Coronavirus : ce que l’on retient de la visite d’Emmanuel Macron à l'hôpital militaire de Mulhouse

En pleine crise sanitaire, Emmanuel Macron s'est rendu mercredi 25 mars, à Mulhouse. Une visite surprise et hautement symbolique au cours de laquelle il s'est notamment rendu à l'hôpital de campagne militaire monté juste à côté de l'hôpital de la ville, complétement saturé. 
 

Masque FFP2 sur le nez, Emmanuel Macron dans une tente de l'hôpital militaire installée à Mulhouse
Masque FFP2 sur le nez, Emmanuel Macron dans une tente de l'hôpital militaire installée à Mulhouse © Bernard Stemmer / France Télévisions
Alors que le Covid-19 ne cesse de gagner du terrain en France et en particulier en Alsace, le président de la République a opéré une visite surprise et hautement symbolique ce mercredi 25 mars à Mulhouse, ville épicentre de la propagation du virus. Le chef de l’Etat, s'est rendu en fin d'après-midi, vers 17h40, à l'hôpital de campagne de l'armée à Mulhouse "pour rendre hommage au personnel soignant" et "témoigner sa solidarité envers la région Grand Est qui est fortement éprouvée" par la crise du coronavirus, a annoncé l'Elysée.
 
Emmanuel Macron a rencontré les acteurs civils qui gèrent la crise
Emmanuel Macron a rencontré les acteurs civils qui gèrent la crise © Bernard Stemmer / France Télévisions
 
La visite du chef de l'Etat doit durer trois heures
La visite du chef de l'Etat doit durer trois heures © Bernard Stemmer/France Télévisions
 
Montée en un temps record, la structure militaire a accueilli mardi 24 mars 2020 son premier patient. Censée aider à désengorger l'hôpital de Mulhouse, saturé, son déploiement est inédit sur le territoire. Au total, 10 personnes, placées en réanimation, y sont actuellement prises en charge. 
 
Il a ensuite prononcé un discours, retransmis en direct sur France 2 et sur Brut dans la soirée, voilà ce qu'il a annoncé :"Je mesure ce que vous êtes en train de prendre comme stress, comme charge de travail, et vous avez accompli un travail remarquable", a dit Emmanuel Macron aux médecins et personnels hospitaliers qu'il a rencontrés. Il leur a annoncé que le nombre de tests de dépistage du Covid-19 vont être porté de 5.000 à 29.000 par jour, surtout pour les soignants et les personnels des Ehpad.
 

Réactions de médecins

Un urgentiste de l'hôpital de Mulhouse, Romain, a réagi ce matin sur l'antenne de RTL à l'annonce du plan d'investissement pour l'hôpital : "Un merci ne suffira pas. [...] Il va falloir des actes extrêmement forts et il faut arrêter les paroles. Dans quelques semaines, si on arrive à passer le cap de l'épidémie, il faudra faire autre chose que dire merci."

Christophe Trivalle, gériatre à l'hôpital Paul Brousse de Villejuif et membre du collectif inter-hôpitaux a réagi sur tweeter et sur l'antenne de BFM tv en demandant que "des sommes soients déjà mises en place. Pour les entreprises on dit "tant de milliards", pour l 'hôpital on a eu aucun chiffre. On demande que les salaires de tous ceux qui travaillent à l'hôpital soient augmentés maintenant, c'est un geste symbolique fort. [...] Après la crise, les soignants décédés ne seront plus là pour voir ce qu'on fait pour eux."
 


Réactions de politiques 

Le député du Haut-Rhin, Bruno Fuchs, était à côté d'Emmanuel Macron lors de son discours, il a publié une courte vidéo dans un tweet :
Fabienne Keller, député européenne et élu strasbourgeoise a réagi dans un tweet juste après les annonces du président de la République :


Décompte


Sur le plan national, le nombre de décès dus au coronavirus a franchi la barre des 1.000 morts à l'hôpital, avec 1.100 décès enregistrés depuis le début de l'épidémie. 2.827 patients sont en réanimation, avec plus d'un tiers dans le Grand Est, selon un
dernier bilan officiel fourni mercredi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emmanuel macron politique santé société coronavirus/covid-19