• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le coup de gueule des agriculteurs du Grand Est contre ces aides qui n'arrivent pas

Manifestation d'agriculteurs en février 2018 (photo d'illustration). / © MAXPPP. NATHALIE SAINT-AFFRE
Manifestation d'agriculteurs en février 2018 (photo d'illustration). / © MAXPPP. NATHALIE SAINT-AFFRE

Mesures agro-environnementales, aides bio, aides à l'investissement... l’Etat cumule ses retards de versement. Une situation inacceptable pour plusieurs syndicats agricoles du Grand Est qui poussent un coup de gueule ce lundi.

Par AR

"Dans ce pays, l'agriculture n'est plus une priorité", explique, désabusé, le président de fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) du Grand Est, Hervé Lapie. Dans un communiqué commun avec les Jeunes agriculteurs, publié ce lundi 8 octobre 2018, les syndicats déplorent des retards de versement conséquents qui touchent plus de 2.000 agriculteurs dans le Grand Est.
 

"Les dossiers de 2016 sont déposés depuis 862 jours"

"A ce jour les dossiers PAC déposés en 2016 ne sont toujours pas soldés, et on ne parle pas des dossiers des années suivantes. Les dossiers de 2016 sont déposés depuis 862 jours! Est-ce normal d’attendre trois ans pour être réglé ? Nous ne le pensons pas." Une situation compliquée pour les agriculteurs qui ont parfois reçu une avance de trésorerie mais sans savoir à quoi cette avance correspond. "Ils ont touché des acomptes mais ne savent toujours pas le montant définitif et quand ils seront réglés."

Les situations sont très diverses, certains départements comme la Marne ont avancé 20% de la somme quand d'autres (en Lorraine) ont versé 80% de la somme. "Soit le ministère embauche pour accélérer les choses et solder ces dossiers, soit ils continuent à nous mentir", s'agace Hervé Lapie. "Du côté du ministère de l'Agriculture, on nous dit que ça va venir, mais on n'en peut plus d'attendre. Pour l'instant, on continue à négocier mais ça pourrait se durcir... mais honnêtement, on a autre chose à faire."
 

"Certaines banques ne veulent plus renouveler ces emprunts"

"Beaucoup d'agriculteurs ont dû faire des emprunts à court terme. Désormais certaines banques ne veulent plus renouveler ces emprunts, et les agriculteurs se trouvent au pied du mur", se désole le président de la FDSEA du Grand Est. Une difficulté financière accrue par la sécheresse de ces dernières semaines ; beaucoup d'agriculteurs sont obligés d'acheter du fourrage en prévision de l'hiver.
 

Sur le même sujet

La sortie du Fioul en question

Les + Lus