes et brasse environ 250 millions d'euros de chiffre d'affaires, les institutions et les associations de commerçants restent positifs. "Nous travaillons actuellement au maintien du marché de Noël de Strasbourg 2020 en pleine conscience des évolutions sanitaires potentielles", confirme la ville. Pierre Bardet, directeur des vitrines de Strasbourg, explique avoir finalement annulé la braderie de Strasbourg, le 3 octobre, afin de ne pas compromettre le marché de Noël. 

Strasbourg illuminé quoi qu'il arrive

Dans tous les cas, l'ambiance si particulière des fêtes de fin d'année sera au rendez-vous, avec des illuminations d’ores et déjà validées à Strasbourg et Kaysersberg notamment. Strasbourg aura bien son sapin, confirme Pierre Bardet. "On reste optimistes parce qu’à Kaysersberg, beaucoup de gens viennent même après la fermeture des chalets du marché de Noël, entre le 23 décembre et début janvier, juste pour l’ambiance et pour voir le village illuminé", se rassure Christophe Bergamini.
 

Mais la validation hypothétique du marché de Noël ne rime pas nécessairement avec son succès. "On s’attend de toute façon à une baisse de fréquentation", reconnaît la mairie de Mulhouse. À Colmar, les organisateurs compteront sur une fréquentation principalement transfrontalière plus que réellement internationale, comme à son habitude.

Si les marchés ont bien lieu, ce n’est pas pour autant que les gens vont venir. Quand vous voyez un point rouge sur une carte, vous n’y allez pas. Nous essayons de rassurer les touristes de notre côté.


Selon les annonces du 23 septembre du ministre de la Santé, Olivier Véran, le Bas-Rhin a été classé en "zone d'alerte". Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits à partir de 21 heures dans certaines rues et zones de Strasbourg, à Schiltigheim, et à Illkirch. Le gouvernement prévient que si la situation continue de s'aggraver, l'agglomération pourrait passer en zone d'alerte renforcée. Dans le Haut-Rhin, pour l'instant, aucune mesure supplémentaire n'a été annoncée.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
marchés de noël noël événements sorties et loisirs covid-19 santé société entreprises économie tradition culture